Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Sous les pavés, Orange

Recherche

4ème circo Vaucluse

F FARYSSY & I BRUET

 

 

Candidats législatives France Insoumise

Orange-Bollène-Valréas-Vaison

***

Rejoindre un groupe d'Insoumis

Valréas

Vaison-la-Romaine 1

Vaison-la-Romaine 2

Malaucène

Gigondas

Piolenc

 

À lire

 

 

 

 

 

 

 

6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 09:51

 

 

Qu’ont en commun l’Inde, le Sénégal, les Etats-Unis, la Colombie, le Maroc, l’Etat espagnol et bien d’autres pays? En dépit des différences importantes qui persistent encore, l’alimentation y est sans cesse plus semblable. Au-delà de la « McDonaldisation » de nos sociétés et de la consommation globalisée de Coca-Cola, la consommation mondiale d’aliments dépend progressivement d’une poignée de variétés de cultures. Le riz, le soja, le blé et le maïs s’imposent au détriment d’autres productions comme le millet, le manioc, le seigle, le sorgho, la patate douce ou l’igname. Si l’alimentation dépend d’une petite série de variétés de cultures, que se passera-t-il en cas de mauvaise récolte ou de maladies ? Notre consommation de nourriture est-elle garantie ?

 

Nous allons vers un monde avec plus de nourriture mais moins de diversité et plus d’insécurité alimentaire. Des aliments comme le soja, dont la consommation était insignifiante jusqu’à il y a quelques années encore, sont devenus indispensables pour les trois quarts de l’humanité. D’autres, déjà importants dans le passé comme le blé ou le riz, se sont généralisés à grande échelle et sont respectivement consommés aujourd’hui par 97% et 91% de la population mondiale. C’est une alimentation occidentalisée, « accro » à la consommation de viande, de produits laitiers et de boissons sucrées qui s’impose ainsi. Des marchés alimentaires où les intérêts des grandes entreprises sont évidents. C’est ce qu’explique en détail une récente étude intitulée « L’augmentation de l’homogénéité dans les chaînes alimentaires globales et son implication pour la sécurité alimentaire », qui affirme que nous nous acheminons vers un « régime alimentaire mondialisé ».

 

Un menu qui, d’après les auteurs du rapport, constitue « une menace potentielle pour la sécurité alimentaire ». Pourquoi ? En premier lieu parce qu’en dépit du fait que nous consommons plus de calories, de protéines et de graisses qu’il y a cinquante ans, notre alimentation est moins variée et il est donc plus difficile de digérer les micronutriments nécessaires pour l’organisme. En outre, affirment les auteurs, « la préférence pour les aliments énergétiquement denses et basés sur un nombre limité de cultures agricoles globales et de produits transformés est associée à l’augmentation de maladies non transmissibles comme le diabète, les problèmes cardiaques ou certains types de cancer ». Notre santé est donc en jeu. La suite sur Pressenza

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans MONDIALISATION & MISÈRE
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 09:32

 

Ce n’est pas un petit avertissement, c’est une débâcle infligée au pouvoir de M. Hollande. L’électorat de gauche en s’abstenant a sciemment refusé d’aller inverser la courbe qui s’était dessinée au premier tour. C’est cette abstention de la gauche qui a permis à la droite, avec l’apport des voix d’extrême-droite, d’accéder à la direction de plus de cent-cinquante villes et au parti de la famille Le Pen de gagner près de quinze municipalités. C’est dire si le moment est grave et inquiétant. Au lieu d’en tenir compte et de répondre aux demandes de justice sociale qui se sont exprimées dans les urnes et encore plus dans leur silence, le Président de la République n’entend que l’assourdissant tintamarre de la droite, de son extrême et du MEDEF en nommant M. Valls qui incarnerait « l’ordre et l’autorité à Matignon ». Celui-là même qui a fustigé les lois de réduction du temps de travail ou la proposition de loi des parlementaires du Front de gauche sur l’amnistie sociale. Celui qui a placé au cœur de l’agenda politique ces derniers mois, les thématiques revenant à légitimer celles du parti de l’extrême-droite. En choisissant celui qui, lors de la primaire socialiste, n’a réalisé qu’un peu plus de 5%, F. Hollande signifie, avec un certain cynisme, qu’il fait un pas de plus dans le libéralisme économique. Il risque ainsi de transformer les défaites en désastre pour nos concitoyens et pour la gauche. C’est un pas de plus dans le brouillage des repères, dans la décapitation des valeurs universelles qui fondent notre République.

