Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Qui a tué nos villages ?

Recherche

26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 09:33

... qui donne quelques clés de la guerre qui a éclatée la nuit dernière. Texte validé par l'AFP.

 

Moscou, 24 fév 2022 (AFP) -

 

Le président russe Vladimir Poutine a lancé jeudi une invasion de l'Ukraine, avec frappes aériennes et entrée de forces terrestres. Voici le verbatim de l'allocution télévisée qui a annoncé à l'aube cette intervention armée.

 

Chers citoyens russes, Chers amis !

 

Aujourd'hui je trouve indispensable de revenir sur les événements tragiques qui se produisent au Donbass, et aux questions clés qui concernent la sécurité de la Russie.

 

Je commencerai par ce que j'ai déjà évoqué dans mon allocution du 21 février de cette année. Il est question de ce qui suscite chez nous une préoccupation et une inquiétude particulières, de ces menaces fondamentales pour la sécurité de notre pays que des hommes politiques irresponsables à l'Occident créent pas à pas, sans détours et brutalement, depuis des années. Je fais allusion à l'élargissement de l'OTAN vers l'est, au rapprochement de son infrastructure militaire vers les frontières russes.

 

Nous savons bien que 30 ans durant nous avons tenté patiemment et obstinément de nous entendre avec les principaux pays de l'OTAN sur les principes d'une sécurité également partagée et indivisible en Europe. En réponse à nos propositions, nous nous sommes heurtés à chaque fois soit à des mensonges et des tromperies cyniques, soit à des tentatives de pression et de chantage, tandis que l'Alliance nord-atlantique dans le même temps ne cessait de s'élargir en dépit de toutes nos protestations et inquiétudes. La machine militaire avance et, je le répète, s'approche au plus près de nos frontières.

 

Pourquoi tout cela se produit-il ? D'où vient cette manière arrogante de nous traiter depuis une position d'élus, d'irréprochables, à qui tout est permis ? D'où vient ce mépris, ce je-m'en-foutisme envers nos intérêts et nos exigences absolument légitimes ?

 

La réponse est claire, évidente et facile à expliquer. L'URSS à la fin des années 80 s'est affaiblie, et s'est finalement totalement écroulée. Tout le cours des évènements de cette époque constitue une bonne leçon pour nous également aujourd'hui. Il a montré clairement que la paralysie du pouvoir, de la volonté, sont le premier pas vers la dégradation totale et la relégation. Il nous a suffi à cette époque de perdre pour quelque temps notre confiance en nous, et voilà: l'équilibre des forces dans le monde a été rompu.

 

La conséquence en a été que les accords, les traités existants ont de facto perdu effet. Les tentatives de convaincre et les demandes sont sans effet. Tout ce qui n'arrange pas l'hégémon, les tenants du pouvoir, est déclaré archaïque, obsolète, inutile. Et au contraire, ce qui leur paraît bénéfique est proclamé vérité absolue, imposé de force à tout prix, avec arrogance, par tous les moyens. Ceux qui ne sont pas d'accord sont brisés.

 

Ce que j'évoque ne concerne pas uniquement la Russie, et nous ne sommes pas seuls à nous inquiéter. Cela concerne tout le système des relations internationales, et parfois même les propres alliés des Etats-Unis.

 

Après la chute de l'URSS, c'est dans les faits une recomposition du monde qui a commencé, et les normes jusqu'alors établies du droit international - dont les principales avaient été adoptés à l'issue de la Deuxième guerre mondiale et en grande partie en pérennisaient les résultats - ont commencé à gêner ceux qui s'étaient déclarés vainqueurs de la Guerre froide.

 

Bien sûr, dans la vie pratique, dans les relations internationales et dans leurs règles, il fallait prendre en compte les changements de la situation mondiale et de l'équilibre des forces. Mais il fallait le faire de manière professionnelle, progressivement, patiemment, en tenant compte et en respectant les intérêts de tous les pays et avec le sens de la responsabilité. Mais non, (on a vu) l'euphorie de la suprématie absolue, une sorte d'absolutisme de notre temps, en outre sur fond de faible culture générale et d'arrogance de ceux qui préparaient, adoptaient et imposaient des décisions qui ne profitaient qu'à eux-mêmes. La situation a commencé à se développer suivant un scénario différent.

 

Inutile de chercher loin pour trouver des exemples. D'abord, sans aucune autorisation du Conseil de Sécurité de l'ONU, une opération militaire sanglante a été menée contre Belgrade. On a utilisé l'aviation, des missiles au centre même de l'Europe. Plusieurs semaines de bombardements incessants sur des villes pacifiques, sur des infrastructures vitales. On est forcé de rappeler ces faits, car certains de nos collègues occidentaux n'aiment pas se souvenir de ces événements, et quand nous en parlons, préfèrent non pas se référer aux normes du droit international, mais à des circonstances qu'ils interprètent comme ils le jugent nécessaire.

 

Après, cela a été le tour de l'Irak, de la Lybie, de la Syrie. Le recours illégitime à la force militaire contre la Libye, la déformation de toutes les décisions du Conseil de Sécurité de l'Onu sur la question libyenne ont mené à la destruction totale de l'Etat, à l'apparition d'un foyer énorme de terrorisme international, à ce que le pays a sombré dans une catastrophe humanitaire, dans l'abîme d'une guerre civile qui perdure jusqu'à présent. La tragédie à laquelle ont été condamnées des centaines de milliers, des millions de personnes en Libye et dans toute la région a provoqué un exode massif de l'Afrique du Nord et du Proche Orient vers l'Europe.

 

On préparait le même sort pour la Syrie. Les opérations militaires de la coalition occidentale sur le territoire de ce pays, sans accord du gouvernement syrien et sans autorisation du conseil de Sécurité de l'ONU, ce n'est rien d'autre qu'une agression, une intervention.

