Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Qui a tué nos villages ?

Recherche

22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 07:37

 

 

 

 

Le site "Riposte laïque", a une manière bien singulière d’interpréter l’évènement, sous le titre :

18 juin à Bollène : les communistes de Front de gauche tentent de saboter la cérémonie

 

Extrait : "Ces ultra gauchistes au racisme apparemment assumé n’attendent même pas que nous soyons morts pour offrir notre patrimoine multiséculaire à ceux dont ils courtisent les voix sans pour autant les intégrer sur leur propre photo de famille exclusivement blanche, même si une voilée avec son bébé dans les bras (scène coutumière pour qui côtoie ces dames) semble s’être incrustée sur la photo, à moins qu’on ne l’ait mise sciemment à l’écart… C’est un peu l’hôpital qui se fout de la Charité."

inauguration_orange2-FDG-de-Bollene.jpg

 

"Sur cette photo ci-dessus où posent ces sinistres mélenchonistes qui réclament la disparition des petites filles blondes, on peut apercevoir notamment Mme Fabienne Haloui candidate malheureuse aux Législatives -blonde également d’ailleurs et mariée à un Algérien - et dont le CV sur le site du FDG (http://bollene.pcf.fr/16617) nous apprend sans surprise qu’elle est adhérente du MRAP et de la LDH ! On comprend mieux dès lors son positionnement anti-souchiens. "Etc...

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 07:33

 

"Amis entends-tu le vol noir des corbeaux sur Bollène"

 

Le Chant des partisans interdit à Bollène

 

A la cérémonie de commémoration de l'appel du 18 juin 1940, des élus d’extrême droite de la Mairie de Bollène ont interdit au public d'entonner le Chant des Partisans.

 

Les élus présents, dont André-Yves Beck, ancien membre du Front National puis proche de Mégret, aujourd'hui bras droit délégué aux finances et à la communication de Madame Bompard Maire de Bollène, ont demandé à la police municipale d'intervenir.

 

Ce Chant, réactualisé sous l'occupation par Maurice Druon et Joseph Kessel, est devenu le symbole des maquisards, en particulier des FTP, Francs tireurs partisans, et des FFI, Forces françaises de l'intérieur.

 

Il appartient à toutes celles et ceux qui résistent. Tout comme l'espace public. Nous ne laisserons pas l’extrême droite l'interdire.

 

Ohé partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme !

 

Premiers signataires :


de la Drôme :Corinne MOREL DARLEUX (Conseillère régionale Rhône Alpes PG-FDG), Philippe

LEEUWENBERG (Conseiller général de la Drôme PCF-FDG), Michel TACHE (Maire de Les Pilles, Délégué

départemental de la FNMR), Serge PAUTHE (Comédien et fondateur du Théâtre-école de la Lance et des

Baronnies), Alain BOSMANS (Journaliste - Rédacteur du « Tam-Tam des Baronnies »), Laure BELLET (Conseillère

municipale de Crest FDG-PCF), Didier THEVENIEAU (co-secrétaire départemental PG 26), Ilitch ALEMANY

(PCOF 26), Jacques DOUDELLE (FDG-PG 26), Jean Louis BELLET (FDG-PCF 26), Hélène LACHERET

(Professeur, militante FDG-PG 26), Maurice GUIGUE (PCOF 26), Christophe MARCONNET (co-secrétaire

départemental PG 26), Laurent DONZET (Adjoint au Maire de Mirabel aux Baronnies), Nabil RABHI (FDG-PG 26),

Robert FARESSE (Vice président des Amis de la résistance du comité de Montélimar, FDG-PCF 26), Jean-Louis

FAYARD (Allex), Robert GLEIZE (Retraité, FDG-PG 26), Chantal WENDER et Roselyne CHAUVIN (pour la Fédé

