Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Qui a tué nos villages ?

Recherche

20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 08:18

 

Nous venons d'apprendre la fermeture d'une classe RASED à Lapalud.

rassemblement prévu

LUNDI 20 FEVRIER

à 16h30

devant l'École du Parc

pour protester contre cette fermeture.

 

Le lendemain se tiendra en Avignon un Comité Départemental de l'Education Nationale sous l'autorité du Préfet.
Le Front de Gauche contribue volontiers à cette information et soutien pleinement cette action.


Soyons nombreux(euses) pour exiger le maintien de cette classe.

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 18:42

 

 

 

Monsieur le candidat à la Présidence,

 

Les premiers axes de votre programme en matière d’enseignement supérieur nous consternent et nous voulons vous faire part de notre surprise et de notre colère devant les orientations que l’on annonce.

 

Êtes-vous trompé à ce point sur les attentes de ceux qui vous soutiennent pour croire qu’ils souhaitent vous voir poursuivre la politique qui depuis 5 ans torpille notre enseignement supérieur. Le président sortant a supprimé la formation des maîtres, attaqué le CNRS, mis à mal le réseau universitaire pour lancer une compétition acharnée entre les établissements, créé des dissensions entre universités, organismes de recherche, écoles, IUT, IUFM, rompu tous les équilibres entre les régions, les sites de tailles différentes et les disciplines, privilégiant les uns au gré d’une politique contradictoire, brimant les autres au nom d’une idéologie ultra libérale.


Il vous laisse en guise de projets des dettes pour 25 ans avec les duperies que sont les « plans campus » dont les « Partenariats Public Privé » multiplient par 3 le coût des bâtiments et profitent uniquement aux grandes entreprises de construction et les « Investissements d’avenir ».


Or que nous apportent les premières esquisses de votre programme, quelques aménagements, de l’argent annoncé et au bout du compte la poursuite d’une même direction dont vous ne pouvez ignorer qu’elle mène à l’échec. Croyez-vous réellement que les universitaires pourront se réjouir de vous voir poursuivre une politique qu’ils ont subie de force depuis 5 ans ?


Peut-être faut-il vous interroger sur ceux qui vous conseillent en matière d’enseignement supérieur.


On peut s’étonner quand un candidat socialiste recrute ses conseillers parmi ceux qui ont aidé à mettre en place la LRU, ceux qui « dialoguent » aimablement avec Mme Pécresse sur l’avenir de la recherche en France et ont eu la naïveté de croire au marketing de « l’excellence » et de « l’autonomie ».

 

 

Depuis quand les « Think Tank », nouveau nom pour les lobbys divers et variés peuvent-ils affirmer tout en gardant l’anonymat, compter parmi eux des présidents d’universités, des universitaires et des chercheurs et faire des propositions au nom d’une gauche qu’ils ne représentent pas ?Lire la suite sur Sauvons l’université 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 18:34

 

Laréforme de la formation des enseignants, dite mastérisation, continue de faire des ravages. Elle restera comme l'une des plus catastrophiques actions du gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Cette réforme a été au coeur desmanifestations des universitaires en 2009. Elle vient de provoquer la démission d’un quart du jury de l’agrégation externe de mathématiques. Je publie ci-dessous le texte explicatif des démissionnaires.

Démission d’un quart du jury de l’agrégation externe de mathématiques : les effets de la masterisation.


Le système éducatif français est en crise, la situation est grave.
La crise apparaît d'abord dans l'asphyxie des moyens. Les fermetures de classes se succèdent à un rythme accéléré dans les écoles primaires, les collèges et les lycées. Les universités n’arrivent pas à accueillir décemment les étudiants ; elles sont précipitées dans une course effrénée aux financements. Il y a une baisse alarmante des effectifs dans les études scientifiques ainsi que dans les filières professionnelles. Les mesures indignes prises récemment à l'encontre des étudiants étrangers aggravent encore la situation. Élèves, étudiants, parents, chefs d'entreprises, enseignants, tous perdent peu à peu confiance dans notre système de formation.


Un signe alarmant est la désaffection croissante des étudiants pour le métier de professeur. Amorcé au début des années 2000, le phénomène a connu en 2011 une accélération brutale, effet immédiat de l'entrée en vigueur de la réforme de la formation et du recrutement (connue sous le nom de « masterisation »). Par exemple, au CAPES externe de mathématiques, où il y avait 846 postes ouverts en 2010 et 950 en 2011, le nombre de candidats présents aux épreuves écrites est passé de 2695 en 2010 à 1285 en 2011 (-53%), le nombre d'admissibles de 1919 à 1047 (-46%), le nombre d'admis de 846 à 574. Ainsi,
l'effondrement du nombre de candidatsa été tel que le jury n'a pu pourvoir en 2011 que60% des postes offerts. De tels chiffres se passent de commentaire.