 

Mais une place à part dans ce rang est due sans doute à l'invasion en Irak, également dénuée de tout fondement légal. Comme prétexte on a choisi une information sûre que les Etats Unis prétendaient avoir sur les armes d'extermination massive en Irak. Pour le prouver, le secrétaire d'Etat américain, aux yeux du monde entier, a agité une sorte de fiole avec une poudre blanche, assurant à tout le monde que c'était une arme chimique élaborée en Irak. Et puis il s'est avéré que tout cela était de la tricherie, du bluff : qu'il n'y avait aucun arme chimique en Irak. C'est incroyable, étonnant, mais un fait reste un fait. Il y a eu mensonge au plus haut niveau de l'Etat et depuis la haute tribune de l'ONU. Et pour résultat, une quantité énorme de victimes, de destructions, une flambée incroyable de terrorisme.

 

On a d'une manière générale l'impression que pratiquement partout, dans de nombreuses régions du monde où l'Occident arrive pour instaurer son ordre, ne restent à la fin que des plaies sanglantes qui ne cicatrisent pas, les ulcères du terrorisme international et de l'extrémisme. Tout ce dont j'ai parlé, ce n'est que les exemples les plus flagrants mais c'est loin d'être les seuls exemples du mépris pour le droit international.

 

La promesse faite à notre pays de ne pas élargir d'un pouce l'Otan vers l'est en fait partie. Je le répète: on nous a trompés, et pour utiliser un langage populaire, on nous a roulés. Certes, on dit souvent que la politique est quelque chose de sale. C'est possible, mais pas à ce point. Une telle roublardise va à l'encontre non seulement des principes des relations internationales mais avant tout des normes de la morale. Où sont la justice et le droit ? On n'a ici que du mensonge et de l'hypocrisie.

 

D'ailleurs les hommes politiques, politologues et les journalistes américains eux-mêmes écrivent et disent que c'est un véritable "empire du mensonge" qui a été créé ces dernières années aux Etats-Unis. Il est difficile de les contredire: c'est le cas. Mais ne soyons pas trop modestes: les Etats-Unis sont tout de même un grand pays, une puissance déterminante. Tous ses satellites non seulement lui chantent des louanges et lui font écho fidèlement et invariablement à tout propos, mais aussi copient son comportement, et adoptent avec enthousiasme les règles qu'il propose. C'est pourquoi on peut dire avec certitude et assurance que c'est ce qu'on appelle le bloc occidental dans son ensemble, formé par les Etats-Unis à leur image et sur leur modèle, qui est "l'empire du mensonge".

 

Pour ce qui concerne notre pays, après l'effondrement de l'URSS, malgré l'ouverture sans précédent de la nouvelle Russie, sa disposition à travailler honnêtement avec les Etats-Unis et les autres partenaires occidentaux, et dans un contexte de désarmement pratiquement unilatéral, on a aussitôt essayé de nous achever et de nous détruire cette fois définitivement. C'est exactement ce qui s'est produit dans les années 1990 et au début des années 2000, quand ce qu'on appelle l'Occident a soutenu de la manière la plus active le séparatisme et des bandes de mercenaires dans le sud de la Russie. Quelles pertes, combien de victimes cela nous a coûté avant de briser définitivement le terrorisme international dans le Caucase. Nous nous en souvenons et n'oublierons jamais.

 

Du reste, jusqu'à encore récemment on n'a cessé de tenter de nous utiliser à profit, de détruire nos valeurs traditionnelles et de nous imposer des prétendues valeurs qui auraient détruit notre peuple de l'intérieur, les principes qu'ils imposent déjà de manière agressive dans leurs propres pays et qui mènent directement à la dégradation et à la dégénérescence puisqu'elles vont à l'encontre de la nature humaine elle-même. Cela ne se fera jamais, et personne n'a réussi jusqu'à présent. Cela ne se fera pas davantage maintenant.

 

En dépit de tout cela, en décembre 2021 nous avons malgré tout encore une fois entrepris une tentative de nous entendre avec les Etats-Unis et leurs alliés sur des principes de sécurité en Europe et sur le non-élargissement de l'Otan. Tout est clair. La position des Etats-Unis ne change pas. Ils ne jugent pas nécessaire de s'entendre avec la Russie sur cette question clé pour nous, poursuivant leurs objectif et négligeant nos intérêts.

 

Et bien sûr dans cette situation se pose une question : mais que faire maintenant, que doit-on attendre ? L'Histoire nous enseigne bien, comment en 1940 et au début de 1941 quand l'Union soviétique s'efforçait d'empêcher ou au moins de repousser le début de la guerre, et pour cela, jusqu'au dernier moment, essayait de ne pas provoquer l'agresseur potentiel, n'entreprenait pas ou reportait les mesures les plus indispensables et les plus évidentes pour se préparer à faire face à une agression inévitable. Et les mesures qui ont finalement été prises, arrivaient avec un retard catastrophique.

 

Le résultat en a été que le pays n'a pas été prêt à faire face pleinement à l'invasion par l'Allemagne nazie, qui a attaqué notre patrie sans déclaration de guerre le 22 juin 1941. On a réussi à arrêter l'ennemi et ensuite à le vaincre, mais à un prix colossal. La tentative d'amadouer l'agresseur à la veille de la Seconde guerre mondiale a été une erreur qui a coûté cher à notre peuple. Dans les premiers mois de combats nous avons perdu des territoires gigantesques et d'une importance stratégique, et des millions de vies humaines. Nous ne ferons pas une telle erreur une seconde fois, nous n'en avons pas le droit.

 

Ceux qui prétendent à la domination du monde, publiquement, dans l'impunité et, je le souligne, sans aucun fondement, nous déclarent, nous, la Russie, leur ennemi. Ils ont effectivement aujourd'hui des capacités financières, scientifiques et technologiques, militaires, supérieures. Nous le savons et évaluons objectivement les menaces proférées à notre adresse de manière permanente dans le domaine de l'économie - tout comme nos capacités à résister à ce chantage permanent et arrogant. Je le répète, nous les évaluons sans illusion, de manière extrêmement réaliste.