M'PEP 26) Jean SAUVAGEON (Enseignant retraité. Historien. Secrétaire du Comité ANACR de Romans - Bourg-

de-Péage, 26)


du Vaucluse :Michel REBOUL (Président Association cantonale des Familles de Fusillés, Déportés, Internés, Résistants, Patriotes et Amis - 84), Max RIEUX (Conseiller municipal Avignon), Jean ZOPPOLATO (PG 84), Jean-Pierre B0NNAFOUS (PG 84), Marie-Hélène ADVIELLE (Maître de conférence à l'Université d'Avignon - PS 84), Jean-François BONNEL (PG 84). Daniel ROCHE, Président Départemental 07 de L'ARAC. Jacques LERICHOMME Conseiller Régional GU FdG PACA et Marc Brunet Candidat FdG 2e Circo Vaucluse André LACHARD (Président du comité de défense de l'hopital de Valreas - José ROBERT, FDG/PG 84 Martine CLAVEL Conseillère municipale d'avignon, PG 84


d'Ardèche, d'Isère et d'ailleurs :Jean Claude DUCHAMP (Secrétaire départemental PG 07), Henri SAINT JEAN (GU - Ardèche), Patrick Geremia (Maire honoraire - PG 07), Anny FROMENT (Collectif FDG Trièves), Christiane CHOMBEAU (Secrétaire nationale du PG) Samy DURAND-GASSELIN (Militant FDG 07) Liliane TUCCI (Paris) Mireille BROUILLET (membre du BN du PG) Armand CREUS (Conseiller régional Rhône Alpes GU-FDG) Luc LEANDRI (Conseiller Régional PACA PG-FDG) …

 

Signez la pétition et voir les signataires 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 07:30

 

 

C'est vrai, c'est encore loin 2014. Et il peut sembler prématuré d'évoquer les prochaines élections municipales alors que les législatives sont à peine terminées... Sauf que partis et personnalités politiques ne parlent déjà que de ça. Car le paysage politique a été largement redessiné, de la victoire du PS sur la 1ere circonscription (et donc Avignon) aux excellents scores réalisés par le Front national, qui s'impose comme la première force politique dans nombre de communes vauclusiennes. Et il ne cache pas ses ambitions de Carpentras à Cavaillon en passant par de plus petites villes, comme Le Pontet. État des lieux.

 

Orange : Toujours plus Bompard

 

Sauf improbable retournement de situation, et sous réserve que sa mise en examen pour prise illégale d'intérêt ne le rattrape pas un jour, on voit mal comment la mairie d'Orange pourrait échaper à Jacques Bompard dans deux ans. Solidement installé depuis 1995 et réélu deux fois avec 60 % des suffrages, le nouveau député a encore renforcé sa position en raflant cette fois 68 % des voix face à Pierre Meffre. Autant dire que l'espoir, aussi bien pour l'UMP que pour le PS, s'apparente plutôt à une illusion. D'autant plus que Jacques Bompard a fait savoir que s'il ne devait conserver qu'un seul mandat, ce serait celui de maire.

 

Au-delà, c'est tout le Haut-Vaucluse qui s'ancre toujours plus à droite.

 

À l'exception de quelques poches roses, notamment du côté du Pays Voconces et de Vaison, où Pierre Meffre est arrivé en tête avec un peu plus de 52 % des suffrages. Il sort, localement du moins, renforcé de ce scrutin. On n'en dira pas autant de sa suppléante, Marlène Thibaud, qui peut s'inquiéter des 61 % réalisés par Jacques Bompard sur sa commune de Camaret-sur-Aigues.

 

Reste Bollène, deuxième ville du secteur, dirigée par Marie-Claude Bompard. Au premier tour, Pierre Meffre et Jacques Bompard avaient fait jeu égal. Au second, Jacques Bompard l'a emporté certes nettement (54,9 % contre 45,1 %) mais dans des proportions qui laissent une ouverture à la gauche pour les municipales de 2014. La suite sur La Provence 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 16:21

CHANT-DES-PARTISANS-INTERDIT0001.jpg

Foire d'empoigne lors de la cérémonie du 18 juin

 

Une longue altercation ponctuée d'insultes a perturbé la cérémonie.

