Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Sous les pavés, Orange

Recherche

6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 17:28

 

Les premiers pas de François Hollande et du nouveau gouvernement ont ouvert l’espace pour une réorientation des politiques publiques. Seul un groupe parlementaire solide du Front de gauche peut garantir les changements attendus.

 

Les urgences sociales frappent à la porte de l’Élysée. Hier encore, plusieurs centaines de militants CGT de Midi-Pyrénées se sont rassemblées devant la préfecture à Toulouse « pour exiger une vraie politique industrielle ». La semaine dernière, le syndicat avait déjà remis au premier ministre une liste de 46 entreprises en redressement ou en liquidation, soit près de 45 000 emplois menacés. L’addition salée laissée par le pouvoir sarkozyste exige donc du nouveau gouvernement des réponses rapides. Les premiers pas du nouveau chef de l’État ont symboliquement ouvert un nouveau paysage politique en France et en Europe. À partir du 17 juin, la nouvelle majorité parlementaire qu’auront choisie les Français devra répondre aux exigences sociales. Les futurs députés seront notamment au cœur du bras de fer entre salariés et patronat, entre l’exercice de la souveraineté nationale et la pression des marchés financiers. À cet égard, les menaces récurrentes de plans sociaux, cachés sous le tapis par la droite avant la présidentielle, constitueront l’épreuve du feu pour la nouvelle majorité. Et en premier chef, le ministre socialiste du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui promet d’« ouvrir des discussions fermes » avec les dirigeants des entreprises qui menacent de 
licencier, tout en prophétisant d’« encaisser des échecs ».

 

Travail législatif et luttes sociales

 

Hier, Pierre Laurent, président du conseil de campagne du Front de gauche, a évoqué la nature du « coup de pouce » au Smic envisagé par le gouvernement socialiste. « Il semble qu’on parle de 46 centimes l’heure d’augmentation », a-
t-il affirmé. « Nous, on est plutôt à 2 euros de l’heure en plus. On est loin du compte dans les propositions gouvernementales », a ajouté le secrétaire national du PCF. Autre ambiguïté du nouveau pouvoir socialiste sur un sujet décisif : ses velléités de ramener le déficit public à 3 % du PIB en 2013, tout en refusant l’austérité. « La contradiction va grandissant entre la prétention à mener des politiques de croissance et le maintien de politiques d’austérité », a commenté, lundi, Pierre Laurent à l’issue de sa rencontre avec François Hollande. La « fermeté sur la renégociation » de ce pacte de rigueur budgétaire est, selon lui, « l’une des questions clés de l’attitude de la France dans le G20, sans laquelle le discours sur les nécessaires politiques de croissance serait vidé de son sens ». Lire la suite sur l’Humanité 

 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 17:25

 

 

Une poignée de jours nous sépare désormais du premier tour. Le vote confirmera que l’alternance à gauche est engagée. La défaite de Sarkozy a déjà commencé à fissurer profondément l’édifice UMP pris dans une guerre au sommet dont on ne voit pas comment elle pourrait se résoudre pacifiquement. La ligne dure continue à dominer le parti ex-présidentiel, engagé dans une entreprise extraordinairement périlleuse de concurrence avec l’extrême-droite qui l’amène parfois à la remplacer, souvent à la légitimer.

 

Cette orientation d’extrême-droitisation a été défaite à la présidentielle, elle le sera aux législatives. Une campagne de quelques courtes semaines entrecoupées de ponts ne peut inverser le rapport de forces dans le pays. De plus, le vote de dimanche aura lieu avant que tout bilan de l’action gouvernementale puisse être fait. Aucun événement n’est survenu qui pourrait faire changer d’avis un nombre significatif d’électeurs après la victoire de la gauche à la présidentielle. Mais cette nouvelle configuration à droite change la suite. L’opposition au gouvernement socialiste élue dans ces législatives sera fermement installée sur les terres idéologiques du Front national. Et l’espace de conquête de ce dernier sera élargi d’autant.

 

Face au danger renforcé, il faut une alternative renforcée à gauche. Il le faut car la crise va connaître de nouveaux rebonds et approfondissements. La Grèce ne remboursera pas. Lorsque nous l’avons dit, dès le premier jour, on nous a regardés de haut comme des incroyants incapables d’admettre la redoutable efficacité des remèdes du bon docteur Strauss-Kahn à la tête du FMI. Nous avions hélas raison et même les banques ont du l’admettre en s’asseyant sur une partie de leurs créances. Elles n’ont pas fini de le faire et certaines sont prises jusqu’aux essieux dans le défaut grec. Et que diront-ils quand nous en serons à l’Espagne ? Jusqu’à maintenant la seule réponse des dirigeants de l’Union est la fuite en avant dans l’Europe austéritaire.