Sans être encore aussi catastrophique, la situation de l'agrégation n'en est pas moins alarmante : le nombre de candidats présents à l'écrit a régulièrement baissé depuis 2006 (ils étaient 1853 en 2006 et 1124 en 2011), alors qu'en même temps le nombre de postes augmentait. Les effectifs des préparations au CAPES ou à l'agrégation restent cette année à un niveau très bas. Pourtant le besoin en professeurs est énorme. Les rectorats en sont à publier des petites annonces pour rechercher les professeurs de mathématiques qui leur manquent. On recrute ainsi dans l'urgence des personnels précaires, non qualifiés et sans formation professionnelle. Les zones « difficiles » sont les premières touchées, ce qui va à l’encontre de l'égalité des chances et compromet la vie des générations à venir.


Pour une très grande part, la crise de l’école provient des déséquilibres de la société et de l’économie, dans le monde comme en France, entraînant une perte de confiance et des difficultés d’adaptation. Ceci devrait être une raison de plus pour faire de l'école une priorité, un devoir pour la nation afin de mieux préparer l’avenir. Lire la suite sur Libération 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 17:25



Les parents indignés par la fin de l'école Descartes

La nouvelle a été accueillie par les parents et l'enseignante avec « tristesse » et « incompréhension ». Une rencontre avec le maire et l'inspection académique a lieu ce soir à 18 h.

« Ça nous attriste. Les enfants se plaisent bien ici. Alors on essaye d'y croire encore ! » Stéphane Perraud, père de Pauline (4 ans), espère toujours que l'école maternelle Catherine-Descartes (*) sera sauvée.
Comme d'autres parents d'élèves, à la sortie de la classe lundi après-midi, il a été surpris de la décision de fermeture de l'école à la rentrée prochaine. Une mesure annoncée en fin de semaine dernière par la Ville et l'inspection académique.
« On nous avait dit que l'école serait maintenue. Oui, il n'y a qu'une classe de 23 enfants, mais l'effectif n'a pas diminué cette année. Peut-on vraiment apprendre dans une classe de 40 ? », se désole Morgane Jean, sa petite dernière dans les bras.
« On nous dit qu'il n'y a pas assez d'élèves, mais c'est une politique à court terme, s'offusque Laurence Molinero. À l'emplacement des anciennes cliniques (du Parc, notamment), des logements devraient être construits, avec des familles et donc des enfants qui auront aussi besoin d'aller à l'école. »
« On ne comprend pas ! »
« On ne comprend pas la politique menée ! Pourquoi avoir ouvert une école à Tohannic, alors qu'il y avait de la place ici, pour ensuite fermer notre école, demande Peggy Le Peltier à la déléguée départementale de l'éducation, présente hier à la sortie de la classe pour « prendre la température. »
Les arguments de l'éloignement d'une autre école publique et de la qualité d'apprentissage sont autant de raisons pour les parents de s'opposer à cette fermeture. Lire la suite sur Maville

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 18:16



On ne plaisante pas avec la « rigueur qui a du sens » !

Les représentants de l’aile gauche du Parti Socialiste, Benoît Hamon, Henri Emmanuelli et Marie Noëlle Lienemann se sont offusqués mardi 17 janvier des propos de Jérome Cahuzac, Président de la commission des Finances de l’Assemblée Nationale, selon lesquels la création de 60 000 postes d’enseignants promis par Hollande se feraient par des redéploiements de postes déjà existants et non par des créations de nouveaux emplois de fonctionnaires.

Dans un communiqué commun publié au nom du courant « Un Monde d’Avance » qu’ils animent, Hamon, Emmanuelli et Lienemann affirment à juste titre qu’ « un poste de professeur en plus ne peut être payé par un poste d’infirmière en moins. » Une évidence, pour quelqu’un de gauche,  qui permettait de rassembler justement la gauche ! Dans un appel à l’arbitrage du candidat socialiste, ils ajoutent : « Si les 60 000 créations de postes annoncées par François Hollande ne devaient l’être que par redéploiement, cela reviendrait à réduire le service public de la santé ou de l’emploi pour consolider les moyens de l’Education Nationale. Cela n’aurait aucun sens. »

Hélas ! François Hollande a tranché : ce sera par redéploiement et en évitant les créations de nouveaux postes. Il a même précisé, de façon assez alambiquée, sur le site internet du journal Le Monde, mercredi 18 janvier, qu’il y avait chaque année « 60 000 départs à la retraite dans la fonction publique d’état. 30 000 ne sont pas remplacés aujourd’hui. C’est sur cette enveloppe que nous prendrons les 12 000 postes » (pour en créer 60 000 sur cinq ans). Cela veut il dire que François Hollande compte seulement atténuer la règle du non remplacement de un fonctionnaire sur deux mise en place par Nicolas Sarkozy ?