 

Cérémonie mouvementée hier à Bollène pour la commémoration de l'appel du 18-Juin 1940. La cérémonie avait plutôt bien commencé. Comme le veut la tradition, Marie-Claire Aubey, fille de Paul Accarias, l'un des premiers Français à s'engager auprès du général, a lu l'appel du général de Gaulle. Puis l'adjoint Claude Raoux a fait une brève allocution avant d'inviter le public à écouter la Marseillaise : "Seul chant patriotique autorisé par le protocole" * , dira-t-il.

 

Après le salut des porte-drapeaux, une partie du public commence à entonner le "Chant des partisans". Ce chant des Chouans qui résistaient aux Bonapartistes a été réactualisé sous l'Occupation par Maurice Druon et Joseph Kessel. Il est devenu le symbole des maquisards, en particulier des FTP, Francs tireurs partisans, et des FFI, Forces françaises de l'intérieur.

 

Mais les élus de la majorité ne l'entendent pas de cette oreille et demandaient à la police municipale d'intervenir pour arrêter la sono que certains avaient pris soin d'apporter. L a suite sur La Provence

----------

Extrait du protocole de la Marne :

Attention, chaque cérémonie nationale est caractérisée par un chant particulier donnant la tonalité à la manifestation. Seul l'hymne national fait l'objet d'une interprétation à l'occasion de l'ensemble des cérémonies commémoratives officielles (réponse ministérielle, Assemblée nationale du 17/11/2009, n° 58222)

Ainsi par exemple, le "chant des partisans", hymne de la résistance est généralement chanté le jour de la  commémoration de l'appel du 18 juin 1940.

----------

 

197797_424650634232794_1503892859_n.jpg 

"Appelé aussi "La Marseillaise de la Résistance", la génération des 20-30 ans se le réapproprie, sur un rythme au goût du jour, sans pour autant en changer un seul mot, dans son combat contre la xénophobie...Ce n'est pas un hasard : "ami, entends-tu... " est un chant de fraternité, de combat contre les forces de la nuit, un appel intemporel à résister . La Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes tient donc à ce que son histoire soit connue."Source Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes 

----------

 

Notes personnelles :

 

Petit cours d’histoire à l’attention des membres de la Mairie de Bollène et de Mme Bompard, maire qui pourtant font souvent référence à l’histoire de notre pays, car le "Chant des Partisans" fait partie intégrante de NOTRE histoire.

 

Le chant des partisans a été écrit par Maurice Druon de Reyniac né à Paris, le 23 avril 1918. Son père, Lazare Kessel, est russe originaire d'Orenbourg et membre de l'Académie Française. Il est aussi le frère cadet de l'écrivain Joseph Kessel et l’ arrière-petit neveu du poète Charles Cros.

Engagé dans la résistance, il quitte le territoire français en 1942 avec son oncle Joseph Kessel et rejoint les rangs des Forces Françaises Libres aux côtés du Général de Gaulle.

Attaché au poste « Honneur et patrie », il devient correspondant de guerre en 1944.

Il co-écrit les paroles du célèbre Chant des partisans avec son oncle, sur une musique d'Anna Marly. Devenu l’indicatif de l’émission de la radio britannique BBC (diffusé deux fois par jour, sans les paroles), il fut le signe de reconnaissance dans les maquis

En 1973, Maurice Druon est nommé ministre des Affaires culturelles par Georges Pompidou.

Créée par la même équipe, La Complainte du partisan connaît un succès populaire en France dans les années 1950 mais s’efface devant Le Chant des partisans, relancé par André Malraux lors de la cérémonie d’entrée des cendres de Jean Moulin au Panthéon de Paris le 19 décembre 1964.

Le manuscrit original du Chant des partisans, propriété de l'État, est conservé au musée de la Légion d'honneur. Il est classé monument historique au titre objets par un arrêté du ministère de la Culture du 8 décembre 2006.

 

VMH

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 18:33

 

 

Le maire d'Orange fait figure de favori dans la 4e circonscription du département. Reportage en campagne avec un homme haut en couleur.

