Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Qui a tué nos villages ?

Recherche

12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 19:33

 

La psychiatrie n’est pas une affaire de chiffres. Et pourtant ! Si l’on en croit des médecins grenoblois, il y a dans la” file psychiatrie” 1 300 personnes suivies par les différents centres médico-psychologiques dépendant du centre hospitalier Alpes-Isère de Saint-Égrève. Malheureusement, il n’y aurait pas tout à fait quatre médecins pour les suivre. Le décalage entre ces deux chiffres prend encore un peu plus de sens si l’on considère qu’environ 10 % de ces malades peuvent présenter un danger s’ils ne sont pas suivis ou ne prennent pas leur traitement. Et l’équation peut même faire peur si l’on écoute certains médecins.


« Là où il faudrait au moins une heure d’entretien avec le patient, on ne peut consacrer que 10 minutes »

« Il faudrait pouvoir accorder à ces patients au moins une heure une fois par mois. Dans les faits, c’est plutôt 10 minutes d’entretien avec la nécessité d’évaluer le patient et aussi de renouveler son traitement. Sauf que l’on ne parle pas de rhume… On parle de troubles de la personnalité qui peuvent, dans certains cas, aboutir à des expressions violentes. »

En bref, le cauchemar des médecins, c’est l’affaire Guillaud (lire en page 3). « il n’y a pas assez de moyens en psychiatrie générale pour traiter correctement tous les cas. On fait face à une explosion du nombre de cas de schizophrénie, notamment à cause d’une certaine banalisation du cannabis ».


Déjà deux agressions graves à Grenoble depuis la fin de l’été

Un autre médecin complète. « Le problème, c’est que certains ont besoin d’un traitement pour ne plus avoir d’hallucinations. Mais dès qu’ils commencent à aller mieux, ils arrêtent le traitement et rechutent, lentement ou pas, dans des délires. » Lire la suite surLe Dauphiné

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ

 compteur

Campagne 2017

Photos Campagnes

2011
2012
2013
2014
2013
2016-2017
Caranave Insoumis du Haut Vaucluse 1

 

Caravane Insoumis du Haut Vaucluse 2