Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Sous les pavés, Orange

Recherche

4ème circo Vaucluse

F FARYSSY & I BRUET

 

 

Candidats législatives France Insoumise

Orange-Bollène-Valréas-Vaison

***

Rejoindre un groupe d'Insoumis

Valréas

Vaison-la-Romaine 1

Vaison-la-Romaine 2

Malaucène

Gigondas

Piolenc

 

À lire

 

 

 

 

 

 

 

16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 20:23

 

 

Dimanche 6 mai, à quelques heures de la défaite de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant a fait publierau Journal officielle décret permettant la création du TPJ. Acronyme de "traitement de procédures judiciaires", le TPJ est un super-fichier, qui fusionnera, d'ici fin 2013, le STIC (système de traitement des infractions constatées de la policenationale) et le Judex (système judiciaire de documentation et d'exploitation de la gendarmerie nationale).


Qu'est-ce que le TPJ ? Ce fichier listera toutes les personnes soupçonnées de crimes, de délits et des contraventions les plus graves. Plus avant, il listera de même leurs victimes présumées. Pour les victimes, la durée de conservation des données sera "au maximum de quinze ans". Pour les personnes soupçonnées, les données seront conservées de cinq à quarante ans pour les infractions les plus graves.


Nom, prénom, état civil, date et lieu de naissance... les civilités "classiques" seront répertoriées dans les fichiers, mais pas seulement. Lesfichiers pourront également mentionnerles origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, l'appartenance syndicale, ou des données relatives à la santé ou à la vie sexuelle.


Ces données ne pourront être mentionnées en principe qu'à deux conditions. Elles devront être liées à la nature, ou aux circonstances, de l'infraction et être nécessaires à l'identification des responsables.


Autre évolution, le TPJ va permettre la comparaison automatisée de photographies, grâce aux nouvelles technologiesbiométriques.


A quoi sert ce type de fichier ? Le TPJ se veut un nouvel outil pour exploiter, analyser et comparer des informations. Il sera employé en premier lieu dans la lutte contre la criminalité. Les personnes autorisées pourront interroger la base de données selon de nombreux critères : photographie du visage, signalement, mode opératoire, mobile, nature de l'infraction, date et lieu des faits...


Mais le fichier pourra également être consulté dans le cadre d'enquêtes administratives préalables à "une décision de recrutement (...) concernant certains emplois, à l'occasion de demandes d'acquisition de la nationalité française et de délivrance de titres de séjour ou lors de missions des forces de l'ordre comportant un risque d'atteinte à l'ordre public", souligne la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL).


Qui aura accès à ce fichier ? Selon le décret, "toute personne individuellement désignée et spécialement habilitée" pourra avoir accès à ces fichiers. Ces personnes se recruteront principalement parmi les fonctionnaires de la police, de la gendarmerie et des douanes. Les magistrats du parquet et les agents des services judiciaires sont également concernés. Et il en sera de même, sous certaines conditions, pour les polices étrangères. Comme garde-fou, le décret précise toutefois que l'identité de la personne consultant le fichier sera enregistrée et conservée pendant cinq ans.


Quels sont les principaux reproches adressés à ce type de fichier ? La CNIL a été consultée sur ce décret. Elle a émis à cette occasion de nombreuses réserves. En premier lieu, elle s'est émue des délais d'archivage largement supérieurs aux délais de prescription et rappelle la notion de "droit à l'oubli". Lire la suite sur Le Monde

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans POLICE - JUSTICE - PRISONS
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 20:21

 

 

Il est difficile d’appréhender comme un tout cohérent les différentes manifestations de la poussée des mouvements populistes de droite et xénophobes en Europe. Or il s’agit bien d’un phénomène politique européen dont il importe de saisir les caractéristiques

 

1. Il s’agit d’un phénomène politique d’ampleur continentale a. Un ensemble de mouvements qui n’entretiennent pas de relations organisées entre eux.

b. Ils ont surgi à partir des années 1980, à des rythmes différents.

c. Ils sont présents dans toute l’Europe occidentale centrale et orientale.

d. Ils ont capté un impact électoral parfois important dans des sociétés aux structures sociales et politiques bien différentes ; France, Italie, Suisse, Autriche, Norvège, Danemark, Roumanie, Hongrie, Russie.

e. Ce phénomène s’incarne dans des mouvements parfois éphémères, ou au pic d’influence ponctuel : Parti libéral-démocrate de Russie de Jirinovski en Russie (LPDR) en 1993, mouvements populistes polonais Ligue des familles polonaises (LPR) et Autodéfense (Samoobrona), au début des années 2000.