 

"Elle, elle a déjà trois de mes tracts chez elle... Elle le prend strictement pour me faire plaisir !" Jacques Bompard peut sourire. Candidat aux législatives dans la quatrième circonscription du Vaucluse, qui compte 115 000 habitants, dont 30 000 résident à Orange, celui qui avait été élu député en 1986, à la faveur d'un vote à la proportionnelle, fait figure de favori pour succéder à l'ancien ministre des Transports, l'UMP Thierry Mariani. À Orange, la ville dont il est maire depuis 1995, tout le monde le connaît. Et tout le monde lui reconnaît (au moins) d'avoir fait du bien à la ville en "refaisant les trottoirs". Jeudi matin, sur le marché, au pied de l'hôtel de ville, il lui suffit de se planter à un croisement de rues pour que les passants viennent à lui. Alors, il passe une main sur leurs épaules, complimente les ados, fait trois bises aux grands-mères et recueille leurs doléances... "Pour moi, les élus doivent être au service des citoyens. Et pas au service des partis", explique fièrement Bompard. Le maire d'Orange fait, c'est le moins que l'on puisse dire, une campagne de proximité : le premier des trois "dossiers" présentés sur son tract est la création d'un "complexe aquatique sur la colline" qu'il pense pouvoir obtenir grâce à "l'influence d'un député".

 

Sur un autre tract, on trouve une invitation à un "grand dîner dansant". "Bompard, il sait faire, il te tutoie, il te parle...", décrypte un notaire à la retraite. "Il fait des soirées dansantes, et il se met à la porte pour voir qui vient. Et puis il gère bien..." Juste à côté de lui, un ancien prof, "plutôt de gauche", nuance : "C'est vrai que c'est un bon gestionnaire, mais politiquement il ne représente rien. À Paris, on voit mal les leviers d'action qu'il pourrait avoir." Ce n'est pas l'avis d'une petite dame à l'accent ensoleillé qui interpelle Bompard : "S'ils étaient intelligents, les gens devraient vous mettre au gouvernement !" Elle ne peut pourtant pas ignorer que, passé par le Front national et le Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, avant de créer son propre parti, la Ligue du Sud, Bompard n'appartient à aucune formation en mesure d'exercer des responsabilités nationales. Coupé du FN à cause d'un vieux contentieux avec Jean-Marie Le Pen - lui dit regretter que le parti ait "délaissé" ses thèmes fondamentaux pendant la campagne, l'immigration et l'insécurité -, Bompard a bien essayé de négocier avec Marine Le Pen, en octobre 2011. Mais leur rendez-vous a été annulé une fois révélée sa mise en examen pour prise illégale d'intérêts, à la suite d'un rapport de la chambre régionale des comptes de Paca. "Bon, je n'ai pas blanchi de l'argent au Ghana...", commente-t-il, agacé, lorsqu'on l'interroge sur l'affaire.

 

"Les musulmans mettront en place la charia"

 

Aujourd'hui, il se dit "au-dessus des partis" et prétend avoir fait "le rassemblement de toutes les droites et du centre" dans son département. En réalité, la liste de ses soutiens, à qui il a fait signer une "charte", varie d'un tract à l'autre et n'a été signée que par des personnalités en marge de leur parti : on y trouve, dans le désordre, le maire de Piolenc, son suppléant, "temporairement" exclu de l'UMP, un ex-Parti radical, un Nouveau Centre désavoué par la présidence de son parti, une "sans-étiquette", dont le fils de Bompard, Guillaume, est le suppléant dans la 3e circonscription, deux membres du RPF et... sa propre épouse, maire de Bollène et conseillère générale de Vaucluse. "Je suis très ouvert", assure pourtant Bompard. "Bon, je suis d'une droite un peu plus raide, un peu résiliente..." On comprend d'ailleurs au bout de quelques minutes qu'il a un sujet de prédilection : l'islam. Et ce n'est pas parce que des femmes voilées passent à côté de lui qu'il baisse la voix : "Avec le droit de vote des étrangers, les musulmans mettront en place la charia. L'islam n'est pas compatible avec la République", assène-t-il, sur le ton de l'évidence. Dans la revue municipale de juin 2012, on peut lire un article intitulé : "Pas de halal dans les cantines scolaires d'Orange", une mini-enquête qui se veut rassurante et se conclut comme elle commençait : "Il n'y a pas de viande halal servie dans les cantines scolaires d'Orange."