 

Pour ce qui concerne le domaine militaire, la Russie, même après l'effondrement de l'URSS et la perte d'une part significative de son potentiel, est aujourd'hui une des plus grandes puissances nucléaires au monde, et dispose en outre d'avantages certains dans une série de nouveaux types d'armements. En ce sens, personne ne doit avoir de doutes sur le fait qu'une attaque directe contre notre pays mènera à la destruction et à d'épouvantables conséquences pour tout agresseur potentiel.

 

Dans le même temps, les technologies, y compris de défense, changent vite. Le leadership dans ce domaine change de mains et va continuer de le faire, alors que la prise de contrôle militaire de territoires voisins de nos frontières, si nous le laissons faire, perdurera pour des décennies, voire pour toujours, et constituera pour la Russie une inacceptable menace en croissance permanente.

 

Dès maintenant, au fur et à mesure de l'élargissement de l'Otan vers l'est, la situation pour notre pays devient chaque année pire et plus dangereuse. En outre, ces derniers jours la direction de l'Otan parle sans détours de la nécessité d'accélérer et de renforcer la progression des infrastructures de l'Alliance vers les frontières de la Russie. En d'autres termes, ils durcissent leur position. Nous ne pouvons pas continuer d'observer simplement le cours des événements. Ce serait de notre part absolument irresponsable.

 

La poursuite de l'élargissement des infrastructures de l'Alliance nord-atlantique, la prise de contrôle militaire du territoire de l'Ukraine sont pour nous inacceptables. Ce n'est bien entendu pas l'Otan elle-même qui est en jeu - c'est simplement un instrument de politique étrangère des Etats-Unis. Le problème est que, sur des territoires voisins des nôtres - je souligne qu'il s'agit de nos propres territoires historiques - se crée une "anti-Russie" qui nous est hostile et qui est placée entièrement sous contrôle extérieur, où les forces armées de pays de l'Otan prennent leurs aises et où sont introduits les armements les plus modernes.

 

Pour les Etats-Unis et leurs alliés c'est la prétendue politique d'endiguement de la Russie, des dividendes géopolitiques évidents. Mais pour notre pays c'est en fin de compte une question de vie ou de mort, la question de notre avenir historique comme peuple. Et ce n'est pas une exagération, c'est la vérité. C'est une menace réelle non seulement pour nos intérêts mais pour l'existence même de notre Etat, pour sa souveraineté. C'est la fameuse ligne rouge dont on a parlé nombre de fois. Ils l'ont franchie.

 

A ce propos - sur la situation dans le Donbass. Nous voyons que les forces qui ont effectué en 2014 un coup d'Etat en Ukraine se sont emparées du pouvoir et le conservent grâce à ce qui est en fait des procédures électorales décoratives, ont définitivement renoncé à un règlement pacifique du conflit. Durant huit ans, d'interminables huit années, nous avons fait tout ce qui était possible pour que la situation soit réglée par des moyens pacifiques et politiques. En vain.

 

Comme je l'ai déjà dit dans ma précédente allocution, on ne peut pas regarder sans compassion ce qui se passe là-bas. Il n'était simplement plus possible de rester sans rien faire. Il fallait mettre fin sans délai à ce cauchemar - un génocide à l'égard des millions de personnes qui vivent là-bas et qui ne fondent leurs espoirs que sur la Russie. Ce sont précisément ce désir, ces sentiments, la douleur des gens qui ont été pour nous le principal motif pour prendre la décision de reconnaître les républiques populaires du Donbass.

 

Ce que je souhaite en outre souligner. Les principaux pays de l'Otan, pour parvenir à leurs fins, soutiennent en Ukraine les ultra-nationalistes et des néonazis, qui à leur tour ne pardonneront jamais le choix libre des habitants de la Crimée et de Sebastopol, la réunification avec la Russie.

 

Ils vont bien entendu s'attaquer à la Crimée, comme au Donbass, pour tuer, comme les bandes de nationalistes ukrainiens, complices d'Hitler au moment de la Seconde guerre mondiale, tuaient des gens sans défense. Et ils déclarent ouvertement qu'ils ont des vues sur toute une série d'autres territoires russes.

 

Toute l'évolution de la situation et l'analyse des informations qui nous arrivent montrent que l'affrontement de la Russie avec ces forces est inévitable. Ce n'est qu'une question de temps: ils se préparent, ils attendent le moment favorable. Maintenant ils ambitionnent même d'acquérir l'arme nucléaire. Nous ne laisserons pas faire.

 

Comme je l'ai déjà dit précédemment, la Russie, après l'effondrement de l'URSS, a pris en compte les nouvelles réalités géopolitiques. Nous considérons avec respect tous les pays apparus dans l'espace postsoviétique. Nous respectons et respecterons leur souveraineté, et l'exemple en est l'aide que nous avons apportée au Kazakhstan qui s'est trouvé confronté à des événements tragiques mettant en jeu l'Etat et son intégrité. Mais la Russie ne peut pas se sentir en sécurité, se développer, exister avec une menace permanente émanant du territoire de l'Ukraine.

 

Je rappelle qu'en 2000-2005 nous avons répondu militairement aux terroristes dans le Caucase, avons défendu l'intégrité de notre pays, et préservé la Russie. En 2014 nous avons défendu les habitants de la Crimée et de Sebastopol. En 2015 nous avons eu recours aux forces armées pour empêcher l'entrée de terroristes en Russie depuis la Syrie. Nous n'avions pas d'autre moyen de nous protéger.

 

C'est la même chose qui se produit aujourd'hui. On ne nous a pas laissé d'autre possibilité de défendre la Russie, nos gens, que celle que nous allons être obligés d'utiliser aujourd'hui. Les circonstances exigent de nous des actes rapides et fermes. Les républiques populaires du Donbass ont demandé l'aide de la Russie.

 

Par conséquent, conformément à l'article 51 alinea 7 de la Charte de l'ONU, avec l'accord du Conseil de sécurité russe et dans le cadre des accords d'Amitié et d'assistance mutuelle avec la République populaire de Donetsk et la la République populaire de Lougansk, ratifiés le 22 février par le Conseil de la Fédération, j'ai pris la décision d'une opération armée spéciale.

