Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Qui a tué nos villages ?

Recherche

2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 08:55

Nous nous mobilisons pour donner une vie décente aux animaux. Nous nous battons contre la maltraitance animale...

 

Et nos anciens ?.. La crise sanitaire nous aura donné un éclairage sur la maltraitance qui en a touché un grand nombre.

 

Seraient-ils juste bons à être sans arrêt "sollicités" pour aider aux différentes crises que les gouvernements ne veulent pas régler en demandant aux plus riches de mettre la main à la poche ;

 

Seraient-ils juste bons à écluser leurs dernières économies ou à puiser dans leur maigre retraite, des sommes astronomiques à des centres qui n'ont aucune vocation à s'occuper d'êtres humains, mais à faire du pognon (l'or gris qu'ils disaient)...

 

Certains de ces anciens ont pourtant défendu la France et nous ont permis de vivre libres. D'autres (parfois les mêmes) ont fait tourner ce pays, dans les mines, les industries etc... jusqu'à en avoir fait une puissance économique forte . D'autres ont fait et élevé des enfants dont nous sommes issus.

 

Ils nous ont glissé un petit billet dans la poche, nous ont fait des cadeaux que nous trouvions dépassés, ont caché nos bêtises à nos parents, ne savent pas se servir d'un ordinateur, ont du mal avec un téléphone portable. Ils ne comprennent pas le franglais, n'entendent pas toujours très bien... Ils sont vieux, ridés, ont des manies, marchent lentement...

 

Combien de fois avons-nous entendu que les vieux devaient « laisser la place aux jeunes »...

 

 

C'est fait !

 

Un pays qui laisse ces anciens mourir ainsi, est un pays qui est déjà mort, car ce n'est plus un pays, c'est juste une ridicule start-up qui doit tirer un maximum de fric aux plus pauvres, une entité pour qui plus personne ne se battrait s'il le fallait. Nos gouvernants s'en fichent... Qu'ils remballent leur «républicanisme » à deux balles !

 

Mais que dire d'un tel pays où les jeunes ne se battent pas pour que leurs grand-parents partent avec les honneurs qui leur sont dus, pour que tout ce qu'ils avaient arraché de hautes luttes ne soit pas juste une colonne "pertes et profits", ne se mobilisent pas comme ils le feraient pour un animal.

 

Et pourtant, il y a une vraie lutte à mener !

 

Quand j'entends ou je lis ces « rebelles » qui luttent contre le port du masque, alors que celui-ci pourrait (je dis bien pourrait au conditionnel, mais dans le doute...) protéger leurs anciens, leur donner juste quelques mois de plus à vivre auprès d'eux et leur permettre de terminer leur vie en se disant qu'ils ne se sont pas battus pour rien, bref qu'ils n'étaient pas une quantité négligeable.

 

Ce masque non porté deviendra t-il le poignard qui les enverra ad patres ? Ce masque qui cache nos sourires devrait devenir un symbole... Masqué, pas muselé !

 

VMH

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ VMH RETRAITES & RETRAITÉS
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 11:11

Drôle de lundi. Le démarrage dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale de la bataille parlementaire sur la réforme des retraites s’est engagé de manière curieuse. D’abord, pas moyen d’avoir les signatures des socialistes pour pouvoir déposer la motion de censure. D’un autre côté les communistes avaient obtenu les motions référendaire et de rejet. On était convenu de partager. Bref, rien ne se passe comme prévu pour nous. Je ne m’attarde pas à dire ce que j’en pense.

 

On a donc changé notre dispositif de prise de parole. C’est notre avantage : on réagit vite et on est capable de tout changer. Nouveau schéma. Les députés pivots, de permanence dans la bataille, ont été désigné pour la discussion générale : Autain, Quatennens, Panot. Ils sont chargés du cadre argumentaire. Coquerel, Ruffin et moi on prend les trois pauvres deux minutes d’explication de vote sur les trois motions qui passent en début de séance. Notre tâche : être dans le contexte, crépiter, donner le ton comme un appel au combat. Le plan a fonctionné. À nous six, on a bien tenu le rôle : trois escarmouches nourries et trois pilonnages de fond. On se donne le point en terme de présence oratoire. Mais ce n’est pas l’essentiel.

 

Ce jour-là, un évènement immense est passé à portée de main. Car le plus marquant de cette journée, ce furent les votes de la première séance. En effet, trois débats préalables étaient organisés avant le début de la discussion proprement dite sur le projet de loi. Deux motions dites « de rejet préalable » étaient présentées l’une par le groupe de la droite « Les Républicains » et l’autre par les députés communistes. Avant la lecture d’un texte proposé par le gouvernement, les parlementaires de l’opposition peuvent présenter de telles motions. Leur attribution est tirée au sort. La motion de rejet préalable permet de proposer de repousser un texte avant même son examen article par article en raison d’un risque important d’inconstitutionnalité. C’est largement le cas ici, aux dires mêmes du Conseil d’État. Et parce que la commission spéciale n’est pas allée au bout de son travail.

