Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Sous les pavés, Orange

Recherche

4ème circo Vaucluse

F FARYSSY & I BRUET

 

 

Candidats législatives France Insoumise

Orange-Bollène-Valréas-Vaison

***

Rejoindre un groupe d'Insoumis

Valréas

Vaison-la-Romaine 1

Vaison-la-Romaine 2

Malaucène

Gigondas

Piolenc

 

À lire

 

 

 

 

 

 

 

21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 08:55

 

Pendant que le peuple se saigne et que le gouvernement veut faire passer l’austérité pour la seule politique possible, les cabinets ministériels de Valls ne connaissent pas les restrictions budgétaires : leurs membres ont vu leurs rémunérations mensuelles brutes moyennes progresser de 7,1% par rapport à celles du gouvernement Ayrault en 2013. La palme des augmentations revient à l’Enseignement supérieur et la Recherche avec 12 222 euros, soit une augmentation de 10%, à égalité avec les conseillers de Valls.


Il n’est pas certain que les personnels de l’Enseignement supérieur et de la Recherche apprécieront d’apprendre que le coût des collaborateurs de Geneviève Fioraso et des fonctionnaires de son Secrétariat d’Etat a augmenté de 10% : de 11 140 euros en 2013 le salaire mensuel brut moyen serait passé à 12 222 euros en 2014, prime comprise. Alors que le collectif Sciences en Marche et la majorité des organisations syndicales se mobilisent contre le désengagement de l’Etat et la situation catastrophique  des laboratoires publics et des universités, alors que Bercy coupe 20% de la quatrième tranche annuelle des crédits aux universités, alors que la précarité explose partout, l’or coule à flots dans les cabinets de Manuel Valls. Ce n’est pas seulement « choquant » comme le rapporte le député René Dosière sur son blog. C’est tout simplement honteux et indécent au regard des sacrifices imposés quotidiennement à nos concitoyens.


Le député socialiste René Dosière,  auquel le PS avait retiré son investiture aux dernières législatives et qui mène depuis 15 ans un combat solitaire pour collecter des informations sur les budgets de l’Elysée et des ministères, a accompli un travail salutaire, travail qu’on aimerait voir conduit par davantage de députés. A force de questions écrites aux différents ministères (voir ici), il est parvenu à compiler un précieux document qu’il a mis en ligne sur son blog. On peut le télécharger ici. On y apprend principalement deux choses :

1. « Les cinq rémunérations les plus élevées se trouvent au ministère de la culture (13 744 euros), au ministère de l’intérieur (12 987 euros), au ministère de la décentralisation (12 680 euros), au ministère du redressement productif (12 369 euros) et au secrétariat d’Etat à l’enseignement supérieur (12 222 euros). »

2. « Il est fréquent que les collaborateurs de cabinet soient mieux payés que leur ministre, ce qui est anormal. Alors qu’un ministre perçoit une rémunération brute mensuelle de 9940 euros, on constate que dans 19 ministères (sur 31 soit dans 61% des cas), la rémunération moyenne des membres de cabinet est supérieure. En 2013 cette proportion s’élevait à 56%. »


Une annexe au Projet de Loi de Finances 2015, analysée récemment par Laurent Mauduit, vient utilement compléter le travail du député Dosière. Intitulée « Personnels affectés dans les cabinets ministériels », elle nous apprend que les indemnités pour sujétions particulières (ISP, à savoir les primes) s’élèvent pour l’ensemble des ministères à plus de 24 millions d’euros. Selon le document de Dosière ces primes vont de 522 euros par mois au Secrétariat d’Etat aux Handicapés à 5070 euros pour le Ministère de la Culture. L'annexe montre (p. 61) que Geneviève Fioraso a considérablement étoffé son secrétariat entre 2013 et 2014 : de 13 à 21 membres, les rémunérations passant de 750 000 euros à 1,5 millions. René Dosière aurait matière à une nouvelle question.