 

Son objectif - défendre les gens qui depuis huit ans sont soumis à des brimades et à un génocide de la part du régime de Kiev. Dans ce but nous allons nous efforcer de parvenir à la démilitarisation et à la dénazification de l'Ukraine, ainsi que de traduire devant la justice ceux qui ont commis de nombreux crimes sanglants contre des civils, y compris contre des citoyens de la Fédération de Russie.

 

Mais l'occupation de territoires ukrainiens ne fait pas partie de nos plans. Nous n'avons pas l'intention d'imposer quoi que ce soit par la force, à quiconque. Dans le même temps nous entendons de plus en plus souvent en Occident qu'il n'est plus nécessaire de respecter les documents signés par le régime totalitaire soviétique, qui fixaient les résultats de la Seconde guerre mondiale. Que répondre à cela ?

 

Les résultats de la Seconde guerre mondiale, tout comme les pertes apportées par notre peuple sur l'autel de la victoire sur le nazisme, sont sacrés. Mais cela ne contredit pas les hautes valeurs des droits et libertés de l'homme, si l'on part des réalités qui se sont établies depuis la fin de la guerre. Cela n'annule pas davantage le droit des nations à l'autodétermination, inscrit à l'article 1 de la Charte de l'ONU.

 

Je rappelle que ni lors de la fondation de l'URSS, ni après la Seconde guerre mondiale, personne n'a jamais demandé aux gens qui vivaient sur tel ou tel territoire entrant dans l'actuelle Ukraine, comment ils comptaient eux-mêmes construire leur vie. Au fondement de notre politique, la liberté, la liberté de choix pour chacun de déterminer librement son avenir et l'avenir de ses enfants. Et nous jugeons important que ce droit - le droit à choisir - puisse être exercé par tous les peuples qui vivent sur le territoire de l'actuelle Ukraine, tous ceux qui le voudront.

 

En ce sens je m'adresse aux citoyens ukrainiens. En 2014 la Russie a été dans l'obligation de défendre les habitants de la Crimée et de Sebastopol face à ceux que vous appelez vous-mêmes les "naziki". Les habitants de la Crimée et de Sebastopol ont fait leur choix - être avec leur patrie historique, avec la Russie, et nous les avons soutenus. Je le répète, nous ne pouvions nous comporter autrement.

 

Les événements d'aujourd'hui sont liés non à une volonté de porter atteinte aux intérêts de l'Ukraine et du peuple ukrainien. Ils sont liés à la défense de la Russie elle-même contre ceux qui ont pris l'Ukraine en otage et tentent de l'utiliser contre notre pays et son peuple.

 

Je le répète, nos actes sont une autodéfense contre des menaces créées contre nous et contre des malheurs encore plus grands que ceux qui surviennent aujourd'hui. Quelle qu'en soit la difficulté, je vous demande de le comprendre et j'appelle à coopérer pour tourner le plus vite possible cette page tragique et, ensemble, aller de l'avant en ne laissant personne se mêler de nos affaires, de nos relations, mais en les construisant nous-mêmes de manière à permettre de surmonter tous les problèmes et, malgré la présence de frontières, à nous renforcer de l'intérieur comme un tout. Je crois en cela, précisément en un tel avenir commun.

 

Je dois m'adresser aux militaires des forces armées ukrainiennes.

Chers camarades ! Vos pères, grand-pères, arrière-grand-pères n'ont pas combattu les nazis, défendant notre patrie commune, pour que les néonazis d'aujourd'hui s'emparent du pouvoir en Ukraine. Vous avez prêté serment envers le peuple ukrainien, et non envers la junte qui aujourd'hui pille l'Ukraine et se moque de son peuple.

 

N'exécutez pas ses ordres criminels. Je vous appelle à déposer immédiatement les armes et à rentrer chez vous. Je précise : tous les militaires de l'armée ukrainienne qui rempliront cette exigence pourront quitter sans encombre la zone de combats et rejoindre leur famille.

 

Je souligne encore une fois avec force : toute la responsabilité de l'éventuelle effusion de sang reposera entièrement sur la conscience du régime en place sur le territoire de l'Ukraine.

 

Maintenant quelques mots importants, très importants pour ceux qui peuvent avoir la tentation de s'immiscer depuis l'extérieur dans les événements en cours. Quiconque tentera de nous gêner, a fortiori de créer une menace pour notre pays pour notre peuple, doit savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et infligera des conséquences telles que vous n'en avez jamais connu dans votre histoire. Nous sommes prêts à tout développement de la situation. Toutes les décisions en ce sens ont déjà été prises. J'espère que je serai entendu.

 

Chers citoyens russes !

La prospérité, et l'existence même d'Etats et de peuples entiers, leur succès et leur vitalité prennent toujours leur source dans de fortes racines culturelles, dans un système de valeurs, d'expérience et de traditions des ancêtres, et bien entendu dépendent directement des capacités à s'adapter rapidement aux changements perpétuels de la vie, de la cohésion de la société, de sa disposition à s'unir, unir toutes ses forces pour aller de l'avant.

 

La force est toujours nécessaire - toujours, mais la force peut-être de différentes qualités. Au fondement de la politique de "l'empire du mensonge" dont je parlais au début de mon allocution, repose avant tout la force brute. Dans ce cas on a coutume de dire chez nous "La force est là, pas besoin d'intelligence".

 

Mais vous et moi savons que la véritable force est dans la justice et la vérité, qui est de notre côté. Et s'il en est ainsi, il est difficile de ne pas admettre que ce sont précisément la force et la disposition au combat qui fondent l'indépendance et la souveraineté, constituent l'indispensable base sur laquelle on peut construire sûrement son avenir, bâtir sa maison, sa famille, sa patrie.

 

Chers concitoyens !

Je suis certain que les soldats et officiers des forces armées russes, fidèles à leur pays, vont remplir leur devoir avec professionnalisme et courage. Je ne doute pas que les pouvoirs de tous niveaux, les spécialistes qui répondent de la stabilité de notre économie, de notre système financier, du secteur social, les dirigeants de nos entreprises et tout le milieu d'affaires russe vont agir de manière coordonnée et efficace. Je compte sur l'attitude unie et patriotique de tous les partis parlementaires et des forces de la société.

