Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Qui a tué nos villages ?

Recherche

29 janvier 2018 1 29 /01 /janvier /2018 13:01

La Médiatrice de l’Union européenne vient de demander au président de la Banque Centrale Européenne Mario Draghi de quitter le G30. Ce « G30 » est un club privé rassemblant des hauts dirigeants du monde de la finance (du secteur public ou privé) et quelques économistes universitaires. Le Médiateur européen est un organisme indépendant qui enquête sur les cas de mauvaise administration dans les institutions de l’UE. Il avait reçu une plainte au début de l’année 2017 de la part d’une ONG, l’Observatoire européen des lobbys, qui relevait que le G30 présente toutes les caractéristiques d’un lobby des grandes banques internationales privées. Le G30 oeuvre par exemple à promouvoir les réglementations (ou les déréglementation…) souhaitées par les grands acteurs des marchés financiers. A ce titre, l’adhésion et la participation du Président de la Banque centrale européenne à ce club représente un conflit d’intérêt patent.

 

Le Médiateur européen a souligné, au terme de son enquête, l’opacité qui entoure le G30. Les réunions du club sont non publiques, ce qui offre la possibilité de transmettre des informations hors de tout contrôle, et ses membres (31 hommes sur 33 membres) sont cooptés par un bureau d’administrateurs anonymes. Mario Draghi est devenu membre du G30 lorsqu’il travaillait à Goldman Sachs entre 2002 et 2005. Il était alors “associé” en charge des “entreprises et pays souverains” dans la banque américaine qui a aidé à maquiller les comptes de la Grèce pour permettre son adhésion à l’eurozone. Draghi est resté membre du G30 lorsqu’il a pris la présidence de la BCE, tout comme les présidents qui l’ont précédé. Cependant, tout indique que la BCE a accru sa participation dans le lobby bancaire ces dernières années : plusieurs membres de ses organes dirigeants sont apparus dans les évènements du G30 et dans ses groupes de travail. Cette situation est d’autant plus problématique que, depuis novembre 2014, la Banque Centrale Européenne supervise l’activité des grandes banques européennes, dans le cadre de l’Union bancaire. Le G30 associe ainsi, autour de cocktails et de petits fours, les hauts responsables qui contrôlent les banques et participent à leur régulation, et certaines des institutions financières qu’ils supervisent.

 

Le Médiateur européen ne s’y est pas trompé : cette situation représente un cas d’espèce en matière de capture du superviseur bancaire. Malheureusement, la décision de l’organisme est non contraignante. Dans le cadre actuel des institutions européennes, la BCE est laissée libre de maintenir ou non son adhésion à ce club ; elle doit simplement fournir sous trois mois (avant le 15 avril 2018) des explications détaillées à l’appui de son choix.

 

La capture des banques centrales par la finance a déjà été dénoncée à maintes reprises. Elle l’a été, notamment, à l’occasion de la nomination de Villeroy de Galhau à la tête de la Banque de France en septembre 2015. Cette nomination l’a conduit également à présider l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), l’institution qui contrôle les banques françaises depuis la crise financière et qui est adossée à la banque centrale. Or, Villeroy de Galhau, ancien Inspecteur des finances, est passé dans le privé en 2003 et il a été, entre 2011 et 2015, le directeur général délégué du groupe BNP Paribas. Pour mener la politique monétaire de la France et contrôler les banques, François Hollande a donc choisi un banquier… Le conflit d’intérêt est flagrant et il a été dénoncé par 150 économistes dans une tribune. Il est inconcevable de défendre les intérêts de la finance pendant 12 ans et, ensuite, de pouvoir prétendre incarner l’intérêt général à la tête d’une institution publique. Récemment, c’est l’ancienne eurodéputée Sylvie Goulard qui vient d’être nommée sous-gouverneure de la Banque de France. Cette promotion, unanimement qualifiée de stupéfiante, tient sans doute au soutien que Sylvie Goulard a apporté à Villeroy de Galhau en 2015, ou alors à sa proximité avec le lobby bancaire lorsqu’elle était au Parlement européen. La suite sur la France Insoumise

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans La France Insoumise EUROPE & U.E

 compteur

Campagne 2017

Photos Campagnes

2011
2012
2013
2014
2013
2016-2017
Caranave Insoumis du Haut Vaucluse 1

 

Caravane Insoumis du Haut Vaucluse 2