 

Déjà les élections municipales confirment sa fragmentation politique. Pour nombre de nos concitoyens, l’extrême droite s’y est banalisée ce qui rend la situation encore plus préoccupante.

 

Le Front de gauche et les communistes ont aussi subi la désaffection de la gauche dans des mairies qu’ils animaient tandis qu’Europe Ecologie-Les Verts résiste plutôt bien, tout en étant dans la majorité gouvernementale. Ce sont des forces avec lesquelles il faudra compter, à condition qu’elles aient l’ambition de se mettre au diapason des attentes populaires, tant du point de vue de la nature des changements à apporter dans la vie de nos concitoyens que dans leur pratique politique et leur rapport aux institutions. C’est ce à quoi appelle le très haut niveau de l’abstention dans une élection locale, qui jusque là mobilisait plutôt davantage que les autres scrutins. Cette donnée essentielle témoigne du niveau de défiance, de ras le bol, d’écœurement qui parcourt le pays. Il porte en germe une crise de la politique, voir une crise politique aux lourdes conséquences.

 

Un ouvrier, un employé, un petit paysan ou artisan, un retraité, un demandeur d’emploi, ne reconnait plus ce pouvoir comme étant de son côté, mais du côté des puissants. Toutes les forces politiques sont interrogées et mises en cause. La remobilisation des citoyennes et citoyens de gauche passe par leur respect, l’écoute de leurs angoisses et de leur désir de participer aux choix, et par un net changement de cap en faveur de la justice et la solidarité.

 

C’est d’un nouveau projet progressiste, alternatif, dont ils ont besoin, auquel ils souhaiteraient être associés. L’obstination à appliquer le programme de réduction de cinquante milliards de crédits publics pour les transférer aux grandes entreprises, sans contrepartie pour l’emploi, va à l’encontre d’un projet de gauche.

 

Les électrices et les électeurs en ont assez de voter pour une gauche qui ne tient pas ses engagements, qui, une fois élue, ne cesse d’invoquer la dette ou Bruxelles pour justifier l’austérité et le chômage, avec une calculette à la place du cœur. Or, le gouvernement de M. Hollande, comme le gouvernement sarkozyste, enferme les populations dans cette tenaille, en tenant le même discours selon lequel on ne peut pas faire une autre politique. Une gauche authentique doit-elle d’abord écouter les grondements des marchés financiers et les diktats de Bruxelles ou les aspirations populaires ? Si elle cède aux premiers, elle n’est plus reconnue comme étant la gauche par un peuple qui dès lors déserte les urnes ! Pour renouer les fils qui ont été rompus, il faut affronter la finance et l’Europe de l’argent-roi, en mobilisant les populations. Par Patrick Le Hyaric / la suite ici

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans LE CHANGEMENT - C'EST QUAND
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 09:21

 

 

Les ministres des Finances de l’Union européenne se sont réunis ce mardi à Athènes.


Malgré l’interdiction de manifester, 5 000 personnes se sont rassemblées dans la capitale. Des heurts ont éclaté dans la soirée entre des protestataires et des forces de l’ordre. Les manifestants protestent contre un nouveau train de réformes adopté cette semaine par la Grèce pour obtenir de nouveaux fonds de l’Union européenne et du Fonds monétaire international.


‘‘Les politiques de l’Union Européenne, de la troïka rendent le peuple grec fou. Les droits des travailleurs sont supprimés, les salaires et les pensions sont réduits de façon radicale. Nous n’allons pas laisser ça passer’‘. La suite et la vidéo sur
Euronews



Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CRISES EUROPÉENNES & MONDIALES
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 09:20

 

 

La crise financière a coûté six millions d'emplois en Europe depuis 2008 et a plongé plusieurs millions de personnes dans la pauvreté, selon une étude sur les conséquences sociales du ralentissement économique présentée mardi.


C'est la première fois que les ministres des Finances de l'Union européenne, réunis mardi en Grèce, se penchent sur cet aspect de la crise économique, étant habituellement préoccupés par les moyens d'apaiser les marchés par des méthodes draconiennes.


La réunion s'est tenue mardi près de la place Syntagma, dans le centre d'Athènes, lieu de nombreuses manifestations contre la cure d'austérité exigée par l'UE et le FMI pour sortir la Grèce de la crise.