 

En fin de compte, comme cela a toujours été le cas dans l'Histoire, le destin de la Russie est entre les mains de notre peuple aux nombreuses nationalités. Et cela signifie que les décisions prises seront exécutées, les objectifs fixés seront atteints, que la sécurité de notre patrie sera garantie.

Je crois en votre soutien, dans la force invincible que nous donne notre amour de la patrie.

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans INTERNATIONAL
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 13:51

La Via Campésina, ses organisations membres et leurs alliés engagent la résistance en reliant

la lutte pour les droits et la dignité des personnes migrantes au combat en faveur de la souveraineté alimentaire.

En multipliant les espaces de mobilisation contre les grandes multinationales, contre le contrôle grandissant qu’elles exercent sur les ressources et la production alimentaire au détriment des petits paysans, contre les politiques et les traités qui les favorisent, … le mouvement paysan s’attaque à l’origine du processus de prolétarisation des populations et de déstabilisation du principe démocratique de souveraineté populaire.

En défendant un droit d’usage à la terre et à l’eau, en réclamant un droit à produire et à échanger ses semences traditionnelles, en travaillant à la reconnaissance des droits collectifs, à la liberté syndicale, à un véritable statut pour les femmes paysannes, etc ...la Via Campésina et la Déclaration des droits des Paysans et des Paysannes apportent des réponses aux causes des migrations.

Contre ces murs qui s’érigent dans un vent de folie totalitaire, il est essentiel de construire des ponts entre nos peuples, entre paysans du monde !

« En lieu et place des armes, prenons la solidarité ! » (M. Cissokho)

Le système agro-industriel se nourrit de l’exploitation du plus petit. L’homme et la femme, travailleurs migrants, déracinés, sont extrêmement fragiles et vulnérables face à ces prédateurs économiques, et, en « consentant » malgré eux le sacrifice de leurs droits, ils alimentent plus encore l’appétit du système qui les broie.

Au sein de la Via Campésina et de ses organisations, de multiples initiatives de résistance et de solidarité voient le jour : formation et accompagnement des travailleurs migrants pour faire respecter leurs droits, information et sensibilisation des consommateurs, occupations de terre pour installer les travailleurs ou les personnes migrantes...

La Via Campésina et ses alliés trace la voie d’une souveraineté alimentaire pour des peuples et des paysans sans frontières.

Source Nyeleni

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans IMMIGRATION INTERNATIONAL AGRICULTURE-OGM
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 13:50

« A l’état sauvage, les humains se déplaçaient à la recherche d’eau et de fruits pour se nourrir, mais aussi pour fuir les animaux féroces et ainsi préserver leur vie. Ils bougeaient pour survivre. A la découverte des premiers objets, ce fut la première étape de l’évolution vers notre race. Alors, les hommes bougeaient pour organiser leur alimentation (chasse, pêche, cueillette) mais également pour se protéger contre leurs rivalités internes. »

C’est par ces mots que Mamadou Cissokho, figure de la résistance paysanne d’Afrique de l’Ouest, débute une tribune, en janvier 2018, et rappelle à chacun ses responsabilités face à la tragédie actuelle des migrations.

Se déplacer pour se nourrir et pour survivre

Quelque soit le continent, les mêmes causes produisent désormais les mêmes effets, avec une ampleur inédite : le changement climatique jette déjà sur les routes de l’exil plusieurs millions de réfugiés, d’Afrique subsaharienne, d’Asie du Sud ou encore d’Amérique Latine, que leur terre ne permet plus d’alimenter (assèchement des sols et des puits, destruction des cultures par les catastrophes naturelles à répétition…). Les déséquilibres politiques, souvent dirigés par des intérêts néo-coloniaux, impérialistes, plongent des pays et des régions entières dans des situations tragiques d’insécurité, de conflits et de guerres que beaucoup tentent de fuir (Amérique Centrale, Yemen, Syrie, Sahel…). Ces situations s’aggravent lorsque apparaissent des épisodes de famine mettant en danger imminent les populations tel que le subit le Yémen.

Mais il faut aussi et urgemment reconnaître la responsabilité du capitalisme débridé et mondialisé, entraînant l’appauvrissement et l’effondrement des communautés indigènes ou paysannes à travers le monde : accaparement des terres et violation des droits coutumiers, extractivisme, normes et restrictions d’accès aux marchés,... les Accords de Partenariats Economiques et autres traités de Libre-échange, véritables traductions et répétitions de la raison du plus fort, participent amplement aux déracinements physiques et culturels des populations.

De plus, dans ce contexte, très dur, il faut rappeler à quel point les résistances subissent partout des répressions étatiques, policières, extrêmement sévères, voir meurtrières.

« Peuples d’écriture ils (les Européens) nous ont légué des manuscrits historiques dans lesquels ils ont confirmé avoir trouvé des personnes soi-disant « sans âme », ils ont ramassé tout ce [ou ceux ?] qu’ils ont trouvé et les ont vendus à leur guise. » (M. Cissokho)

Vol des terres, destruction des cultures alimentaires et populaires

Ce déracinement trouve particulièrement son sens à travers l’exemple marocain. Afin d’approvisionner à bas coûts les marchés européens de tomates et agrumes, l’État Marocain avec la bénédiction des Institutions Européennes, a facilité, dès les années 90, l’implantation d’investisseurs espagnols, français, hollandais (…) en chassant les familles paysannes installées sur de nombreuses terres prétendument royales du Souss Massa Drah. Ces entreprises ont également eu un accès simplifié à la ressource hydrique et aux installations d’irrigation ainsi qu’aux aides agricoles de l’État.