 

Un article parmi d'autres qui a fait sourire Bénédicte Martin, l'adversaire UMP de Bompard. Celle qui lui donne le plus de fil à retordre. Car rien n'est encore gagné pour le maire d'Orange : outre cette ancienne collaboratrice de Mariani, qui prône le renouvellement des générations, Bompard compte parmi ses concurrents principaux le socialiste Pierre Meffre (20 % des voix en 2007), un dissident de l'UMP et une frontiste. Âgée de 42 ans, Bénédicte Martin partait avec un déficit de notoriété important. Elle croit pourtant en ses chances. Et se donne un mal de chien pour, dit-elle, "redonner de la crédibilité à la classe politique". "Les élus doivent être au-dessus de tout soupçon. Nous, on est les seuls à avoir fait un programme", répétait-elle mercredi soir, à l'étage de sa permanence, un briquet "La France forte" à la main. Depuis le mois de janvier, elle a perdu 7 kilos, s'est rendue dans 40 des 42 communes que compte la circonscription, et s'est battue pour que son affiche de campagne, où elle apparaît en gros plan avec sa tignasse brune, soit placardée partout dans la ville. "J'ai été seule contre tous : la gauche et l'extrême droite", confie Bénédicte Martin, qui n'a aucune intention d'arrêter la politique si elle perd cette fois-ci. Si elle se qualifie pour le second tour, avec Pierre Meffre, une triangulaire pourrait être favorable au socialiste...

 

"La droite la plus con du monde, elle est là !" Lire la suite sur Le Point

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 16:49

 

 

[extrait] Le Vaucluse, laboratoire de la recomposition? Un étrange rapprochement va dans ce sens: cinq candidats aux législatives ont signé une charte d’union de la droite et du centre. Outre Jacques Bompard, le maire d’Orange et fondateur du parti d’extrême droite la Ligue du Sud, figurent sur la liste des signataires… le président départemental du Nouveau Centre et une candidate divers droite.


«C’est un jeu du chat et de la souris entre le FN et Bompard, ils se rapprochent et se combattent en même temps», poursuit Michel Gairaud. C’est même un jeu à trois, puisqu’entre UMP locale radicalisée, Ligue du Sud régionaliste et FN hardcore, bien heureux qui saura établir des nuances… La situation dans la circonscription voisine (la 4e) l’atteste. Le seul conseiller général FN, issu de la fournée 2011, a apporté son soutien non pas à la candidate de son parti, mais au maire d’Orange Jacques Bompard.


Et dans la circonscription où se présente Marion Maréchal-Le Pen, celui qui devait être candidat pour la Ligue du Sud, Hervé de Lépinau, sera finalement… suppléant de la petite-fille du fondateur du FN.  Pour compliquer encore un peu les choses, précisons que le fils de Jacques Bompard, Guillaume, est quant à lui suppléant d'une candidate divers droite proche de la Ligue du Sud dans la 3e, Astrid Ducros. Si vous suivez toujours, vous êtes sans doute le(a) seul(e), bravo. Lire l’article en entier sur Slate

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 10:06
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 18:52

 

 

59 % des électeurs de plus de 60 ans ont voté Sarkozy à la présidentielle. Autre chiffre : 64 % des électeurs de l’UMP sont favorables à une alliance avec le FN... Dans le Vaucluse (27 % Le Pen au 1er tour), les époux Bompard, Mr et Mme le maire d’extrême droite d’Orange et de Bollène, ont une vision peu commune de la politique sociale. La jeunesse désœuvrée des quartiers est opposée au troisième âge, beaucoup plus porteur électoralement. Ce qui ne fait qu’attiser les divisions dans les deux villes...