 

2. Ce phénomène présente des caractéristiques communes aux mouvements qui l’incarnent

a. Avec des dynamiques ou des logiques politiques communes.

En premier lieu, l’analyse de l’évolution du monde comme prenant une direction néfaste.

La crainte devant la mondialisation vue comme une menace sur l’identité.

Une demande de volonté politique/critique des élites de la caste dominante des pouvoirs comme ayant partie liée avec cette évolution négative voire comme ses promoteurs conscients.

La désignation de boucs émissaires, immigrés, minorités nationales, ou confessions religieuses.

Des propositions politiques et sociales simples pour laisser les vrais nationaux entre eux.

 

b. Un point commun réside dans leur capacité commune à capter et exacerber les paniques identitaires. La crainte, l’appréhension du risque est une attitude rationnelle ; la panique est un phénomène incontrôlable. L’enjeu défini serait l’existence même des peuples européens dans leur réalité physique (biologique ou raciale), dans leur culture, mode de vie/religion.

 

3. Ces mouvements présentent des spécificités très marquées les uns par rapport aux autres

a. Ces groupes ont des origines variées ; certains sont issus de l’extrême droite classique (FN français) alors que d’autres proviennent de toutes autres origines (Geert Wilders du Partij voor de Vrijheid — PVV aux Pays-Bas).

b. Ils défendent des thématiques parfois contradictoires entre elles, destinées à différents segments de leur base. Ces discours coexistent parfois au même moment ou bien se succèdent dans le temps (libéraux/antilibéraux, partisans de privatisations ou de l’État-providence, pro-Israéliens islamophobes/pro-

Palestiniens souvent antisémites).

c. Ils ont des bases sociales diversifiées, parfois simultanément présentes : des couches moyennes menacées par la modernisation, des couches salariées ou ouvrières, une fraction du patronat local. Les deux premières forment le socle du soutien au FN français. La Ligue du Nord italienne a cherché ou obtenu le soutien d’une partie du patronat de la région.

 

4. Il s’agit d’un espace politique qui s’est ouvert à l’échelle du continent et qui est « rempli » par des acteurs variés.

a. L’espace qui existe peut être rempli

par des acteurs variés dans le temps ; Hongrie (Miep puis Jobbik),

par le même depuis des décennies comme en France, en Flandres,

être temporairement laissé vacant (en Allemagne il est principalement visible par l’audience des pamphlétaires de ce courant alors que le NPD ne remplit que très partiellement cet espace politique dans certains Länder et que nombre de courants de la fin de XXème siècle – die Republikaner, listes locales dont Schill Partei à Hambourg – se sont affaiblis ou ont disparu)

b. C’est la crise qui permet l’expansion des mouvements en leur libérant un espace politique qu’ils ont ou non la capacité de remplir ; ce n’est pas une diffusion épidémique ou sectaire. Lire la suite ici 

 

Thèses présentées par René Monzat lors d’un atelier organisé par Transform !, dans le cadre de l’université d’été 2011 du PCF

René Monzat Journaliste français. Il est un des fondateurs du mouvement Ras l’Front. Ses écrits portent essentiellement sur l’extrême droite, et plus particulièrement le Front national

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans DROITE (BIEN À DROITE) À LA LOUPE
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 20:19

 

 

 

La Cour des comptes dément avoir certifié les comptes publics 2011 comme l'a laissé entendre Valérie Pécresse, ministre sortante du budget, dans une entretien accordé aux Echos. "La Cour des comptes fait savoir que la procédure de certification des comptes 2011 de l'Etat n'est pas achevée et qu'elle fera, comme chaque année, connaître sa position le 30 mai", a déclaré la haute juridiction administrative dans un communiqué.