Malgré l'interdiction de manifester, 5.000 personnes se sont rassemblées mardi dans le centre d'Athènes pour protester contre un nouveau train de réformes adopté cette semaine par la Grèce pour obtenir de nouveaux fonds de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.


Une poignée de manifestants ont tenté de pénétrer à l'intérieur du périmètre bouclé où se tenait la réunion des ministres européens des Finances, mais les policiers les ont repoussés à coups de gaz lacrymogènes.


Après six ans de récession, que beaucoup imputent aux créanciers internationaux et en particulier à l'Allemagne favorable à l'orthodoxie budgétaire, environ 25% des Grecs sont sans emploi, dont plus de la moitié des moins de 25 ans. Suite sur Capital

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans EUROPE & U.E
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 09:19

 

 

Des revenus à l’éducation, la dénonciation des élites est une façon de faire oublier les privilèges dont dispose une frange beaucoup plus large de la population qui vit à l’abri de la crise. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Qui sont les privilégiés dans la France contemporaine ? Régler la question des inégalités en s’en prenant à une élite étroite arrange, au fond, les couches favorisées. Pour réduire les inégalités, il suffirait de corriger les dérives de quelques-uns, situés tout en haut de la hiérarchie sociale. Une bonne méthode pour ne rien changer au fond. Les super-riches se sont enrichis de façon indécente ces dernières années, mais notre pays reste marqué par des privilèges dont dispose une fraction beaucoup plus large de la population. Ce qui alimente le ressentiment des catégories populaires et les tensions sociales qui s’exprime dans les urnes. Essayons d’y voir plus clair.


La France de tout en haut va très bien. Malgré la crise, elle continue de s’enrichir de façon indécente. Entre 2004 et 2010 [1], les revenus des 0,1 % les plus riches ont augmenté de 18 %, soit 36 000 euros annuels, l’équivalent de trois ans de Smic, contre 7 % et 1 300 euros pour le revenu médian (autant gagne moins, autant gagne plus, revenu par ménage, avant impôts et prestations sociales). La France de l’élite scolaire prospère tout autant. Ses « grandes écoles » restent fermées au peuple, et ses élèves choyés. La collectivité dépense 15 000 euros par étudiant en classe préparatoire aux grandes écoles, contre 9 000 euros par étudiant des filières généralistes de l’université.


La « France des riches » est largement dénoncée à gauche, avec raison [2]. Pourtant, cette critique laisse parfois songeur. Hormis sans doute Marianne Bettencourt, on peut toujours trouver plus favorisé que soi, un sport très pratiqué en France. Cette vision élitiste et simpliste des inégalités, très en vogue, conduit à faire l’économie d’une réflexion de fond sur les inégalités sociales qui structurent notre société, bien au-delà des avantages d’une poignée de dirigeants du « grand capital ». Concrètement, elle permet aux catégories favorisées - déguisées en « classes moyennes supérieures » - d’éviter de contribuer davantage à la solidarité et de faire plus de place aux couches moyennes et populaires. Ou de réformer l’école pour l’ouvrir à tous.


Les privilèges vont bien au-delà des beaux quartiers et des classes prépas. La stagnation du pouvoir d’achat est une moyenne artificielle qui masque la progression des revenus de catégories qui se disent assommées par le « matraquage fiscal ». Entre 2008 et 2011, le revenu annuel moyen des cadres supérieurs [3] a augmentéde 1 000 euros, alors que celui des employés a baisséde 500 euros et celui des ouvriers de 230 euros. Au cours de la même période, le seuil de revenu des 10 % les plus pauvres a diminué de 4,3 % (après impôts et prestations sociales), quand celui des 10 % les plus riches a progressé de 3,2 %. Une perte de 360 euros annuels d’un côté et un gain minimum de 1 800 euros de l’autre. Or, on entre dans le club des 10 % les plus aisés, à l’abri de la crise, à partir de 3 000 euros nets [4] pour un célibataire ou 5 600 euros en moyenne pour un couple avec enfants. Bien loin des revenus des patrons superstars du CAC 40 ou de nos 0,1 %. La suite sur Observatoire des Inégalités

 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans POUVOIR D'ACHAT (Achat de pouvoir)
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 08:56

 

Pourquoi changer de 1er ministre, quand la direction politique prise est celle de Bruxelles, via F. Hollande ? Que ce soit Ayrault, Valls ou n'importe quel ministre issu de Solférino qu'est-ce que ça va changer ? RIEN ! NADA !