Hollande prétendait réinventer le « rêve français » en rétablissant l’espoir de voir la situation matérielle s’améliorer pour les futures générations. Pour l’instant il y a surtout la perspective qui se dessine que les enfants sont promis à encore plus d’efforts et d’austérité que ce que leurs parents ont déjà eu à subir auparavant…

Rien de bien enthousiasmant dans  un tel projet pour redonner « envie de gauche » aujourd’hui. Raison de plus pour amplifier la dynamique du Front de Gauche pour remettre la gauche sur ses pieds ! Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues… Source Gauche Unitaire

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 17:20

 

Des députés veulent "adapter l'apprentissage aux situations locales". Dans une proposition de loi qui vient d'être déposée, ils souhaitent étendre les dérogations au travail de nuit pour les apprentis des secteurs liés à la production et la commercialisation de produits du terroir.

 

Jean-Marie Sermier, député UMP du Jura, et plusieurs autres députés ont déposé à l'Assemblée nationale le 22 décembre 2011 une proposition de loi visant à adapter l'apprentissage aux situations locales. Objectif : permettre aux apprentis travaillant dans des secteurs d'activité liés à la production ou la commercialisation de produits du terroir de travailler la nuit. Actuellement, la législation concernant les apprentis est claire : le travail de nuit est totalement interdit entre 20 heures et 6 heures du matin pour les enfants et adolescents de moins de 16 ans et entre 22 heures et 6 heures pour les jeunes de moins de 18 ans qu'ils soient salariés ou stagiaires. Il existe toutefois des dérogations, délivrées par l'inspecteur du travail à titre exceptionnel, pour certains secteurs. Dans le secteur de la boulangerie ou de la pâtisserie, le travail de nuit des jeunes peut être autorisé avant 6 heures du matin et au plus tôt à partir de 4 heures. Dans les secteurs des courses hippiques et du spectacle, le travail de nuit est autorisé de 22 heures à minuit. Enfin, dans les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration, il est autorisé jusqu'à 23 h 30. Pour les autres activités, le travail de nuit des jeunes est donc interdit.

 

Avec cette proposition de loi, le député du Jura souhaite aller plus loin et étendre les dérogations aux métiers liés à la production et commercialisation de produits du terroir. Il s'appuie dans sa démonstration sur les activités fruitières et fromagères du Jura qui commencent très tôt, généralement avant 6 heures du matin. "Le jeune qui veut apprendre ce métier – et y trouver un emploi – peine alors à y trouver un contrat d'apprentissage, explique le député dans l'exposé des motifs de sa proposition de loi. Lire la suite sur Localtis Info

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 20:15

 

 

 

Les 5700 suppressions de postes prévues pour la rentrée 2012 en classes primaire affecteront d'abord, en nombre absolu, les académies de Lille (399 suppressions) et Nancy-Metz (367), selon un document transmis aujourd'hui par le ministère de l'Education nationale aux syndicats. Toutes les académies doivent perdre des postes, sauf la Guyane où sont prévues 20 créations nettes de postes.


Les autres académies touchées sont Versailles (260), Amiens (235), Créteil (233), Toulouse (227), Aix-Marseille (219), Strasbourg (216), Bordeaux (203), Orléans-Tours (196), Dijon (181), Caen et Rennes (179), Montpellier (172), Rouen (166), Besançon (154), Grenoble et Reims (153), Nice (143), Clermont-Ferrand (141), Nantes (137), Guadeloupe (134), Limoges (131), Lyon et Poitiers (129), Paris (98), Martinique (97), La Réunion (69) et Corse (20). La suite sur Libération 



Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 17:11

 

 

Les organisations syndicales CGT Educ’action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC-CSEN, SNCL-FAEN, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNLC-FO, SUD Education réunies le 17/11/2011dans le cadre d’une intersyndicale du second degré ont condamné unanimement les projets de textes sur l’évaluation des personnels enseignants, d’éducation et d’orientation que le ministère veut imposer dès la rentrée 2012.

 

Sous couvert d’évaluation, c’est une vision du système éducatif fondée sur la performance individuelle que portent ces projets.

 

Ainsi dans le second degré, la fin de double évaluation reviendrait à reléguer au dernier plan ce qui constitue le cœur du métier, à savoir le travail en classe avec les élèves dénaturant ainsi profondément les métiers de l’éducation.

 

Les organisations syndicales CGT Educ’action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC-CSEN, SNCL-FAEN, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNLC-FO, SUD Education appellent les personnels dans les établissements à faire connaître les projets ministériels, à se réunir en assemblée générale et à se mobiliser.