Je fais une suggestion de bon sens, dans l’intérêt de nos finances publiques et de la moralité de notre République : équilibrer et plafonner les primes afin de diviser par deux leur montant total. L’Etat montrerait l’exemple et pourrait économiser facilement 10 millions, au lieu de siphonner les réserves du Fonds d’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), nouveau scandale à mettre au crédit de ce gouvernement de la honte. La suite sur Médiapart

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 08:37

 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 13:46

 

Je vous lire cette lettre :

 

"François Hollande a été catégorique jeudi dernier sur France 2 : l'allongement de la durée de la vie implique des efforts de toutes et tous et notamment que le temps passé au travail pour faire valoir ses droits à la retraite soit allongé...

C'est beau, c'est juste, c'est responsable !

 

Mais enfin il y a des petit(e)s malin(e)s qui ont su dégainer plus vite...

 

Ainsi Anne la Dauphine a-t-elle fait ses valises à tout juste 52 ans pour jouir d'une retraite bien méritée.

Elle peut donc cumuler sa pension avec ses indemnités d'élue et, si elle devenait - ce qu'à Paris ne plaise - maire de la ville, elle se ferait une jolie pelote !

 

Ah, le Journal officiel ! Peu de gens le lisent et ils ont tort.

Car, on y trouve de temps à autres des pépites comme celle-ci, perdue dans l'édition du 5 février 2011 et que nul n'a remarqué :

"Par arrêté du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé en date du 27 janvier 2011, Mme Anne HIDALGO, directrice du travail, est radiée des cadres et admise à faire valoir ses droits à la retraite, à sa demande, à compter du 1er juillet 2011." source Légifrance 

 

Cette avisée personne étant née le 19 juin 1959, elle avait donc à peine 52 ans quand elle a bénéficié de cette agréable disposition.

Plus finement encore, ayant dépassé de peu les 50 ans au 1er janvier 2011, elle a pu bénéficier d'une pension calculée sur la base de la législation en vigueur avant la loi du 9 novembre 2010, fort généreuse.

 

Le tout est assurément légal même si on peut constater avec amusement que cette Anne calculatrice s'est empressée de sauter dans le train avant qu'il ne soit trop tard. Bien joué !

On notera quand même que ces dispositions ont été abrogées car ruineuses pour l'Etat et totalement injustes au regard du sort des femmes travaillant dans le privé.

De plus, elle vont permettre à ladite Anne, inspectrice d'un travail qu'elle aura bien vite quitté, de jouir le reste de sa vie durant d'un cumul retraite + indemnités d'élue tout à fait sympathique. Que ce dispositif ait été conçu pour des femmes qui, du fait de leurs maternités, n'ont qu'une carrière " hachée " et des droits réduits ne l'a sans doute pas émue.

 

Bah ... un fagot de plus sur le déficit budgétaire, qu'importe ! Toutes celles et tous ceux qui n'ont pas ou n'ont plus droit à pareilles largesses sauront lui pardonner sans le moindre sentiment d'envie.

 

Comment disent-ils déjà ? La République E-XEM-PLAIRE !!!!! "

 

Didier Mludek

---------------------------------

Note personnelle :


Sans vouloir jeter l'anathème sur l'élue en question et sans savoir par ailleurs si elle perçoit effectivement sa retraite, cette situation est insupportable surtout quand on sait que des petits vieux vivent avec moins de 800€ par mois après souvent une dure vie de labeur.

 

A l'heure où on parle du non cumul des mandats, est-il utile de rappeler qu'un mandat est payé pour un temps plein or, nombre d'élus en ont deux ou trois. Et qu'on soit élu ou citoyen lambda, une journée n'a que 24 heures.

La possibilité pour un salarié du privé, d'avoir deux emplois est réservée uniquement pour les emplois à temps partiel et il est interdit dans la fonction publique.


Dans le même ordre d'idée, à l'heure où nous sommes soumis à des économies drastiques, à l'heure où le gouvernement va revoir comment économiser (encore) sur les retraites, est-il normal de pouvoir cumuler financièrement retraite et fonction d'élu ?