 

Et ce n'est pas faute d'avoir des exemples avec la Grèce, l'Espagne,l'Italie, le Portugal... Mais c'est ainsi, en France on croit toujours qu'on va faire mieux que les autres.

 

Ce gouvernement a fait voter le TSCG et le MES qui nous livraient pieds et poings liés aux obligations imposées par Bruxelles de ne pas avoir un déficit au dessus de 3 % du PIB. Or, lorsque ces deux traités ont été signés, nous savions (ils savaient) très bien qu'il était impossible d'y accéder, sauf à revenir sur toutes les avancées sociales gagnées au lendemain de la guerre et qui avaient fait de la France, un grand pays humaniste, car solidaire. Aujourd'hui, nous ne sommes plus qu'un pays à la remorque d'une force capitaliste mondialisée, qui nous amènera à pire dans quelques temps avec le Grand Marché Transatlantique (GMT) (*), écrasant peu à peu ce qui reste d'humanité dans le pays des Droits de l'Homme.

 

Valls ? Et après ?

 

La France qui a obtenu un délai de deux ans pour revenir au taux décidé par le fameux TSCG et qui espère obtenir une rallonge supplémentaire est placée sous surveillance de la Commission. Le commissaire aux affaires économiques et aux finances ( Olli Rehn) a rappelé le 1er avril dernier dans un communiqué, que la France doit tenir ses engagements...

 

Mais ça, vous n'en avez pas entendu parler, ou si peu. Il valait mieux nous faire des reportages des journées entières sur la passations de pouvoirs dans les différents ministères... comment les nouveaux promus arrivent,(à pied, en voiture...) leurs déclarations, leurs vies passées etc...

 

Et pour tenir nos (leurs) engagements, (ce fameux plan de redressement de 50 milliards d'euros que la Commission exige détaillé) le tout nouveau gouvernement devra le présenter à Bruxelles mi avril...

 

Il parait que Manuel Valls est un grand communicant... « sera-ce » suffisant ?

 

Où trouver ces 50 milliards ?

 

- On entend ici ou là, que le coût du travail en France est trop élevé... sous entendu il faudrait le baisser.

Or, en réalité la France est en 5ème position derrière la Suède (40,1€ de l'heure), le Danemark (38,4€), la Belgique (38€), le Luxembourg ( 37,5€). La France elle, est à 34,3€.

Bien sûr, on peut toujours comparer avec la Bulgarie (3,7€). Bon !! pour arriver à ce stade, il va falloir que bailleurs et propriétaires (par exemple) revoient leurs loyers et donc leur revenu à la baisse.

 

- On entend aussi qu'il faut aider les entreprises.

Sauf erreur, cette aide est aux alentour de 110 milliards par an (niches fiscales et sociales, subventions, prêts et apports en capital).

 

- Qu'il faut aider les jeunes et les seniors dans l'emploi

Via les contrats de génération et contrats d'avenir, dont 75% du salaire est payé par l'État ?

 

- Sans compter :

L’allégement de charges sur les bas salaires, dispositif qui maintient les salariés dans des petits revenus.

 

50 milliards, une broutille ! Mais une broutille qui mécaniquement augmente nos impôts et on voit mal comment F Hollande respectera sa dernière promesse de baisse d'impôts.

 

Pour « le changement maintenant », il aurait fallu mettre en place autre chose que des dispositifs qui maintiennent les petits salariés dans un pouvoir d'achat insuffisant pour consommer, et donc pour relancer l'économie, ce qui permettrait aux entreprises de remplir leurs carnets de commandes afin qu'elles ne vivent plus sous perfusions d'aides diverses ; ce qui permettrait également de diminuer les aides sociales familiales et redonnerait de la valeur au travail.

 

 

¡ Buena suerte Manuel

 

VMH

 

(*) GMT

 Déclaration Transatlantique des droits des entreprises

Conférence de J-L Mélenchon sur le GMT

 

Subventions-emplois-aides.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Subventions emplois aidés

"clic" sur l'image

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans LE CHANGEMENT - C'EST QUAND
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 19:37

 

 

Consternation et sidération à la lecture des rapports du CSA sur les temps de parole politique en cette période électorale !


France3, la chaîne de service public « préférée des Français », a tendu le micro au Front National de façon éhontée : sur la période examinée par le CSA, qui court du 10 février au 21 mars, les chiffres montrent une surreprésentation du Front National et un déséquilibre total pour les autres partis.