 

Elles sont déterminées à organiser une riposte forte et rapide pour exiger le retrait du projet. Elles appellent à signer massivement la pétition unitaire qui sera mise en ligne dès lundi et ont mis en perspective une grève le 15 décembre des personnels enseignants des 1er et second degré, d’éducation et d’orientation.

 

La manifestation en Ile de France partira à 14 heures de la place Denfert-Rochereau et se dispersera à Sèvres-Babylone via le boulevard Raspail, le boulevard du Montparnasse, la rue de Sèvres. La suite sur IUFM Paris 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 10:23

 

 

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur, a annoncé le placement de huit universités sous la tutelle de leur rectorat. Pour Stéphane Tassel, secrétaire général du Syndicat national de l'enseignement supérieur (Snesup), la loi Libertés et responsabilités des universités (LRU) est responsable des problèmes financiers rencontrés par ces établissements.

 

La loi Libertés et Responsabilités des Universités ouvre une nouvelle ère glaciaire pour les universités: gels d'emplois statutaires à la chaîne, suppressions de milliers d'heures d'enseignement, licenciements de contractuels et mise sous tutelle pour les universités «autonomes» qui ne se plieraient pas à l'austérité ambiante. A six mois de l'élection présidentielle, la réforme phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy, engagée contre la communauté, montre son vrai visage. Le scénario qui se joue est une démonstration de son échec et de l'hypocrisie entourant la prétendue liberté offerte par la loi LRU.

Nous n'avons eu de cesse de le dire, au risque de passer pour des Cassandre: jamais les libertés des universitaires n'ont été mises sous une surveillance aussi resserrée. Le gouvernement se vante de faire de la recherche une priorité et de ne pas supprimer d'emplois. Et il prescrit aux établissements le gel de la masse salariale pour réduire un déficit dont il porte seul  la responsabilité. La communaute universitaire n'a pas à en subir les conséquences.

Depuis quatre ans, des équipes de technocrates, nommés, dépourvus de toute légitimité et éloignés de toute considération pour la science, ont multiplié les contrôles tatillons, au risque de mettre en péril l'ensemble du système d'enseignement supérieur et de recherche, faisant fi des processus complexes de maturation de la connaissance en devenir, et de la prise en compte de la diversité des modes de diffusion du savoir.

Passée parmi les premières à «l'autonomie financière», l'université de Limoges, déficitaire pour la deuxième année consécutive, a été mise sous la tutelle du recteur. Ce n'est que le début, Laurent Wauquiez annonce que, dès maintenant, huit universités relèvent d'une situation analogue! Avec un budget de l'enseignement supérieur en berne, contrairement à ce que cherche à faire croire le gouvernement, les comptes des universités virent, l'un après l'autre, au rouge. Il n'est pas une journée sans qu'un établissement annonce un nouveau plan d'austérité (Pau, Bretagne Sud, Bordeaux 3...). Gare à celui qui se risquerait à refuser de le mettre en œuvre, la tutelle rectorale s'en chargerait! La suite sur Médiapart

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 12:43

 

Des élus, syndicats de parents d’élèves, d’enseignants, associations de l’éducation populaire et mouvements pédagogiques, regroupés dans le collectif Appel de Bobigny, ont interpellé mercredi 2 novembre 2011 les candidats à la présidentielle pour que l'éducation "retrouve une place prioritaire", lors d'une conférence de presse à la mairie de Paris.

« Dans notre pays, nous ne parlons plus de projet éducatif. Seule prévaut une logique comptable et gestionnaire. Il est temps de sortir de cette période de disette intellectuelle et de redonner du sens à l’éducation », a affirmé le 2 novembre Colombe Brossel, adjointe chargée de la vie scolaire et de la réussite éducative à la mairie de Paris, en introduction de la conférence de presse de l’Appel de Bobigny qui se tenait à l’Hôtel de ville.
Ce collectif, qui rassemble une cinquantaine d’acteurs de l’éducation (organisations de parents d’élèves, syndicats d’enseignants, associations de l’éducation populaire, mouvements pédagogiques, collectivités locales), a travaillé pendant 3 ans à l’élaboration de propositions pour faire de l’éducation et de la formation une priorité des politiques publiques.

Ces propositions, présentées il y a un an, ont depuis été enrichies de 6 textes complémentaires concernant notamment l’éducation des 0-6 ans et l’autonomie des établissements scolaires. Lire la suite sur La Gazette des Communes

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans ÉDUCATION-RECHERCHE

 compteur

Campagne 2017

Photos Campagnes

2011
2012
2013
2014
2013
2016-2017
Caranave Insoumis du Haut Vaucluse 1

 

Caravane Insoumis du Haut Vaucluse 2