VMH

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 07:11

 

 

Révision du Schéma national des infrastructures de transport : la Fnaut livre ses propositions chiffrées

 

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) a présenté le 21 mars ses propositions en vue de la révision du Schéma national des infrastructures de transport (Snit), après les avoir soumises à la commission Mobilités 21 chargée par le gouvernement de faire le tri dans les projets du Snit. Pour appuyer ses suggestions, la Fnaut se fonde sur un rapport que RFF vient de faire réaliser par trois experts du secteur des transports, Gérard Mathieu, Jacques Pavaux et Marc Gaudry, évaluant la contribution du réseau et de la politique ferroviaires aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de consommation d'énergie pour les déplacements de voyageurs à moyenne et longue distance. "Nous souhaitons qu'il y ait moins de voitures en ville, moins d'avions sur courte distance, moins de camions sur longue distance donc davantage de transports collectifs urbains et davantage de trains, souligne d'emblée Jean Sivardière, président de la Fnaut. Le choix des nouvelles infrastructures est donc crucial : il faut éliminer les projets inutiles et dangereux, hiérarchiser les projets vertueux, dégager les financements nécessaires. Il y a suffisamment de bons projets dans le Snit pour qu'on évite les gaspillages."

Notre-Dame-des-Landes et le canal Seine-Nord dans le collimateur

Parmi les projets à éliminer aux yeux de la Fnaut, il y a d'abord le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, "inutile et surdimensionné". "Ce projet est bâti sur des mensonges car l'aéroport existant de Nantes-Atlantique n'est pas saturé et repose sur des illusions, avec des prévisions de trafic irréalistes, des vols quotidiens pour New-York, Pékin, Rio..., une nouvelle voie ferrée Rennes-Nantes infinançable, estime Jean Sivardière. De plus, il y a des coûts immédiats non comptabilisés (accès routiers, création et exploitation d'une desserte par tram-train) et, à plus long terme, des risques financiers pour la collectivité, sans oublier que l'enjeu environnemental est totalement ignoré." Pour la Fnaut, le projet doit être purement et simplement abandonné. Pour mieux desservir le Grand Ouest, il suffirait donc d'améliorer l'accès par TGV aux aéroports parisiens, Orly et Roissy.


Autre projet jugé "inutile", "très coûteux" et même "dangereux" : le canal à grand gabarit Seine-Nord. "Nous ne sommes pas opposés au transport fluvial à condition de le développer à bon escient, explique Jean Sivardière. Le transport sur les fleuves, qui relient un grand port et un arrière-pays industriel, est à encourager car sur ces axes, le trafic de conteneurs est massif, le rail et la voie d'eau ne sont pas de trop pour concurrencer la route. En outre, une forte capacité est disponible sur les fleuves et les investissements nécessaires sont limités. Par contre, sur les axes interbassins, les trafics sont bien plus faibles et il est absurde de concurrencer le rail qui dispose de capacités inutilisées. A notre avis, un canal à grand gabarit comme le canal Seine-Nord est non seulement inutile et ruineux, mais dangereux car il concurrencerait les ports du Havre et de Rouen au bénéfice de celui d'Anvers."

Autoroutes : ça suffit

La Fnaut souhaite aussi l'élimination de la plupart des projets autoroutiers inscrits dans le Snit. "Les autoroutes rentables sont construites depuis longtemps et les plus récentes comme l'A63 Pau-Langon sont des échecs financiers faute de trafic, soutient Jean Sivardière. Pour améliorer la sécurité sur les routes "accidentogènes", quelques radars suffisent. Augmenter la capacité des voiries, en particulier dans les zones urbaines, pour éviter les embouteillages est un processus sans fin et contre-productif, car on induit du trafic. Enfin une bonne desserte ferroviaire est plus utile aujourd'hui au développement local. Grenoble, Clermont-Ferrand, Cholet, Oyonnax se sont développés sans autoroutes."