 

Ils continueront tant qu’un peuple ne les aura pas arrêtés. Car cette ligne est un triomphe politique pour eux. D’anciens banquiers ultralibéraux trustent les fonctions européennes, voient leurs prérogatives gonfler avec la crise et se retrouvent même parfois propulsés à la tête de gouvernements ! Mais pour nos sociétés, le désastre est au bout de la route.

 

Ou alors le changement d’itinéraire. Or pour cela il faut un outil politique capable d’organiser la bifurcation qui sera l’issue positive à l’impasse. Le fleuve finit toujours par creuser son cours. Qui eut dit en Grèce qu’une des composantes d’une autre gauche mortellement divisée, petit parti originellement si éloigné de toute ambition gouvernementale, deviendrait le recours à gauche et dépasserait les socialistes inoxydables du PASOK ? Mais que de souffrances inutiles pendant cette longue marche vers l’alternative !

 

En France nous pouvons aller bien plus vite grâce à l’existence du Front de Gauche. 4 millions de voix rassemblées sur une orientation combattive et claire. Une union qui continue de grandir et devient un rassemblement populaire.

 

Dimanche prochain elle peut conforter son poids. Elle peut aussi être en position d’arracher des élus qui seront autant d’outils de résistance, appréhendables par le grand nombre, donnant confiance dans la possibilité de se rassembler majoritairement contre la finance.

 

Si nous y arrivons, tout change ! Source Parti de Gauche Gard 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 19:05

 

Monsieur le Premier Ministre, Cher camarade,

 

L’élection de François Hollande et votre nomination ouvrent une possibilité pour qu’enfin les exigences de notre peuple soient entendues. Composante décisive de la victoire, les nôtres veulent recueillir les fruits du changement.

 

Je sais que tout ne se fait pas en un jour. Pour l’immédiat cependant je veux attirer votre attention sur la situation intolérable d’une vingtaine d’entreprises emblématiques et de leurs salariés.

 

Certaines décisions peuvent immédiatement être prises par simple décret ou par l’action du gouvernement pour résoudre ces situations d’urgence. Notamment pour faire appliquer les décisions de justice rendues en faveur des salariés. Agissez pour faire appliquer les jugements qui ont donné raison aux ouvrières de Sodimédical et ordonné le versement de leurs salaires non payés depuis sept mois.

 

D’autres propositions nécessitent des modifications législatives. Je forme le vœu qu’elles soient soutenues dès cet été par le gouvernement lors de leur présentation à l’Assemblée nationale par les députés du Front de Gauche.

 

Par la loi, il est possible dès à présent de stopper l’hémorragie industrielle grâce à :

  • L’interdiction des licenciements boursiers et suppressions d’emplois dans les entreprises bénéficiaires. Cette mesure de bon sens économique vise à empêcher des saccages comme ceux de Continental ou Samsonite. Elle empêcherait les actionnaires de préparer de nouvelles suppressions d’emplois dans des groupes bénéficiaires, de l’automobile (PSA, Renault etc), à la chimie (Sanofi-Aventis) en passant par les banques.
  • La création d’un droit de véto des élus du personnel en cas de fermeture ou délocalisation et l’obligation d’examiner les propositions des salariés. Ces droits nouveaux des travailleurs permettraient par exemple aux salariés de l’automobile de Sevelnord ou de PSA Aulnay de faire entendre leur point de vue à des actionnaires jusqu’ici tout puissants.
  • Un droit de préemption de l’activité par les salariés réunis en coopérative, avec un soutien juridique et financier public, comme le réclame depuis plus de 600 jours les salariés de l’usine Univelever-Fralib. Un tel droit aurait aussi permis d’envisager sous une perspective autrement plus positive la reprise de l’activité de SeaFrance.
  • L’adoption de sanctions pour punir les atteintes aux"éléments essentiels du potentiel économique de la Nation" prévues à l’article 410-1 du code pénal. Parmi ces sanctions devrait figurer la réquisition des sites industriels d’intérêt général en danger. C’est le cas d’ArcelorMittal à Florange où l’arrêt des hauts fourneaux menace la souveraineté industrielle de la France en matière d’acier. Un tel droit de réquisition empêcherait également le dépeçage d’Arkéma, leader français du PVC. Il permettrait également de dissuader des entreprises comme Alstom de se séparer d’activités hautement qualifiées comme la fabrication des ailettes de turbines.
  • L’instauration de visas sociaux et écologiques aux frontières pour empêcher le dumping social ou environnemental. Ces protections passent aussi par des mesures d’harmonisation sociale par le haut dans les entreprises de transports, en particulier maritime où des milliers d’emplois sont menacés comme à la SNCM et à la CMN.
  • La mise en place de « plans écologiques de filières industrielles » pour mettre en relation les entreprises entre elles autour d’un projet ambitieux comme, par exemple, entre la papeterie M’Réal dans l’Eure et la raffinerie Petroplus en Seine-Maritime.
  • La protection des sous-traitants par la responsabilisation des entreprises donneurs d’ordre, permettrait de pérenniser de nombreuses productions de haut niveau comme celle de PreventGlass, des Fonderies du Poitou ou encore de Faurécia.