Les besoins en main d’œuvre étaient tels que tout a été organisé pour que des milliers de petits paysans vivant dans les montagnes de l’Atlas abandonnent les terres familiales et rejoignent ce bassin de production d’agriculture industrielle. Le phénomène d’exploitation extrême et de paupérisation de ces travailleurs nationaux, déracinés, non seulement perdure, mais aussi il encourage le départ d’hommes et de femmes vers des horizons encore plus lointains et plus incertains.
En parallèle, les cultures vivrières et coutumières (c’est l’exemple de la culture du blé, une des bases principales du plat marocain) sont délaissées de force pour mieux servir les intérêts de l’exportation et du capitalisme sauvage !
Il s’agit là d’une situation comparable à d’autres expériences dont souffrent bien d’autres populations du globe.

Insécurité alimentaire

Ce constat général s’assombrit davantage au regard des conditions d’accueil des populations déplacées. Les discussions actuelles autour du Global Compact, ce projet de pacte mondial des migrations négocié actuellement à l’ONU, affichent au grand jour le cynisme et l’attitude criminelle des grands décideurs. Non seulement le refoulement aux frontières prend des formes inhumaines, violant la Convention des Droits de l’Homme, mais les Etats « occidentaux » détournent ou conditionnent l’aide au développement à la mise en place d’un contrôle aux frontières (dont un renforcement du dispositif policier) dès les pays de départ.

Il faut s’inquiéter ! Le cynisme et le refus d’accueillir dignement ces personnes réfugiées politiques, économiques, climatiques (…) entraînent la concentration de ces populations démunies dans de grands ghettos urbains (mégalopole) ou ruraux (exemple du sud-italien), voir des campements de réfugiés où l’insécurité est maximale : violence, absence de dispositifs de santé, mal-logement, travail forcé et trafic d’êtres humains…

Aussi, par nature, la personne migrante perd sa capacité et son autonomie alimentaire, et, au meilleur (?) des cas, elle devient dépendante du système agro-industriel, lorsqu’elle n’est pas simplement tributaire de l’aide alimentaire, approvisionnée elle-même par ce même système.

« Travaillons ensemble pour la répartition des richesses et du bien-être partout et chez tout le monde. La force d’un pauvre, c’est qu’il ne perd rien parce qu’il n’a rien à perdre. » (M. Cissokho)

Source Nyeleni

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans IMMIGRATION INTERNATIONAL AGRICULTURE-OGM
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 13:44

Le Bangaldesh est un pays densément peuplé, qui est une victime évidente de l’exploitation globale en ce qui concerne les impacts du changement climatique. Ces impacts incluent déjà la croissance rapide de la salinité du sol à cause de la montée du niveau de la mer, des inondations liées à la marée, l’intensification de la survenue d’orages, l’augmentation des températures, des pluies torrentielles, des crues éclair, des sécheresses, des glissements de terrains et l’érosion des rivières.

 

Les conséquences du changement climatique sont que les paysans et les communautés rurales sont confrontés à l’insécurité de leurs moyens de subsistance, à la malnutrition, au chômage, à la pauvreté, au trafic d’êtres humains, à la migration forcée ainsi qu’à des crises alimentaires, liées aux terres et à l’eau.

 

Plus de la moitié de la surface du Bangladesh n’est qu’à peine à cinq mètres au dessus du niveau de la mer. Une montée des eaux de mer d’un mètre submergerait un cinquième du pays et transformerait 30 millions de personnes en “réfugiés climatiques”. Le problème lancinant des réfugiés climatiques deviendra un problème majeur dans les prochaines décennies au Bangladesh. Beaucoup des villes principales sont déjà sous pression, particulièrement la capitale Dacca. En 1974 la population de Dacca était de 177 000 habitants, en 2017 ils sont 1.8 millions.

 

D’ici à 2035, ce sera 3.5 millions (selon un rapport de la Banque Mondiale). Deux mille personnes venant de différentes parties du pays arrivent chaque jour à la recherche d’un emploi ou d’un abri. Les 10 villes les plus dangereuses dans le monde à cause du changement climatique incluent Dacca. “Les réfugiés climatiques globaux” seront confrontés à des frontières de plus en plus protégées, comme c’est le cas de l’Inde, qui militarise sa frontière avec le Bangladesh, au point qu’il y a déjà des morts signalées chaque mois.

 

L’agriculture au Bangladesh dépend largement de facteurs climatiques. Un cyclone peut détruire une part significative de la récolte de la saison. Le cyclone Sidr a détruit quasiment 95 pour cent des récoltes dans les districts côtiers quand il a frappé le Bangladesh en 2007 (ABD, 2013). Le cyclone Aila a inondé quasiment 200 000 acres de terre agricole avec de l’eau salée (97 000 acres d’Aman sont complètement détruits) et 300 000 personnes ont été déplacées (243 000 maisons ont été complètement dévastées

 

La salinité accrue des sols et les températures maximales vont conduire à une décroissance du rendement du riz. Un changement de température pourrait aussi faire diminuer la production de pommes de terre de plus de 60%. Les crues éclair de 2017 à Haor ont réduit la production de riz de près de 15.8 millions de tonnes. La recherche a montré une diminution de 69% de la production de riz dans les villages côtiers en 18 ans. Environ ⅓ de la région du Bangladesh est influencée par les marées de la Baie du Bengal.

 

Pour faire face aux crises climatique et alimentaire le gouvernement promeut des entreprises privées du secteur agro-alimentaire, plus d’investissements dans les semences, des fertilisants et des équipements, en adoptant des semences hybrides et en imposant les OGM au nom de la sécurité alimentaire.

 

Le Bangladesh a déjà lancé la première culture d’OGM Brinjal en 2014. Une pomme de terre OGM est dans les tuyaux et le gouvernement a annoncé des plans pour la commercialisation du premier riz génétiquement modifié Golden Rice en 2018.

Tout ceci plutôt que de protéger les paysans et d’encourager la petite agriculture agroécologique.

 

La stratégie de la Banque Mondiale et d’autres bailleurs de fonds internationaux pour la “sécurité alimentaire” gérée par les entreprises est une stratégie risquée pour l’agriculture dans le contexte du changement climatique.