Le projet de LGV Poitiers-Limoges (1,7 milliard d'euros) est aussi jugé "injustifié". "La desserte de Limoges doit se faire non par Poitiers, au risque de surcharger la LGV Atlantique et d'assécher la ligne classique POLT [Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, NDLR], mais par modernisation de la ligne POLT puis ultérieurement par branchement sur le POCL [Paris-Orléans-Clermont-Lyon]", estime la Fnaut.

De même le projet Transline ("barreau Est-Ouest", maillon de la "Via Atlantica") est qualifié d'"irrationnel" et "doit être éliminé", l'axe Lyon-Limoges n'étant pas "pertinent" pour une liaison Alpes-Atlantique, souligne la Fnaut.

Transports collectifs urbains à développer La suite sur LocaltisInfo



 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 11:15

 

À QUI PROFITE L'APL

 

Censée bénéficier aux locataires, l'aide personnalisée au logement a surtout permis aux propriétaires d'augmenter les loyers...

 

C'est une phrase que beaucoup de parents à la recherche d'appartements à louer pour leurs enfants ont entendue dans la bouche de propriétaires décomplexés: "Le loyer est peut-être cher, mais vous avez l'APL!" De fait, depuis sa création en 1977, l'aide personnalisée au logement - 6,8 milliards d'euros pour 2,7 millions de bénéficiaires en 2011 - a davantage constitué un moyen pour les bailleurs d'augmenter leurs tarifs qu'un gain de pouvoir d'achat pour les locataires modestes.

 

Un effet inflationniste observé en 2002 par David Le Blanc et Anne Laferrère, économistes à l'Insee, dans une étude concluant que les loyers des locataires aidés progressent beaucoup plus vite que ceux des autres. L'APL a ainsi clairement servi à faire grimper les prix. Tant dans le parc social, où certains bailleurs se servent de l'aide pour calculer le montant des nouveaux loyers en cas de réhabilitation, que dans le parc privé, où les prix des petites surfaces se sont envolés. A Paris, par exemple, une chambre de bonne de 10 mètres carrés peut se louer jusqu'à 600 euros! La suite sur L'Express


DES SOUS-PRÉFECTURES FANTÔMES

 

Là où la population a fondu, ces administrations ne servent plus à grand-chose. Le ministère de l'Intérieur veut les réorganiser, mais les élus concernés s'opposent à leur disparition.

 

S'il ne tenait qu'à eux, la question serait tranchée : il n'y aurait plus de sous-préfectures. Les Contribuables associés prônent une solution définitive. Leur pétition appelant à la disparition de cet échelon administratif, né en 1800 et correspondant à l'arrondissement (division du département), a recueilli quelque 15 000 signatures. "Il s'agit d'une institution archaïque, qui n'a plus d'autre sens que de préserver des employés sous-employés", assène la porte-parole de l'association, Benoîte Taffin, ancienne maire (1989-2001), libérale, du IIe arrondissement de Paris. Pour elle, "c'est aujourd'hui aux élus locaux d'attirer les industries et les commerces, d'assurer l'animation du territoire et non à des représentants d'un Etat vétuste". 

Trois sous-préfectures à moins de 40 km les unes des autres

Cette inspiration radicale n'a pu qu'être confortée par le rapport de la Cour des comptes de février 2012. Le document ne réclame pas la suppression pure et simple des 238 sous-préfectures, mais préconise leur réorganisation. L'Etat pourrait en escompter une économie de 300 millions d'euros, une manne non négligeable en ces temps d'économies budgétaires. A l'appui de ses recommandations, la Cour multiplie les exemples variant du cocasse à l'absurde. Dans les plus petites sous-préfectures, l'effectif ne dépasse parfois pas les 6 ou 7 fonctionnaires, sous-préfet compris ! Quels services peuvent-ils rendre aux administrés?  