 

« La maison de l’amitié, c’était le cœur du quartier, l’arbre de vie. On nous a tout enlevé. » La vérité sort de la bouche des enfants ? Ceux-là s’appellent Nordine, Mohamed et Kader, ils ont entre 10 et 11 ans et vivent tous dans le quartier de Bollène Ecluse, à deux jets de pierre de la centrale nucléaire du Tricastin. Ce qu’on leur a enlevé, c’est le seul centre social de la ville : une des premières décisions prise par Marie-Claude Bompard après son élection en 2008. « On allait faire nos devoirs quand on rentrait de l’école, on faisait plein d’activités. Maintenant on traîne dehors comme aujourd’hui et on fait parfois des bêtises », avoue Nordine, plein de maturité et de véhémence en ce mercredi après-midi. Pour lui, le plus triste, c’est d’avoir vu partir ailleurs, petit à petit, tous ses copains et leurs familles, excédées par la situation. Ce centre social, c’était aussi des cours de français pour les parents qui ne maîtrisent pas la langue, un outil d’intégration.

 

Yanis, 20 ans, cheveux noirs bien coiffés, survêt’ aux couleurs du Milan AC et tout de Nike chaussé, fait visiter le quartier. Ici, le stade de foot : « Officiellement, on n’a plus le droit d’y aller, ils ont tout grillagé, cadenassé. Avant il y avait un club mais depuis que les subventions ont été coupées, plus rien. » Plus loin, la traversée d’un lotissement délabré qu’on appelle le Moulard et propriété de la SEMIB (l’office HLM de la ville), fait froid dans le dos. Petites maisons abandonnées aux vitres cassées, certaines font office de dépotoir. D’autres sont encore habitées. Encore plus haut, la mosquée. La mairie a creusé une tranchée et installé des rochers devant un petit champ qui servait de parking. « On ne peut plus se garer maintenant, on est obligé de déposer sa voiture plus loin et de venir à pied. Ils veulent nous rendre fous mais on est plus intelligents qu’eux, on reste tranquilles, médite Yanis. Pareil, ils ont posé deux caméras de vidéosurveillance. On s’en fout, nous, on ne fait rien de mal mais on se sent observés. » Lui a un bac professionnel soudure. Mais ici « le travail se résume souvent à de l’intérim et comme j’aime la stabilité je pense à m’engager dans l’armée… »

 

« Ils veulent nous rendre fous… »

 

Si le centre social a disparu, le foyer des personnes âgées totalement financé par la mairie, juste à côté, a lui toujours portes ouvertes. Les thés dansants, chorales et autres lotos sont légions à Orange et Bollène. Une façon de soigner le cœur de cible électoral et d’entretenir les divisions entre les générations. « La politique de Jacques Bompard a été calquée à Bollène. On a l’impression d’être une banlieue d’Orange », enrage Serge Fiori, représentant du Front de gauche local. Car tout a bel et bien commencé à Orange. Au nord de la ville, dans la cité de l’Aygues, la jeunesse n’a pas plus de perspectives qu’à Bollène. « On subit ici la double peine, commente Brigitte Laouriga, présidente du seul centre social encore en activité à Orange et qu’elle a cofondé en 1983. On écope à la fois d’une politique nationale qui ne s’est pas assez engagée envers les quartiers mais aussi de celle de Bompard. Si, il y a bien le sport, mais le sport de compétition comme avec le club de volley. Rien pour le loisir, le vivre-ensemble. La jeunesse est invisible à Orange, elle dort le matin et vit la nuit. C’est désespérant. » Et alors que le centre ville est rénové avec soin, pas un coup de pioche n’a été donné dans le quartier. Une façon de ségréguer, stigmatiser une population indésirable en ville. « Du coup, on se tourne le dos », ajoute Brigitte Laouriga. Si ce centre social est encore ouvert, financé à hauteur de 12 000 € par la mairie et, en majeure partie, par le Conseil général, l’Etat et la Caisse d’allocations familiales, c’est pour que la ville puisse bénéficier du contrat enfance jeunesse de la CAF et ainsi investir dans les crèches…

 