 

Dans une interview aux Echos parue mercredi, Valérie Pécresse s'était pourtant félicitée de "la certification des comptes", estimant qu'il s'agissait d'une "nouvelle preuve de la transparence et de la fiabilité des comptes de l'Etat".

 

Selon le ministère du budget, cité par Les Echos, les magistrats de la Rue Cambon ont validé les comptes de l'Etat dans ce qui n'est encore qu'un pré-rapport, transmis à Bercy pour recevoir les observations du ministère. Ce pré-rapport, toujours selon Les Echos, fait état de sept "réserves substantielles", soit le même nombre qu'en 2010. La suite sur Le Monde

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIE-FINANCES
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 20:18

 

16-affiche_PrintempsArtsResistance_web.jpg

 

Il y est question des "résistances", de la mémoire collective et du patrimoine mondial. Ce festival rassemble toutes les générations dans des rencontres professionnels, conviviales familiales et festives. Résister même avec les moyens artistiques c'est ne pas laisser faire et ne pas se taire.

 

Le Collectif Ogma et Ogma Productions

 

(collectif de cinéastes, d’artistes et de citoyens)

 

présente

 

« 2ème Festival de Cinéma du Printemps des Arts en Résistances »

 

les 1, 2 et 3 juin 2012 à la ferme de Dousselin

26220 Comps – (Canton de Dieulefit)

 

Le vendredi 1er juin de 15h00 à 2h00 du matin

le samedi 2 juin de 10h00 du matin à 2h00 du matin

le dimanche 3 juin de 10h00 du matin à 2h00 du matin

 

 

 

Tarifs journée :

 

gratuit : - 10 ans

 

5 € : 10 / 17 ans

 

8 € : Tarif réduit

 

10 € : Plein tarif

 

Pass 3 jours : 24 €

 

Tout le programme sur http://www.collectif-ogma.com en en PJ le Dossier presse / Programme + visuel

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CULTURE
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 20:14

 

Le samedi 12 mai 2012, une diffusion unitaire et pacifique de tracts a eu lieu dans le 13e arrondissement de Paris. Ces tracts dénonçaient l’implantation d’une extrême-droite radicale dans les quartiers, et demandait la fermeture de la boutique du dénommé Serge Ayoub, dit Batskin, figure de l’extrême-droite radicale, à la droite du Front National.

Une vingtaine de militants antifascistes et antiracistes a été interpellée par les forces de l’ordre et mise au dépôt après 24 heures de garde à vue. De son côté la préfecture de police a autorisé et toléré que des groupuscules néo-fascistes paradent dans les rues de la capitale en toute impunité

 

 

 

 

La logique répressive de l’État envers nos militant-e-s est intolérable. Nous, militant-e-s antifascistes et antiracistes ne nous laisserons pas intimider et continuerons le combat. Nous demandons l’abandon des poursuites, la fermeture de la boutique et nous affirmons que nous ne laisserons pas les nervis d’extrême droite s’implanter dans les quartiers.

Signataires :Action Antifasciste Paris-Banlieue, Alternative Libertaire, CNT-Région Parisienne, Fédération Anarchiste, NPA 13è, SUD Étudiant, UL Solidaires 5e/13e

Source Alternative Libertaire 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans DROITE (BIEN À DROITE) À LA LOUPE
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 17:36
Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans DROITE (BIEN À DROITE) À LA LOUPE
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 17:35

 

 

Appartement de fonction, collaborateurs, voiture, voyages, rémunérations... La République est généreuse avec ses anciens présidents de la République. Détail avec René Dosière, le spécialiste de l'argent de l’État

 

Nicolas Sarkozy peut dire un grand merci à… Laurent Fabius. Tout commeJacques Chiracet Valéry Giscardd’Estaing. En effet, sans l’ancien Premier ministre de François Mitterrand, ils seraient sans aucun doute dans une situation nettement moins confortable tant les avantages que la République leur consent – à vie - sont légions.Des avantages qui, selon le député de l’Aisne - apparenté PS - René Dosière, auteur de "L'Argent de l'Etat", coûteraient aux contribuables entre 1,5 et 2 millions d’euros, par an et par ancien président, comme il l’a indiqué à Sudouest.fr.