 

Leur intérêt véritable derrière cette politique est de permettre aux entreprises transnationales de semences et d’agrochimie d’accéder aux marchés agricoles du Bangladesh. Par conséquent, il est important de promouvoir les droits des paysans à des semences et d’autonomiser les communautés afin qu’elles puissent protéger leur propre mode de subsistance. Promouvoir la souveraineté alimentaire est la meilleure alternative pour la politique agricole actuelle au Bangladesh.

 

Le changement climatique, la souveraineté alimentaire et l’agriculture comprennent les problèmes politiques multidimensionnels du bien-être humain, de la gestion environnementale et de la bonne gouvernance. Par conséquence, n’importe quelle stratégie pour aborder la souveraineté alimentaire et l’agriculture durable intégrant le changement climatique devraient considérer les moyens de subsistance comme composante fondamentale. Une approche écosystémique de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire devrait être inclue dans les politiques nationales et les plans d’action pour réduire la vulnérabilité au changement climatique.

Par Golam Sorowor, Secrétaire financier de BAFLF (Fédération des syndicats agricoles bangladais) Source Nyeleni

 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans IMMIGRATION INTERNATIONAL AGRICULTURE-OGM
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 06:52

La tête encore pleine des clameurs de la marche du 5 mai, je me suis envolé pour Moscou. Je me suis rendu en Russie dans le cadre du programme annuel de déplacements à l’étranger

que j’établis autant que possible à l’avance. Après la Grèce, l’Italie et le Portugal, voilà la Russie. Mais je serai bientôt à Hambourg (juin), de nouveau en Espagne (juillet), au Mexique (juillet) aux USA (prévision octobre/novembre). Restent dans les tuyaux le Royaume-Uni et un pays du Maghreb. Cette cadence est fixée par le calendrier. L’année 2018 est la seule année sans élection avant quelques temps en France. Je concentre donc tous les déplacements urgents sur cette année.

Mon intention politique est de marquer par un geste symbolique le refus du climat de guerre et d’escalade entretenu avec la Russie. Marquer de la sympathie et de l’amitié pour le peuple russe dans le contexte actuel est une opération délicate. Dans mon esprit, on rompt le nœud gordien des procès d’intention et des amalgames en allant au bon endroit au bon moment. Je suis donc allé à Moscou fêter l’anniversaire de la victoire sur les nazis qui ont fait vingt millions de morts dans ce pays. C’est aussi une façon de rappeler sans cesse le danger qu’est de nouveau l’extrême droite en Europe à l’heure actuelle. Ce jour-là, tous les Russes, de toutes origines et de toutes confessions, défilent dans la rue en portant le portrait d’un parent mort à la guerre ou ayant participé aux combats. Je portais le portrait d’un officier français, Maurice de Seynes, de l’escadrille Normandie-Niemen. Il s’agit d’une unité d’aviation franco-russe qui combattit les nazis au nom de la France libre à la demande du Général De Gaulle et avec le blanc-seing de Staline.

Mais avant cela, le matin, aux cotés de l’ambassadrice de France à Moscou, j’ai participé d’abord à la commémoration du combat des nôtres devant la statue qui est dédiée à l’escadrille Normandie-Niemen dans un parc. Je m’y suis trouvé avec des enfants des écoles venus de Montpellier et d’autres de Saint-Étienne. Cette cérémonie et la marche du 9 mai forment un message unique de fraternité avec la Russie et le peuple russe. Il fonctionne comme une signature. On ne peut en mesurer pleinement le sens si on ne connaît pas l’extrême ferveur populaire qui s’exprime dans les rassemblements de centaines de milliers de personnes pour la marche du 9 mai dont les seuls slogans sont « Victoire ! Victoire ! » et « Merci grand-parents ! ».

Mon message est qu’on peut être ami de la Russie et du peuple russe sans être un partisan du parti politique au pouvoir en Russie. Et aussi qu’on peut être ami d’un opposant en Russie sans se livrer à des provocations contre le pouvoir en place. C’est pourquoi l’autre moment important de mon séjour a été la rencontre avec  Sergueï Oudaltsov, le président du Front de gauche de Russie, une formation d’opposition de gauche au gouvernement russe et à Poutine. Les Français ne le connaissent pas du tout. Un journal comme Le Monde n’a signalé ni son arrestation, ni la durée exceptionnelle et unique de son emprisonnement, ni sa libération, ni les remerciements qu’il m’avait alors adressé pour avoir pris sa défense. Je le signale car le même journal fait de Navalny, un opposant libéral lourdement marqué d’antisémitisme, un héros permanent. Cela montre que dans ce domaine aussi comme en Amerique latine, ce n’est pas en lisant ce journal qu’on peut savoir ce qui se passe, mais seulement ce qu’il voudrait que l’on pense.

J’avais promis à Oudaltsov de le voir après sa sortie de prison. J’ai tenu parole. Mon projet est de l’intégrer dans la boucle internationale que nous voulons créer à échelle mondiale. Oudaltsov m’a donné son accord pour participer à une conférence pour la paix. Il est d’accord pour ma proposition de création d’un club international. Pour nous, c’est une bonne nouvelle. Cela élargit la diversité des regards et des expériences dont nous avons besoin dans le travail de refondation idéologique et pratique du nouvel humanisme éco-socialiste. Je vais donc bientôt passer a l’écriture d’un plan de travail à proposer à tous nos amis dans le monde. Mais tout en devant accélérer la prise des contacts et veiller aux progrès de notre activité en Europe, il me faut aussi élargir le champ de présence à l’Afrique et à l’Asie. C’est beaucoup de travail. J’ai donc hâte que nous ayons un groupe de députés européens insoumis pour se partager cette tache.