Enfin, Monsieur le Premier Ministre, je vous demande solennellement d’intervenir pour faire cesser les poursuites engagées par le précédent gouvernement contre de nombreux syndicalistes comme Xavier Mathieu ou les agents "robins des bois" d’EDF et de GDF.


Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Premier Ministre, cher camarade, l’expression de ma très haute considération.

Jean-Luc Mélenchon

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 10:00
Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 09:59

 

 

Le candidat du Front de gauche a déposé une gerbe de fleurs en mémoire d'une résistante de la région. Le FN parle d'un "fiasco".

 

Plusieurs milliers de personnes ont participé dimanche 3 juin dans le Pas-de-Calais à "une marche contre l'austérité et le fascisme" avec Jean-Luc Mélenchon (FG), un événement que l'équipe de Marine Le Pen (FN) s'est efforcée de minimiser.

 

Les organisateurs ont dénombré 6.000 personnes, la police 3.000.

 

Arrivé peu avant 16 heures à Montigny-en-Gohelle, Jean-Luc Mélenchon, candidat dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, convoitée également par la présidente du Front national Marine Le Pen, a été accueilli aux cris de "Résistance, résistance".

 

"C'est bien, vous êtes nombreux", a-t-il lancé, avant d'aller déposer une gerbe de fleurs au monument aux morts de la commune, limitrophe d'Hénin-Beaumont, en mémoire d'Emilienne Mopty, une résistante originaire du Pas-de-Calais, qui avait mené les manifestations des femmes lors de la grève des mineurs en mai-juin 1941.

 

Arrêtée en septembre 1942 par les Allemands, elle avait été décapitée dans la cour de la prison de Cologne le 18 janvier 1943. Lire la suite sur Nouvel Obs

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 07:39

 

 

En campagne à Hénin-Beaumont, la présidente du Front national a lancé à un conducteur d'origine maghrébine en décapotable : "Vous l'avez gagnée au Loto, la voiture ?"

 

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a provoqué une polémique jeudi avec ses propos diffusés la veille dans un reportage sur France 2 où elle lançait à un conducteur d'origine maghrébine et supporteur de Jean-Luc Mélenchon : "Vous l'avez gagnée au Loto, la voiture ?" Dans ce reportage tourné dans les rues d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où elle affronte aux législatives, dans la 11e circonscription, le leader du Front de gauche, des passants l'encouragent en lançant des "Marine !" Au volant d'une décapotable, un jeune conducteur d'origine maghrébine passe alors à quelques mètres en criant "Mélenchon !"

 

"Merci, c'est très gentil... Vous confirmez ce que je dis en permanence...", lui répond la candidate FN. Alors que le conducteur ajoute : "C'est sincère, Madame !", Marine Le Pen l'apostrophe d'un : "Vous l'avez gagnée, la voiture, au Loto ou vous l'avez gagnée avec votre travail ?" Plus tard, face à la caméra, elle ajoute : "À chaque fois que des types crient Vive Mélenchon !, ce sont des Français d'origine maghrébine ! À chaque fois !"