 

Généralement, de telles motions de rejet sont repoussées facilement par le groupe majoritaire. Mais cette fois, c’était différent. Les oppositions auraient pu être majoritaires. En effet, si la droite avait mobilisé ses députés pour voter sa propre motion de rejet du texte, celle-ci aurait été adoptée et la réforme était enterrée. En effet, les communistes comme les Insoumis ont voté cette motion. Ils ont apporté de cette façon 31 voix. Incroyable: c’est plus que le total des voix apportée par les députés LR ! En effet, lamentablement seuls 22 députés de droite ont voté pour leur propre motion contre le projet de loi retraites. Compte tenu de la démobilisation des macronistes, avec seulement 50 de plus, moins de la moitié du groupe LR qui compte 104 députés, le projet de loi macroniste était rejeté !

 

Car à ce moment-là, les députés marcheurs n’étaient que 141 présents sur 300. Cela signifie qu’il y avait 50% d’absentéisme dans la majorité macroniste le jour du démarrage de la réforme la plus importante du quinquennat ! Les commentateurs n’ont pas relevé. Ce n’est pas la première fois dans la période récente. La semaine précédente, ils s’étaient fait mettre en minorité à quatre reprises lors des votes sur les propositions de loi du groupe « Liberté et Territoire ». Cette fois encore, ils étaient minoritaires.

 

Soyons bref : les députés LR ont sauvé le gouvernement Macron. Imaginons le tableau s’ils étaient venus en nombre : nous aurions donc rejeté le texte des retraites. On peut dire que la face du quinquennat était changée. Et la bataille des retraites gagnée ! LR a sauvé Macron. LR a sauvé la réforme à laquelle ce parti dit pourtant qu’il s’oppose !

JLM

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans J-L Mélenchon Députés LFI RETRAITES & RETRAITÉS
18 février 2020 2 18 /02 /février /2020 09:27
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans Députés LFI J-L Mélenchon RETRAITES & RETRAITÉS
6 janvier 2020 1 06 /01 /janvier /2020 13:29

Si vous ne comprenez pas à quelle sauce ils veulent nous manger, écouter... C'est  simple et facile à comprendre !

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans RETRAITES & RETRAITÉS CRISES EUROPÉENNES & MONDIALES
5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 11:00

En 2015, ils étaient nombreux les ex premiers ministres à profiter de ce qu'ils n'appellent pas des « régimes spéciaux » et pourtant nombreux sont ceux qui ne sont restés à leur poste que 2 ans !

Jean-Marc Ayrault (2012-2014), François Fillon (2007-2012), Dominique de Villepin (2005-2007), Jean-Pierre Raffarin (2002-2005),  Lionel Jospin (1997-2002), Alain Juppé (1995-1997), Edouard Balladur (1993-1995), Edith Cresson (1991-1992), Michel Rocard (1988-1991), Jacques Chirac (1986-1988), Laurent Fabius (1984-1986).

D'après l'Express, en 2018 ils nous ont coûté la bagatelle de 1 019 122 euros

 

 

 

Ils avaient droit à chauffeur et voiture de fonction à vie (c'étaient encore le cas dernièrement)

Le Premier ministre est le seul membre du gouvernement à disposer d’avantages à vie : une protection policière, une voiture avec chauffeur et un bureau avec un assistant personnel lui sont dévolus, à vie s’il le souhaite. (Mai 2017)

Depuis, il paraîtrait que le Gouvernement actuel ait changé la règle. Ce ne sera plus à vie, mais durant 10 petites années et jusqu'à 67 ans...

 

Mais, si le décret prévoit « une durée maximale de dix ans à compter de la fin de leurs fonctions et au plus tard jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de soixante-sept ans ». Cela ne sera pas rétroactif mais à compter de la signature du décret.

 

 

Ce qui veut dire que nous allons continué à payer plus d'un million d'euros par an pour les « petits frais » des ces ex nommés par les différents gouvernements !

 

 

Et les ex présidents de la République ?

Quelques extraits du blog de René Dosière (président de l’Observatoire de l’Éthique Publique) :

  Même si Macron a décidé qu'il ne profiterait pas de certains avantages, il n'en reste pas moins, qu'en 2018, les ex présidents de la République (au nombre de 3) Sarkozy, Hollande et Giscard, nous ont coûté 2 342 707 euros en rémunération de collaborateurs, frais de locations et frais divers, auxquels il faut ajouter les frais de « sécurité » pour un total de 3,8 millions d’euros pour 2018.

 

 

Et le coût des cabinets ministériels ?