Nous, les Insoumis, nous bénéficions d’une image positive très forte sur la scène des partis et formations de l’altermondialisme. Nos résultats électoraux y sont bien sûr pour beaucoup. Mais l’activité du mouvement social français est perçue de loin. De même la manifestation du 5 mai a bénéficié d’une couverture internationale sans précédent. Cette puissance doit être mise au service de la cause. C’est notre devoir. J’ai trop souffert d’avoir vu s’enfermer chez soi ceux qui nous ont ouvert la route et qui sont forts chez eux pour ne pas comprendre toute l’importance d’un déplacement et d’un appui à ceux qui sont encore peu développé ou en butte à une terrible répression. J’ai bon espoir que d’ici un an nous aurons jeté les bases d’une coopération politique internationale assez forte pour pouvoir s’avancer publiquement sur la scène internationale.

Sur place nous avons tourné un Vlog avec Antoine Léaument. C’est-à-dire un récit vidéo de ce que je faisais au fur et à mesure du séjour. On peut s’y référer car j’y évoque des sujets que je n’ai pas évoqué dans ce bref coup d’œil écrit. Par exemple, j’ai rencontré des officiels, et tenu une conférence à la Chambre de Commerce et d’Industrie française de Moscou. Par exemple, j’ai présenté de nouveau l’idée de la conférence internationale sur les frontières aux officiels que j’ai rencontrés. La suite sur L’ère du Peuple

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans INTERNATIONAL J-L Mélenchon
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 08:55
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans Députés LFI J-L Mélenchon INTERNATIONAL
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 13:51
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans INTERNATIONAL
15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 14:43

.

Grèce, Espagne, France… les pouvoirs financier et médiatique usent fébrilement du repoussoir de la « dictature-au-Venezuela » pour attaquer les résistants au libéralisme (1). Les grands groupes et leurs journalistes ne sont élus par personne mais utilisent leur pouvoir de facto pour discréditer des mouvements ou des députés sortis des urnes. Face à ces voies de fait contre le choix des électeurs, de jeunes militants ont commencé à étudier de près la réalité vénézuélienne et ont découvert le talon d’Achille du discours journalistique : sa coupure du réel, qui le réduit à recopier la propagande des médias privés majoritaires dans la nation sud-américaine.

Hollywood pouvait baser sa guerre froide sur un substrat réel: l’existence du Goulag et son cortège d’emprisonnements et d’exécutions. La propagande sur le Venezuela ne repose sur rien et n’atteint l’effet de réel que par la quantité de répétition du mensonge. C’est ce qui explique l’incapacité de répondre d’un journaliste suisse lorsque Maurice Lemoine lui demande de nommer un seul journaliste emprisonné par le gouvernement Maduro (2) ou le démontage facile des affirmations de Patrick Cohen (Europe 1) par le député Alexis Corbière (3).

A force de surfer sur l’effet quantité, les journalistes ont fini par s’autosuggestionner, croyant qu’ils pourraient se passer du rapport au réel et que personne ne leur demanderait de compte. Qu’un honnête citoyen les remette face au principe de réalité et voici qu’éclate leur ignorance. Pour certains d’entre eux, l’ardeur à enfoncer le clou de « la dictature au Venezuela » veut peut-être faire oublier qu’en dix-huit ans de révolution bolivarienne, ils ont occulté les réformes sociales, la construction d’une démocratie participative et jusqu’à l’existence même de la majorité sociale: les secteurs populaires (90 % de la population) n’ont pas participé à l’insurrection de l’extrême droite qu’ils nous ont présentée comme le combat d’une population assoiffée de démocratie contre un régime répressif.

L’effet pervers de devoir réinformer sans cesse face à des journalistes qui n’informent plus, c’est de ne plus avoir de temps de visibiliser, connaître, comprendre, écouter cette majorité rebelle aux projections de tout bord, souvent critique, qui continue à surprendre les politologues comme ce 30 juillet lorsqu’elle a déjoué les violences de la droite pour élire une Assemblée Constituante (4).

A moins de vouloir s’éteindre à petit feu au fond de la Caverne de Platon, la gauche doit donc sortir de la case « critique des médias » et de sa position défensive, pour renouer enfin avec la possibilité concrète d’intelligence du monde en initiant la démocratisation radicale de la propriété des médias. Même si cette démocratisation sera aussitôt attaquée en tant qu’« atteinte à la liberté d’expression » comme l’ont fait les grands groupes privés dans l’Argentine de Cristina Kirschner ou dans l’Équateur de Rafael Correa.

 

La fake news des « 49 médias fermés par le gouvernement Maduro »

Il y a quelques jours les médias français ont martelé, sans la moindre contre-enquête, qu’ « un syndicat de travailleurs de la presse SNTP dénonce que le régime Maduro a fermé 49 médias ». L’objectif était d’associer la critique du pouvoir médiatique par la France Insoumise à « l’absence de liberté d’expression au Venezuela». Quelle était la source de cette allégation ? Le « SNTP » est un syndicat patronal, émanation des médias privés majoritaires au Venezuela. Il est dirigé par le militant de droite Marco Ruiz qui passe son temps à dénoncer sur son compte twitter @mruizsilvera, la « censure » et la « répression » de la « dictature bolivarienne ». Ruiz a fabriqué cette munition destinée au pilonnage par les médias internationaux en profitant du non-renouvellement de concessions par CONATEL (le CSA local) à deux radios (Mágica 99.1 FM et La 92.9 FM). Celles-ci avaient violé la loi en appuyant ouvertement les violences meurtrières de l’extrême droite, tout en réclamant l’invasion du Venezuela par les États-Unis. (Rappelons que la majorité des 180 victimes des violences ont été causées par les extrémistes de droite repeints en « combattants de la liberté » par les médias, beaucoup de meurtres restant impunis. Par contraste les membres des forces de l’ordre qui ont désobéi et se sont rendus coupables de tirs mortels ont été emprisonnés.) (5)

La suite sur BolivarInfo

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans MÉDIAS INTERNATIONAL
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 07:05
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans J-L Mélenchon INTERNATIONAL
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 16:54
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans J-L Mélenchon INTERNATIONAL

 compteur

Campagne 2017

Photos Campagnes

2011
2012
2013
2014
2013
2016-2017
Caranave Insoumis du Haut Vaucluse 1

 

Caravane Insoumis du Haut Vaucluse 2