A la sous-préfecture de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), l'arrondissement regroupe 8300 habitants; à Lyon, 1,5 million. Dans les 40 arrondissements les moins peuplés, l'évolution démographique de la France n'a pas été prise en compte... depuis 1836. Pendant ce temps, leur population s'est pourtant réduite de moitié, alors que celle des arrondissements les plus peuplés a augmenté de 80% depuis 1960. 

D'autres héritages historiques viennent assombrir le tableau. Quand la Loire-Atlantique (1,2 million d'habitants) ne dispose que de trois sous-préfectures, la Moselle et son million d'habitants en recensent sept. La faute à l'Allemagne: c'est elle qui avait mis en place ce système lorsque l'Alsace et une partie de la Lorraine appartenaient à l'Empire (1870-1918).  

La liste des "curiosités" pourrait être encore longue. Que dire de la Charente-Maritime, où trois des cinq sous-préfectures cohabitent à moins de 40 kilomètres les unes des autres? De ces bâtiments vides où une dizaine d'agents occupent 1000 mètres carrés? De ces arrondissements où le seul fonctionnaire d'encadrement est le sous-préfet? A l'inverse, de ceux où il manque cruellement, comme à Montmorillon (Vienne), faute de volontaires? Le poste désormais occupé est resté vacant plusieurs mois.  

La dernière réforme date... de Raymond Poincaré la suite sur L'Express 



QUAND L'ÉCOLE DONNE AUX RICHES

 

Etrange logique: l'Education nationale répartit très souvent les moyens au profit des plus nantis et au détriment des plus faibles.

 

Donner plus à ceux qui ont moins: la formule, répétée à l'envi par Nicolas Sarkozy, relève du bon sens en matière d'éducation. Et pourtant. Un rapport de la Cour des comptes publié en octobre a établi l'injustice de la répartition des moyens d'enseignement. L'Etat dépense ainsi 47% de plus pour former un élève parisien que pour un banlieusard de Créteil ou de Versailles. De même pour le nombre de postes: à la rentrée 2011, Créteil, qui gagnait 3836 élèves dans le second degré, perdait 426 postes, quand l'académie de Paris, qui en accueillait 1000 supplémentaires, obtenait 20 emplois...

 

En définitive, il apparaît que les moyens sont attribués selon une logique étrange: pour décider de l'allocation des postes par académie, ni le nombre d'élèves, ni leur origine sociale, ni leurs résultats scolaires n'interviennent. Plus étonnant encore: ceux qui ont vraiment besoin de dispositifs corrigeant leurs difficultés n'y ont pas assez souvent accès. La suite sur L'Express 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 18:09

 

Des économies ? Chiche !!

Il paraît qu'on ne peut agir sur les salaires des grands patrons, soit !! Mais sur les revenus des élus ?


Pour trouver de l'argent, les poches des salariés du privé sont faites (revalorisé de 5€/mois depuis juillet 2012) ; comme du public (non revalorisé depuis 2010), des retraités...

Une petite retraite (touchée majoritairement par des femmes) est de l'ordre de 620€/mensuels

 

Les pensions, rappel :

En 1984, le minimum contributif représentait environ 73 % du Smic net

En 2004, il de l'ordre de 55,5 % du Smic net

En 2011, il a été revalorisé royalement à 56% du Smic net, soit 620€

 

Autant de personnes, voire de familles qui ne peuvent relancer l'économie en consommant, puisque tout ou presque part en loyer, eau, gaz, électricité, transports, assurances, téléphone.

 

Aujourd'hui, le gouvernement cherche à faire des économies, mais de préférence sur ceux qui ont déjà peu. Il est question d'augmenter la TVA, les impôts sont toujours gelés, ce qui fait que les foyers qui perçoivent de 5 963 à 11 896€ paieront 326€

Une question se pose alors : est-il nécessaire de gagner entre 9000 et 15 000€/ brut mensuels quand on a en plus des avantages en nature ?

 

Un revenu mensuel de 5 000€ ne serait-il pas suffisant ?