 

Le PCF a dénoncé vendredi dans un communiqué "des propos racistes". "Laisser sous-entendre qu'on ne peut pas gagner sa vie honnêtement par son travail du fait de sa couleur de peau est intolérable", a réagi le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles. "Après l'affaire du faux tract de Mélenchon, voici un nouveau délit commis par la candidate d'extrême droite. Marine Le Pen revendique un siège de députée. Au final, c'est sur le banc d'un tribunal qu'elle finira par siéger", a-t-il ajouté. Voir la vidéo sur Le Point 

 

Cet épisode fait suite au tract sur J-L Mélenchon, repris ici lors du passage de Marine Le Pen à Canal + voir l’extrait ici 

 

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:44
Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:42
Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:41

 

 

 

Le 22 avril, vous avez été près de quatre millions à voter pour Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle. Grâce à votre mobilisation, nous avons pu envoyer un message fort à la droite, en battant Nicolas Sarkozy, et à la gauche, qui sait désormais que cela aurait été impossible sans votre contribution.

 

Les 10 et 17 juin prochains, les élections législatives vous permettront de faire entendre à nouveau le message social et écologiste du Front de Gauche. En choisissant d’affronter Marine le Pen à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon a voulu montrer le sens profond de notre programme : faut-il répondre à la crise par l’ethnique ou le social ? Au Front de Gauche, nous sommes intimement convaincus que c’est la deuxième solution qui doit prévaloir, et nous rappelons que la fraternité est une valeur inscrite dans notre devise nationale. Comme l’a très bien dit Jean-Luc Mélenchon à Marseille, « notre chance, c’est le métissage » !

 

Pour continuer à porter avec force son message fraternel, social et écologiste, le Front de Gauche a besoin d’élus à l’Assemblée Nationale. Seule votre mobilisation permettra d’atteindre ce but !

 

Pour éteindre la « dette verte » (la France consomme l’équivalent de trois planètes !), il est impossible de faire confiance au marché qui n’a qu’un seul objectif : faire le plus de profit possible le plus vite possible. C’est pourquoi nous proposons d’inscrire dans la constitution non pas une « règle d’or » mais une « règle verte », qui fixerait à la France l’objectif de rembourser sa dette écologique, en réduisant son empreinte écologique, c’est à dire en limitant les prélèvements sur les ressources non renouvelables et la production de déchets, par justice pour les générations futures et pour les pays plus pauvres.

 

Face à la crise, nous proposons de porter le SMIC à 1700€. On nous demande comment vont faire les entreprises pour faire face à la concurrence internationale. Nous, nous posons une autre question : comment vivre aujourd’hui avec 1096,94€ nets par mois ? Une fois le logement, l’électricité, le chauffage, la nourriture et les diverses assurances payées, il ne reste parfois rien pour s’offrir un « petit plaisir ». Pour le Front de Gauche, cette situation est intolérable car, bien souvent, ceux qui sont payés au SMIC, comme les caissiers et les caissières de supermarchés ou les employé(e)s de chaines de restauration rapide, travaillent dans de grandes entreprises qui génèrent chaque année plusieurs milliards d’euros de bénéfices et dont les emplois ne peuvent être délocalisés. Augmenter le SMIC (bien plus que le simple « coup de pouce » proposé par le gouvernement Ayrault), c’est permettre à chacun de vivre décemment et tirer tous les salaires vers le haut. Cette mesure est possible : il suffit de répartir plus équitablement les richesses entre le travail et le capital.

 

Les peuples européens ne doivent pas payer pour la crise des marchés et de la finance ! Alors que la Troïka (Banque Centrale Européenne, Fonds Monétaire International, Commission Européenne) parle de sortir la Grèce de la zone euro en cas de victoire de Syriza, Jean-Luc Mélenchon et moi-même avons assuré Alexis Tsipras de notre soutien lors d’un meeting à Paris le 21 mai dernier. Face aux attaques des marchés financiers, les européens doivent être solidaires et ne pas céder à la tentation délétère de dresser de nouvelles frontières entre eux, comme le proposent l’UMP et le Front National. C’est par la solidarité européenne que nous sortirons de la crise par le haut, en exigeant de la Banque Centrale Européenne qu’elle prête directement aux Etats plutôt que de prêter aux banques (mille milliards d’euros !), car celles-ci prêtent ensuite aux Etats, aux entreprises et aux particuliers à des taux plus élevés grâce auxquels elles s’enrichissent.

 

Pour la planification écologique, pour la retraite à 60 ans à taux plein, pour le smic à 1700€, pour le salaire maximum et pour la défense de la fraternité face à ceux qui veulent distiller la haine de l’autre au sein de notre pays, les 10 et 17 juin prochains, mobilisez-vous pour faire entrer de nombreux députés Front de Gauche à l’Assemblée Nationale ! Martine Billard

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 16:42

 

 

Au mur de sa permanence de la rue Notre-Dame-de-Nazareth, au cœur de Paris (3e arrondissement), la très discrète Martine Billard contemple la carte de la circonscription où elle se présente. Députée sortante de l'ancienne 1re circonscription, elle doit affronter une situation nouvelle.