Jusqu’à 48% des temps de parole pour le FN !

Sur France 3, le FN bénéficie de 29% des temps de parole au 14 mars. On a compté jusqu’à plus de 48% la semaine précédente !!!
Mais comme il faut bien respecter l’équité jusqu’au 21 mars, un pseudo équilibre se fait la dernière semaine,
in extremis,pour aboutir sur toute la période à 17% pour le FN, mais 3,9% pour EELV - 4,85 pour le Parti de Gauche - 4,79 pour l’UDI, carrément rien pour le MoDem, le NPA, le Parti radical- 33,84 pour le PS et 30,12 pour l’UMP.


A l’issue du 1° tour des municipales, le FN, qui a déposé en tout 585 listes, représente 4,7% des voix dans les villes de plus de 1000 habitants. 


Alors monsieur le président de FTV, messieurs les directeurs et sous-directeurs de l'information, messieurs les rédacteurs en chef etc…Nous osons espérer que la réapparition du Front National au niveau municipal dans le pays vous interpelle, comme elle choque une majorité des citoyens et des républicains.


Le problème, c'est que vous portez une lourde responsabilité dans ces résultats, en ayant omis de veiller au pluralisme dont vous devez pourtant être les garants.


Vous trahissez par votre désinvolture le travail des journalistes de terrain qui, eux, se soucient au quotidien de l'équilibre et de l'éthique de leurs reportages. Vous méprisez les citoyens en ne leur offrant pas une information permettant de faire des choix politiques éclairés, vous bafouez la mission de service public qui nous est dévolue.


Nous, salarié-e-s de France TV et aussi téléspectateurs payant la redevance, nous vous exprimons notre colère, notre honted'être de fait assimilés à une chaîne qui fait le lit de l'extrême droite, en ayant accordé une visibilité au FN disproportionnée par rapport à son implantation municipale.
Nous vous demandons des explications et attendons un changement rapide de cap.

Paris, le 28 mars 2014
*les tableaux du CSA sont consultables sur le site du CSA
SNJ-CGT France Télévisions 

En téléchargement...

Les dirigeants de France TV complices de la montée du Front National.pdf

 

Source SNJCGT

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans MÉDIAS
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 19:31

 

 

Ils en avaient assez que le maire sortant décide seul : les habitants de ce village de la Drôme ont travaillé pendant des mois à une liste collégiale, et vécu une belle expérience de démocratie participative.

 

(De Saillans, Drôme) Que ceux qui ne croient plus à la politique aillent donc passer quelques jours dans ce petit coin au sud du Vercors. Ce qui s’y est passé ces derniers mois pourrait bien les faire changer d’avis. Joachim Hirschler, l’un des nouveaux élus de Saillans, rapporte avec délice la remarque d’une habitante :

 

« C’est magnifique : c’est la première fois que je vote avec le sourire. »

Dans ce village de la Drôme, les municipales ont brassé une énergie formidable.

 

Face au maire sortant, quelques habitants ont lancé l’idée d’une « liste collégiale ». Avec l’envie de changer les choses, de ne pas voter « par dépit », ils se sont lancés dans une nouvelle manière de gérer leur commune, en sollicitant tous leurs voisins.

 

Une « démocratie participative » pour laquelle ils ont renversé l’organisation pyramidale de la mairie.

 

Hop, voilà les 1 199 habitants au sommet. Par petits groupes, ils ont imaginé ensemble des dizaines de projets et jusqu’à 250 personnes se sont réunies lors des réunions publiques – soit presque le quart de la population !

 

Ces deux derniers mois, on ne parlait plus que de politique, au village. Joachim Hirschler :

 

« A la fin on n’en pouvait plus, il fallait vraiment faire ces élections. »

 

Réveil des consciences

 

Cris de joie à l’annonce des résultats dimanche dernier, dans une salle bondée : la liste collégiale remporte les élections au premier tour avec 56,8% des voix (pour 1 070 inscrits) et 110 bulletins d’écart avec la liste du maire sortant, qui conserve trois sièges.

 

 

 

 

La suite sur Rue89

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 08:41
Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans PARTI DE GAUCHE- J-L MÉLENCHON
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 08:39
Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans PARTI DE GAUCHE- J-L MÉLENCHON
commenter cet article

Visiteurs

compteur

Vidéos

A signer

Soutenez la candidature de J-L Mélenchon