 

On pourrait peut-être aussi:

☺Diminuer le nombre de ministres

France 34 Ministes ; Allemagne 8

☺Diminuer aussi le personnel de  l'Élysée

France : 900 personnes ; Allemagne : 300

☺Diminuer le parc automobile de l'Élysée

France : 121 ; Allemagne : 37

☺Changer la façon de voyager

France : 10 avions et hélicoptères ; Allemagne : train ou avion de ligne

☺Diminuer le salaire du Président

France : 21 000€/mens ; Allemagne : 15 000€

☺Diminuer le budget de l'Élysée

Élysée : 113 000 000€ : Chancellerie : 36 400 000€

☺Diminuer le nombre de parlementaires :

France (Sénat et Assemblée Nationale) : 925 (pour 65 millions d'habitants) ; Allemagne : 621 (pour 81 millions d'habitants)

 

VMH

------------------------

Rappel :

 

►1er ministre :

Traitement brut mensuel : 14 910 €

♦Avantages en nature :

Accès gratuit au réseau SNCF (1re classe)

Quotas de déplacements aériens

Mise à disposition d'un parc automobile

Dépenses téléphoniques et courrier

Voiture de fonction et chauffeur

Logement de fonction à l'hôtel Matignon

Résidence secondaire (la Lanterne à Versailles dans les Yvelines, et le château de Champs-sur-Marne)

 

►Ministres (Aujourd'hui 34 ministres et ministres délégués)

9 940 € brut/mois

Secrétaires d'état

secrétaire d’Etat de 9 443 € brut/mois

♦Avantages en nature :

Accès gratuit au réseau SNCF (1re classe)

Quotas de déplacements aériens

Mise à disposition d'un parc automobile

Dépenses téléphoniques et courrier

Voiture de fonction et chauffeur

Logement de fonction ou prise en charge par l'État d'un logement d'une superficie maximale de 80 m² plus 20 m² par enfant à charge.

 

Conseil Constitutionnel (9 membres, plus les anciens présidents de la République)

A savoir, les anciens présidents sont membres de droit et à vie

→Valéry Giscard d'Estaing, membre à vie depuis 1981 (soit 487 mois)

→ Jacques Chirac membre de droit également depuis 2004 (mais ne siège plus depuis 2011)

→ Nicolas Sarkozy, membre à vie depuis 2012 (58 ans)

Le président, 6 950,08 €. brut/mois.

Les membres : 6 338,88 €. brut/mois

 

Sénateurs (Aujourd'hui ils sont 348.Ils étaient 331 en 2004, 343 en 2008)

Le doyen, Marcel Dassault a 83ans, l'ancienne doyenne en avait 91 (ne s'est pas représentée)

7 100,15 € + 6 412 € nets (frais de « représentation ») soit 13 512,15 € brut/mois

♦Avantages en nature :

Accès gratuit au réseau SNCF (1re classe)

Taxis gratuits à Paris

Bureau individuel

Ordinateur, internet, 4 lignes téléphoniques, courrier

Quotas de transports aériens (40 A-R Paris/Circonscription)

Prêts d'aide au logement (pour 2008 : montant moyen 94 000 €, taux moyen 2 %)

Retraite : pension mensuelle moyenne de retraite au 1er septembre 2011 de 4 442 € net.

Les non réélus âgés de moins de 65 ans peuvent prétendre au versement d'une allocation d'aide au retour à l'emploi mensuelle et dégressive...

 

►Députés ( ils sont 577)

Le doyen des députés est âgé de 76 ans

13 512,15 € brut

♦Avantages en nature :

Accès gratuit au réseau SNCF (1re classe carte payée par l'Assemblée Nationale)

Taxis gratuits à Paris

Quotas de déplacements aériens

Lignes téléphoniques et courrier ( forfait annuel )

Allocation d'aide au retour à l'emploi pendant 3 ans

Retraite de député : 1 549 € mensuels pour un seul mandat de cinq ans etc...

Source Wikipedia

 

Voir aussi

"les anciens présidents nous coûtent 5 M€ par an"

"L'indemnité de fonction du président du CSA a plus que doublé"

" Et si notre gouvernement copiait celui de l'Allemagne?"

