Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Sous les pavés, Orange

Recherche

20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 18:15

 

Il y a pour moi une énigme Emmanuel Todd. Très médiatique, c'est un intellectuel engagé n'hésitant  pas à sortir de la confortable "neutralité politique" du savant, ce qui est très précieux. Cependant, alors que ses positions hétérodoxes en économie aurait pu l'amener à soutenir (ou du moins à ne pas enfoncer) le Front de gauche, il n'a de cesse de ridiculiser cette formation politique. Sa dernière saillie dans Mariannedépasse les bornes. 


Dans son livre "Après la démocratie" sorti juste après la présidentielle 2007, il effectue un démontage en règle du PS, surnommant les deux principaux protagonistes de "candidats du vide", démontrant l'incompétence des cadres de ce parti, leur effroi de la démocratie, en d'autres termes leur adhésion au néolibéralisme.


L'apparition du Parti de gauche en décembre 2008, qui faisait la même analyse en constatant l'impossibilité de modifier de l'intérieur l'orientation droitière de ce parti, puis celle du Front de gauche en 2009  aboutissant à la présence du candidat commun Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle 2012, pouvait  laisser penser qu'Emmanuel Todd verrait cette rupture d'un bon œil.


En effet le Front de gauche balayant les thèses en faveur du libre-échange et revendiquant un protectionnisme européen (1), le soutien d'Emmanuel Todd dans cette aventure me semblait acquis. D'où mon étonnement lorsque je constatais durant la pré-campagne puis la campagne présidentielle que non seulement il ne soutenait pas le Front de gauche, mais qu'en plus il lui tapait dessus (2), pour soutenir le...Parti socialiste (3). 


Je n'étais visiblement pas le seul à être étonné, puisque le site arrêt sur images organisa un débat entre les deux hommes pour tenter d'y voir plus clair peu de temps après, en avril 2011 (4). Malheureusement Emmanuel Todd utilisa des phrases toutes faites : "la planification écologique c'est l'île aux enfants", "Mélenchon ignore totalement l'industrie française", "Mélenchon se moquerait de la démocratie", "les sociétés coopératives ne marchent pas", sans aucune argumentation permettant de comprendre toutes ces réserves. L'émission me laissa un goût amer, dévoilant un Todd bien différent de l'intellectuel que je connaissais par ses livres, relativement méprisant et péremptoire. Il poursuivra sa "campagne" en prophétisant un "hollandisme révolutionnaire", après avoir soutenu Moutebourg pendant les primaires, diagnostiquant que Hollande serait le futur Roosevelt, sans autre argument que son autorité supposée (5). 


Très récemment  Emmanuel Todd a été invité par Mariannepour débattre avec Frédéric Lordon (6). Ce dernier effectue un démontage implacable du Parti socialiste, ayant trouvé une dénomination que je trouve particulièrement pertinente pour le qualifier: la droite complexée (prolongements ici). Il appelle logiquement à modifier les catégories médiatiques actuelles de la frontière droite/gauche. Todd exprime immédiatement son accord, puis rajoute comme une évidence: "je ne perçois pas le Parti de gauche comme tellement plus à gauche que le PS. Mélenchon n'a pas de programme économique, il amuse les journalistes et ne convainc pas les électeurs."


Puis il poursuit "Il revient aux intellectuels de construire un projet politique [...]. Les intellectuels vont devoir parler au peuple directement."


Parmi les intellectuels admis, Todd en a cité quelques-uns au début de l'article: Gréau, Jorion, Giraud, Lordon, Sapir, Ramaux, et sous-entendu Todd lui-même.


Cette sentence qui, comme je l'ai montrée, n'est pas un coup de tête mais vient dans la continuité d'un discours depuis au moins deux ans, appelle deux réponses. Par Frédérick Stambach La suite sur Médiapart

 

Partager cet article

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans PARTI DE GAUCHE- J-L MÉLENCHON
commenter cet article

commentaires

Visiteurs

compteur

Vidéos

Ma page Facebook