Des avantages qui, pour la petite histoire, reposent sur un texte aussi solide que la craie. En l’occurrence une simple lettre signée de la main de Laurent Fabius le 8 janvier 1985 et adressée à VGE. Un courrier qui, cerise sur le gâteau, n’a fait l’objet d’aucun débat. "C’est assez ahurissant, souligne René Dosière, que tout cela repose sur une base juridique aussi légère qu’un courrier personnel resté secret durant des années et dont on dit qu’il a valeur de décision. "

Quoi qu’il en soit grâce à cette lettre, Nicolas Sarkozy, qui quittera l'Elysée mardi, va bénéficier de nombreuses facilités.

  • Un appartement de fonction avec personnel

Au premier rang de ces avantages, l'attribution d'un logement de fonction où il pourra installer ses bureaux. Mais pas nécessairement. Car, comme le note René Dosière : « il y a deux personnels de service pour s’en occuper. » « Je sais, poursuit-il, que chez Valéry Giscard d’Estaing ces deux personnes là servaient surtout de cuisinier.Et comme, apparemment ils étaient un peu surchargés de travail, il a obtenu, il n’y a pas très longtemps, qu’on en mette deux autres en plus... »

  • Sept collaborateurs

Une certitude, qu’il s’agisse ou non de bureaux, lesquels pourraient se situer rue de Miromesnil, non loin du Faubourg Saint-Honoré, dans le 8ème arrondissement de Paris, la République accordera également à l’ancien président Sarkozy pas moins de sept collaborateurs.« Cela va du directeur de cabinet à la secrétaire pour répondre au courrier et prendre ses rendez-vous », précise René Dosière.

  • Une voiture de fonction

Côté déplacements, Nicolas Sarkozy n'aura pas besoin de prendre le métro. Il aura aussi une voiture de fonction avec deux chauffeurs.

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CONSTITUTION & RÉPUBLIQUE
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 17:33

 

 

Il y a quelques jours, la Marche des Indignés européens est arrivée à Athènes pour exprimer sa pleine solidarité avec le peuple grec.

 

Des Français, des Espagnols, des Italiens et des Belges ont campé avec leurs sacs de couchage à la place Syntagma.

 

Aujourd’hui, 15 mai, à 3h de matin, la Police grecque a intervenu en essayant d’évacuer les lieux.

 

A 8h du matin, elle a décidé de charger violemment la petite manifestation pacifique et elle a procédé à 25 arrestations (20 étrangers et 5 grecs). Des informations pas encore confirmées font état de trois blessés.

 

Les personnes mises en garde à vue seront transférées devant le juge d’instruction à 18h (heure locale), accusées de « dégradations de biens publics » et de « résistance aux forces de l’ordre »…

 

Un concert est d’ores et déjà prévu à la Place Syntagma pour dénoncer la répression policière et apporter le soutien moral mais aussi financier aux personnes arrêtées. Lire la suite surInitiative Grecque Paris 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CRISES EUROPÉENNES & MONDIALES
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 17:32

 

Il y a quelques mois, les éditions Le Muscadier ont eu une idée à la fois originale, très intéressante et plutôt amusante : imaginer qu'en mai 2012, à la surprise générale, un candidat inconnu issu de la société civile (et non du monde des professionnels de la politique) aurait remporté les élections présidentielles et formé un « alter-gouvernement » composé de professionnels, d'intellectuels et de militants (voir la présentation du livre). L'on nous a demandé d'en faire partie en tant que ministre de l'Intérieur, et d'écrire notre discours programmatif en nous plaçant dans la situation de ce milieu du mois de mai, au moment où nous venons d'apprendre notre nomination... La version complète de ce discours est à lire en achetant le livre dans toute bonne librairie. Nous en donnons ici un avant goût par quelques extraits.