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 22:19

 

Depuis 2007, la SNCF, comme la Poste et bien d'autres services public, est soumise à une « ouverture du marché à la concurrence », terme joliment arrangé pour ne pas dire « privatisation »...

 

Combien de fois entend-on via les divers médias, ces réflexions : «Ces nantis nous coûtent cher » ; « ils sont toujours en grève » !... On voit tellement les trains qui arrivent en retard (eux aussi toujours largement relié par les médias) , qu'on ne voit plus les milliers qui nous amènent à l'heure.

 

Souvenez-vous pour la Poste, c'était pareil : « on passe des heures dans les files d'attente »... mais peu de gens remarquaient alors que sur les 5 ou 7 guichets, il n'y avait que 2 personnes pour accueillir le public.

 

Quand on veut noyer son chien...

 

Au programme aujourd'hui, remise en cause du statut des cheminots, ouverture à la concurrence du transport régional de voyageurs pour 2014, éclatement de l’entreprise entre l’ « infrastructure » (c’est-à-dire tout ce qui concerne le réseau) et l’ « exploitation » (le service de transport).

 

Actuellement, la SNCF recrute déjà quelque 20 % des nouveaux cheminots en statut privé. Quant aux cadres, c'est 50%...

 

Et ces cadres, il faut les bichonner... donc : séminaire !! Mais pas en train, pas avec le Pass Navigo non plus, car le séminaire en question est à... Tanger. Pour la modique somme de 2,7 millions d€ !!

 

Didier Migaud n’a pu s’empêcher de citer ce séminaire rassemblant 600 managersen 2011: quatre jours à Tanger pour 2,7 millions d’euros (82 % de dépassement), soit 1430 euros par jour et par personne !

 

Pour la SNCF, « les managers sont les acteurs clés de la performance et des enjeux stratégiques à venir: déploiement du nouveau projet d’entreprise, ouverture à la concurrence en Europe,exigence croissante de qualité du service de la part des clients, nécessité d’imaginer une mobilité future » Lire sur le Portail managers de la SNCF 

 

(Autrement dit, ceux qui sont chargés de faire passer la pilule de la privatisation)

 

A noter, que les frais de communication de la SNCF, dérapent. Ils atteignent 210 millions d’euros par an. Les dépassements de budgets sont fréquents, les retombées peu évaluées et les évènements mal préparés.

 

VMH

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 11:18

 

 

Ne cherchez plus pourquoi plus les peuples font des efforts et plus on leur propose l'austérité :

 

Les banques remboursent moins que prévu à la BCE

 

Les banques de la zone euro ne rembourseront que 61,1 milliards d’euros de prêts à 3 ans consentis par la BCE lors de son second prêt exceptionnel sur 3 ans. La BCE avait prêté 529 milliards d’euros à 800 banques l’année dernière.

 

Les banques de la zone euro rembourseront donc moins que prévu. Les analystes du consensus Reuters tablaient en effet sur un remboursement de 130 milliards d’euros, mais les banques de la zone euro ne rembourseront pour le moment que 61,1 milliards d’euros à l’avance.

 

Avec son programme de prêts à 3 ans, la BCE espérait que les banques prêteraient davantage aux entreprises et aux ménages pour soutenir la croissance, ce qui n’a finalement pas été le cas, de l’aveu de Mario Draghi, à cause de la faible demande de crédits en période de crise. La suite sur Impôts économies 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 22:22

 

 

En pleine crise, la direction générale de Pôle emploi a dépensé plus de 75 000 euros (hors taxes) pour ses vœux de fin janvier, d’après des éléments recueillis par Mediapart. En interne, ces chiffres font quelque peu grogner

 

La seule facture du traiteur indique 53 773 euros nets pour un cocktail dînatoire servi à 900 invités (notamment des cadres de la direction générale de Pôle emploi basée à Paris), soit tout de même 60 euros de vins et petits fours par personne, alors que certaines administrations ont supprimé leur cérémonie cette année pour réaliser des économies.