 

Alors qu'elle représentait à l'Assemblée nationale les quatre premiers arrondissements de la capitale, le redécoupage de 2009 ne lui laisse pas d'autre possibilité que d'aller dans la 5e circonscription, qui associe "son" 3e arrondissement au très socialiste 10e.

 

Elue en 2002 et en 2007 sous l'étiquette des Verts, avec le soutien du Parti socialiste (PS), elle défend aujourd'hui les couleurs du Front de gauche - elle est issue du Parti de gauche, dont elle est coprésidente avec Jean-Luc Mélenchon.

 

MÉLENCHON EN SOUTIEN

 

Elle sait que la partie est loin d'être gagnée face à Seybah Dagoma (PS), adjointe au maire de Paris, Bertrand Delanoë. "C'est une femme de dossiers, qui n'a pas d'implantation locale dans la circonscription", affirme un proche de Mme Billard. Venue soutenir celle-ci, mercredi 30mai, Jean-Luc Mélenchon s'est indigné de "l'inélégance et de la brutalité" des socialistes, "qui ont l'intention de l'empêcher d'être réélue". "Je m'attaque à une montagne", a d'ailleurs fini par lâcher la députée sortante.

 

Rien ne destinait à la députation cette fille d'une résistante déportée en 1944 à Ravensbrück, devenue assistante sociale à son retour des camps et qui a élevé seule ses trois enfants à Paris. A 16 ans, Martine Billard commence à travailler pour payer ses études. A la même époque, elle découvre le militantisme avec Mai-68 avant de rejoindre une organisation d'extrême gauche, Révolution!

 

Mais ce n'est qu'en 1993, après s'être investie dans le milieu associatif, qu'elle rejoint les Verts. Tête de liste aux municipales de 1995 dans le 20e arrondissement, elle devient conseillère de Paris, tout en conservant son travail à temps partiel dans une entreprise de services informatiques. Un emploi dont elle sera licenciée en 2001, quelques mois avant d'entrer à l'Assemblée nationale.

 

Mercredi 30 mai, Jean-Luc Mélenchon est venu soutenir Martine Billard candidate du Front de gauche dans la 5e circonscription de Paris.

 

CONTRE HADOPI

 

L'un de ses assistants parlementaires, Thomas Giry, la décrit comme "une bosseuse". Elle est aussi connue pour son assiduité. "Je ne cumule rien, je me consacre totalement à mon mandat", indique-t-elle.

 

Son meilleur souvenir ? "En termes d'intérêt du travail [de députée], ce fut, sans conteste, Hadopi", la loi contre le téléchargement illégal - elle en fut l'une des plus farouches adversaires. "Il y a eu une mobilisation énorme, se souvient-elle. Les internautes nous envoyaient des commentaires en direct." "C'était une bataille en osmose avec tous les citoyens qui la portaient", ajoute-t-elle.

 

Son pire souvenir ? Les lois sur les retraites et sur le travail du dimanche. Pour cette ancienne déléguée du personnel, ces deux textes vont à l'encontre des droits des travailleurs. "Il y a de moins en moins de députés qui ont été salariés et qui connaissent la réalité du monde du travail, regrette-t-elle. Le profil est de plus en plus le même: grandes écoles, énarques, professions libérales ou permanents politiques."

 

DES VERTS AU PARTI DE GAUCHE

 

Même ses concurrents trouvent difficilement à redire. "C'est une députée qui fait son boulot", indique sobrement Pierre Aidenbaum (PS), maire du 3e arrondissement, son suppléant depuis 2007. Désormais suppléant de Mme Dagoma, M. Aidenbaum préfère développer ce qui l'a "beaucoup gêné" : le changement de couleur politique de Mme Billard en cours de mandat.

 

En 2009, elle a en effet quitté les Verts pour rejoindre le Parti de gauche. "C'était l'aboutissement d'une insatisfaction par rapport à la ligne politique des Verts, notamment sur la question du travail", explique-t-elle. Son suppléant aurait trouvé "normal qu'elle démissionne et qu'elle se représente".

 

"TOUJOURS DANS L'OPPOSITION" Lire la suite sur Le Monde

 

Repost 0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans CAMPAGNES FDG
commenter cet article

Visiteurs

compteur

Vidéos

Ma page Facebook