* * *

Discours programmatif du nouveau ministre de l'Intérieur

«En vertu d’une tradition certes longue mais pas forcément vénérable, le ministère de l'Intérieur se trouve être aussi celui de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et – du moins dans le précédent gouvernement – de l'Immigration. C’est en réalité un énorme ministère, qui pilote des administrations n’ayant rien à voir entre elles, qui traite des enjeux de natures tout à fait différentes, et qui gère par ailleurs le corps préfectoral. Or, tout ceci est invisible. Aux yeux de tous, le ministre de l’Intérieur est le ministre de la Police (et maintenant de la Gendarmerie) ; aussitôt nommé, il est affublé par la presse du titre de « premier flic de France ». Cette fonction écrase toutes les autres (elle fait ainsi oublier que ce ministère gère aussi la sécurité civile, c'est-à-dire les pompiers). Or, il n’est pas sain que la fonction préfectorale soit sous l'emprise directe du chef de la police, pas plus que la gestion des collectivités territoriales, de l’outre-mer et de l’immigration. Ces grandes missions nationales et transversales devraient être rattachées au Premier ministre, ce qui permettrait d’ailleurs de donner à celui-ci un peu plus de poids dans une Ve République si outrancièrement présidentielle. Le ministère de l’Intérieur pourrait ainsi se consacrer uniquement à sa mission fondamentale : la sécurité. Et il y a beaucoup à faire pour contribuer à l’améliorer.

Je vais donner dans un instant les idées-forces qui guideront mon action. Mais je ne peux pas terminer ce préambule sans dire aussi qu’il va falloir que le gouvernement auquel j’appartiens fasse des choix. Si la sécurité est une priorité du service public – au même titre que l’éducation, l’emploi, la santé et la justice –, alors, il faut que l’État s’en donne les moyens. Or, ici comme ailleurs, la situation s’est fortement dégradée ces dernières années. Il va falloir remédier à cette situation, en mettant fin au grand écart auquel se sont livrés mes prédécesseurs, qui ont fait de la lutte contre l'insécurité un enjeu de communication politique mais qui, en pratique, n’ont pas donné aux policiers et aux gendarmes les moyens de remplir véritablement leur mission.

CLARIFIER ET VALORISER LES QUATRE GRANDS MÉTIERS DE POLICE

Derrière un même mot, il existe en réalité des besoins et des métiers bien différents. Cette diversité doit être pleinement reconnue, ce qui n’est pas le cas actuellement. Pour simplifier, il existe quatre métiers de police, qui devraient être beaucoup plus clairement distingués et en fonction desquels il nous faut repenser des questions aussi importantes que la formation des personnels, la répartition des effectifs et le partage du pouvoir de décision entre les différents échelons territoriaux.

Assurer la sécurité nationale.Assurer la sécurité de l'État est le rôle de la police du renseignement, qui opère à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire, afin notamment de prévenir des risques d’ampleur nationale comme des attentats, des attaques informatiques, des menaces financières, ou encore des actes d'espionnage industriel sur des secteurs sensibles. Voilà bien un métier de police singulier. Et il est normal qu’il s’agisse d’un service exclusif de l’État, dont les activités sont largement secrètes aux yeux du simple citoyen – mais non à ceux des parlementaires, dont les pouvoirs de contrôle, insuffisants à ce jour, devront être renforcés. Je vais par ailleurs faire cesser une fois pour toutes l’utilisation politique (et notamment présidentielle) des services de renseignement, cet archaïsme qui a été dangereusement réactivé par le précédent président de la République. Les chefs de police qui ont contribué voire encouragé cette dérive seront remerciés dès demain. Chaque fonctionnaire de police et chaque militaire de la gendarmerie doit être fier de servir son pays et exclusivement son pays.