 

Sollicitée, la direction de la communication de Pôle emploi précise que ces vœux ont coûté légèrement moins cher qu’en 2012 (« On doit être à 3 000 ou 4 000 euros en dessous de l’an dernier »).

 

L’établissement public a tout de même fait appel au traiteur Butard Enescot, « créateur de réception » qui revendique une « clientèle de prestige », et opté pour le palais des congrès de Montreuil. Une poignée de cars ont dû transporter les « Parisiens » à pied d’œuvre –bien que le métro s’arrête à 200 mètres.

 

Certains bus n’ont pas fait le plein, des agents ayant préféré sécher le grand discours de Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi. « Ce n’est pas tant le coût qui a pu gêner, explique Véronique Pasty, secrétaire générale adjointe du SNU (FSU), principal syndicat de la maison. C’est plutôt le discours servi aux agents, la bonne parole sur le plan « Pôle emploi 2015″ qu’ils n’avaient pas forcément envie d’entendre ». La suite sur ActuWiki

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 22:21

 

 

C'est un article qui date d'un an, mais qui est toujours d'actualité, ailleurs, dans d'autres entreprises.

 

À Sud, nous estimons que ce montant est en dessous de la réalité et gardons à l’esprit qu’il ne résume pas toutes les pertes du Groupe BPCE (souvenons-nous de « l’incident boursier » qui nous a coûté 750 millions d’euros en 2008 ou du fumeux placement « Sémillon », découvert en 2009, qui nous a fait perdre 450 millions d’euros). Même si l’on retient le chiffre du directeur général de Natixis :

 

8 milliards d’euros de pertes représentent 400 000 années de salaire brut de T2 (soit 20 239 € pour une année) !

 

Un tel niveau de pertes aurait dû entraîner la mise en place d’une commission d’enquête pour déterminer les causes à l’origine de cette situation, identifier ceux qui en ont profité et sanctionner les responsables. Dès décembre 2007, Sud provoquait la tenue d’un Comité de Groupe pour évoquer la situation de Natixis et ses conséquences sur le Groupe. Faute d’obtenir les informations réclamées, Sud saisissait ensuite les responsables de la Commission bancaire que nos représentants rencontraient le 9 avril 2008. Un dossier complet étayant nos craintes relatives aux risques éthique, réglementaire, juridique et financier leur était remis à cette occasion. Là encore, notre interpellation restait lettre morte. On mesure aujourd’hui le résultat d’une telle passivité coupable. C’est pourquoi, Sud réclame la mise en place d’une commission d’enquête indépendante et objective pour faire toute la lumière sur les pertes de Natixis. A titre d’exemple, les surcoûts auxquels sont confrontés actuellement les acteurs publics locaux du fait des « prêts toxiques » sont estimés à un montant inférieur à 8 milliards d’euros. Pourtant, cette crise de la dette publique locale a justifié la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire au sein de l’Assemblée nationale. Après avoir entendu les différents acteurs concernés et mené ses investigations durant 6 mois, le 6 décembre 2011 cette commission a rendu son rapport qui préconise un certain nombre de mesures.

 

L’omerta autour de ce que l’on peut appeler « le scandale Natixis » est d’autant plus inadmissible que les patrons de BPCE et des caisses régionales, après s’être consenti des parts variables démesurées, ont eu l’indécence d’octroyer aux salariés en 2012 des augmentations dérisoires représentant moins de 1 euro brut par jour.

 

Paris, le 18 avril 2012

 

L’exécutif national : J.Bonnard – M.Brugnooge – D.Gilot – JL.Kerenflec’h – JF.LargillièreB.Meyer – JL.Pavlic – C.Perrin – S.Rodier – P.Saurin Source Sud- BP/CE 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉCONOMIES CHICHE !
commenter cet article

Visiteurs

compteur

Vidéos

A signer

Soutenez la candidature de J-L Mélenchon