Construite dans les années 70, la cité de l’Aygues, qui compte 5 000 habitants, est en décrépitude. Les façades rose triste virent au gris, certains appartements sont murés. Le responsable ici, c’est le bailleur social du département, Mistral Habitat, qui promet une rénovation des façades et des portes d’entrée dans les deux ans. En attendant, l’ensemble est bien désespérant. « L’Aygues, c’est Beyrouth », lâche un jeune du quartier voisin de Fourchevieilles. « Il n’y a rien pour les jeunes ici, confie Younès, 28 ans, gérant d’une petite épicerie. En centre ville, on n’y va pas. Après 20h, c’est mort. Et pour travailler, quand on est d’origine maghrébine, c’est même pas la peine. Alors, voilà, on attend. » Si les jeunes des quartiers périphériques s’ennuient, c’est le cas aussi des enfants issus des classes moins défavorisées. Une boulangère qui ramène ses enfants de l’école le confirme : « Je ne souhaite pas trop m’étendre mais oui, c’est difficile d’occuper les enfants. Aucune politique n’a été pensée pour eux. On les emmène au parc, ça se limite à ça. » Antoine, 65 ans, est pharmacien. Père d’un adolescent, il concède que ses distractions ne sont pas nombreuses : « Orange est une petite ville mais il y a beaucoup plus à faire dans des communes voisines comme Jonquières ou Vaison-la-Romaine. » Cela ne l’a pas empêché de voter Bompard même s’il ne se reconnaît pas dans les idées de l’extrême droite : « Un maire doit se battre pour sa ville. Et c’est ce qu’il a fait : des rues propres et belles, sans augmentation d’impôts. Il fallait voir comment c’était avant lui ! » Ce que tout le monde à Orange reconnaît. Une gestion financière saine, de beaux trottoirs devant le théâtre antique… au prix du social, de la vie associative et du vivre-ensemble. Un décor de saloon qui cache une bien pauvre réalité.

 

Clément Chassot Source Le Ravi

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 10:05

 

Vaucluse matin débat 25 01 2012

Vaucluse Matin, édition du 28 janvier 2012

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 08:38

Marine Le Pen devait négocier ce mercredi d'éventuelles alliances en 2012 avec le maire d'Orange, dont la gestion vient d'être sévèrement épinglée par la Chambre régionale des comptes. Rendez-vous annulé. 

La réconciliation entre Marine Le Pen et Jacques Bompard n'aura pas lieu. La présidente du Front national et le maire, ex-FN, d'Orange (Vaucluse) avait discrètement rendez-vous le 19 octobre pour négocier un éventuel accord. L'entretien vient d'être reporté sine die. 

Selon l'entourage de Marine Le Pen, Jacques Bompard souhaitait obtenir l'investiture, ou tout au moins le soutien, du FN dans la 4e circonscription d'Orange, actuellement détenue par le ministre des Transports Thierry Mariani. Ce dernier, bête noire du maire d'Orange, devrait quitter sa terre d'élection en 2012 et se présenter dans la nouvelle 11e circonscription des Français de l'étranger. 

En contrepartie, Marine Le Pen aurait pu compter sur le soutien de Jacques Bompard et sur son parrainage d'élu, ainsi que sur celui de son épouse, Marie-Claude Bompard, maire et conseillère générale de la cité voisine d'Orange, Bollène. 

Selon un proche, Marine Le Pen a annulé le rendez-vous en apprenant, par l'AFP qui révèle le document, les conclusions du rapport d'observation de la chambre régionale des comptes (CRC) sur la gestion, après 2001, de la commune d'Orange par les Bompard. La CRC pointe plusieurs irrégularités et épingle des dépenses relevant "très clairement d'un usage à caractère familial, soit au profit de membres de la famille, soit pour les besoins quotidiens du foyer." Et de citer des achats de billets de trains, d'instruments de musique (1035 euros), de literie (1000 euros), des factures de frais de bouche, de bricolage, de vinothérapie, de hammam, de bain thermal...  Lire la suite sur L’Express

 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans VAUCLUSE À LA LOUPE ext droite

 compteur

Campagne 2017

Photos Campagnes

2011
2012
2013
2014
2013
2016-2017
Caranave Insoumis du Haut Vaucluse 1

 

Caravane Insoumis du Haut Vaucluse 2