Maintenir l’ordre. Le maintien de l'ordre est également une tâche logiquement impartie à l’État, mais qui est aujourd’hui gérée de façon archaïque. Certes, il fut un temps où la République était menacée par la guerre civile, par des factions armées, par des mouvements séparatistes virulents et des émeutes politiques visant les lieux même du pouvoir. Mais ce temps n’est plus. Dès lors, les effectifs des forces de maintien de l’ordre sont totalement disproportionnés. On compterait près de 11 000 CRS et 16 000 gendarmes mobiles, soit respectivement environ 10 % et 15 % du total des effectifs de la police et de la gendarmerie. Les compétences acquises doivent bien entendu être pérennisées et valorisées (on nous les envie dans beaucoup de pays), mais une partie de ces effectifs va être retirée des forces de maintien de l'ordre et redéployée dans les unités de sécurité publique. Il n’est pas normal que des personnels qui manquent parfois cruellement sur la voie publique s’ennuient au fond de leurs casernes.

Lutter contre la criminalité. Les formes de criminalité sont multiples, elles se renouvellent et se modernisent au gré de l’évolution d’une société qui se technologiseet se mondialise de plus en plus. Un État comme la France se doit d'avoir une police judiciaire digne de ce nom. Ce n’était pas le cas jusqu’à présent. Certes, on élucide assez bien les affaires d'homicide et de viol, mais ce n’est pas bien difficile dans la mesure où l’auteur appartient le plus souvent à l’entourage de la victime. Le problème commence dès lors que l’on sort du champ des violences interpersonnelles privées. Pour simplifier, la police judiciaire court beaucoup après les petits délinquants, mais elle n’a guère les moyens de s’occuper des gros. Cela est vrai par exemple dans la lutte contre le grand banditisme (qui prospère toujours en Île-de-France, à Marseille, en Corse et ailleurs), dans la lutte contre le trafic de drogue (dont les dimensions nationales et internationales semblent souvent rester hors d'atteinte des autorités, sachant que les saisies réalisées par la PJ et par les douanes ne sont que la pointe émergée de l’iceberg), dans la lutte contre le proxénétisme et la traite des êtres humains (crimes très largement impunis jusqu’à présent) et dans la lutte contre la délinquance économique et financière (lutte en grande partie abandonnée de nos jours par des polices et une justice qui concentrent l’essentiel de leur attention répressive sur les classes populaires, tandis qu’elles privilégient la négociation de solutions amiables avec les classes supérieures, si tant est qu'elles parviennent à enquêter sans subir des pressions diverses). J'entends donc remettre à plat l’organisation et les objectifs de la police judiciaire et augmenter fortement ses moyens. Par Laurent Mucchielli. Ire la suite sur Le Monde 



 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans POLICE - JUSTICE - PRISONS
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 17:31

 

 

Un policier de la Police aux frontières s'est suicidé avec son arme de service dans la nuit de lundi à mardi dans la cour de la PAF à Orly (Val-de-Marne), a-t-on appris de source policière.

 

Le corps du brigadier-chef a été découvert vers cinq heures du matin par ses collègues. Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, une fonctionnaire du commissariat de Castres (Tarn), âgée de 35 ans, avait déjà utilisé son arme de service pour mettre fin à ses jours, mais à son domicile.

 

Les suicides restent une question récurrente dans la police française où le taux est supérieur de 36% à celui du reste de la population, selon une étude commandée en 2010 à l'Institut national de la santé et de recherche médicale (Inserm).

 

Depuis 2005, 40 à 55 policiers ont mis fin à leurs jours chaque année en France. Le pic avait été auparavant atteint en 1996 avec 70 suicides.

 

Un éventail d'aides diverses a été mis en place pour tenter d'enrayer ce phénomène lié en partie à des difficultés d'ordre privé mais aussi aux questions de management, selon certains syndicats qui ont critiqué la politique du chiffre en vigueur lors du dernier quinquennat. Lire la suite sur NouvelObs 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans POLICE - JUSTICE - PRISONS
commenter cet article

Visiteurs

compteur

Vidéos

A signer

Soutenez la candidature de J-L Mélenchon