 

Le coût global salarial du gouvernement d’Édouard Philippe est de 125,9 millions (rémunérations des ministres et des cabinets ministériels)

 

Après une analyse minutieuse on constate des augmentations choquantes : +11% dans les cabinets des secrétaires d’État auprès du ministre de l’Économie et auprès du ministre des comptes publics ; +8% au cabinet du ministre de la Culture. Ainsi au ministère du travail (rémunération moyenne de 10980 euros) je relève qu’en deux ans l’augmentation atteint 1120 euros ! (536 euros au ministère de l’Éducation nationale).

 

D’une manière plus globale entre 2010 et 2019, la rémunération moyenne d’un membre de cabinet ministériel est passée de 7213 euros à 9160 euros, soit une hausse de 1947 euros, soit +27%   

 

 

 

 

 

 

Même si ces salaires et avantages mirobolants ne régleront pas le problème des retraites, (si tant est qu'il y en ait un) on pourrait déjà commencer par revenir à des dépenses plus raisonnables de la part de ceux qui nous donnent des leçons d'économie ! (Avant de vendre la maison, on vide les tiroirs!!)

Ces gens qui sont censés diriger le pays (ou l'avoir dirigé), ont-ils plus de valeurs que cette infirmière (qui cumule des heures supplémentaires par manque de personnel), cette aide-soignante auprès des personnes âgées (qui n'a que 7 minutes pour faire une toilette), ce conducteur de transport en commun (qui a entre les mains la vie de plusieurs personnes), mais également cette caissière de supermarché, cet ouvrier, cet agriculteur, ce chauffeur de poids-lourd etc...

Je ne le crois pas !! Sans ces petites mains, rien ne fonctionnerait...

 

 

A contrario ceux qui nous coûtent un pognon de dingue aujourd'hui sont juste incapables de reculer face au mouvement de colère qui monte dans le pays, persuadés que les économies doivent se faire sur le dos de ceux qui font tourner le pays espérant les amener à accepter une retraite pourtant durement gagnée insuffisante pour vivre décemment, n'hésitant pas au passage à faire fi de notre jeunesse qui devra, si nous l'acceptons, se faire un bas de laine pour leurs vieux jours via des retraites privées qui n’hésiteront pas le moment venu de se déclarer insolvables. (Voir extrait du Monde du 29 octobre 2008) ci-dessous :

 

 

« Avec la crise de 2008, c'est tout le système de retraites par capitalisation qui a vacillé. (...) les Etats-Unis ne sont pas seuls dans la tourmente. Tous les pays qui ont opté pour un système équivalent, censé résoudre le casse-tête du financement des retraites par répartition menacé par le vieillissement de la population, sont concernés. En Europe, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède ou la Finlande sont aussi touchés. Mais c'est en Pologne, en Hongrie et en République tchèque que les difficultés sont les plus sérieuses. Là-bas, les systèmes ont été privatisés plus récemment, pour désendetter les Etats et suivre les recommandations des grandes organisations internationales (FMI et OCDE) »

VMH

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans RETRAITES & RETRAITÉS CONSTITUTION & RÉPUBLIQUE
2 janvier 2020 4 02 /01 /janvier /2020 10:09
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans RETRAITES & RETRAITÉS
8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 09:50
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans J-L Mélenchon RETRAITES & RETRAITÉS
7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 12:00
Manifestation contre la réforme des retraites à Aurillac
Manifestation contre la réforme des retraites à AurillacManifestation contre la réforme des retraites à Aurillac

3500 personnes à Aurillac, à l'appel de l'intersyndicale et des gilets jaunes

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans LUTTES SOCIALES RETRAITES & RETRAITÉS
23 août 2019 5 23 /08 /août /2019 08:39

Les gilets jaunes d'Aurillac ont participé à l'ouverture du festival.

 

Ils seront jusqu'à samedi inclus sur leur stand

 

"LA FIÈVRE JAUNE" (pastille 97),

 

place St Géraud

 

de 11h00  à 22h00

 

Vous pourrez les rencontrer, discuter, proposez vos revendications et...

 

signer pour le référendum sur la privatisation des Aéroports de Paris.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 12:26

Très bien résumée, voici la situation telle qu'elle est ...et certains se demandent pourquoi les

gilets jaunes ne s'arrêtent pas de manifester ! De 1956 à nos jours : 62 ans d'imagination fiscale… et de mensonges.

 

Déjà, je me présente. Je m’appelle Micheline Sany. Je suis née en 1927 et je vous le dis tout net : à force de tirer sur l’élastique, la corde va péter !

 

  • En 1956, quand Guy Mollet a instauré la vignette pour « fournir un revenu minimum à toutes les personnes âgées de 65 ans et plus», bon… moi j’avais à peine 30 ans et j’étais très fière de pouvoir venir en aide aux anciens. En plus, Paul Ramadier, le ministre des Affaires économiques, avait affirmé que ça serait une taxe temporaire… Bah, il a duré quarante-quatre ans le temporaire ! Pendant quarante-quatre ans j’ai payé cette vignette ! Alors merci !


Surtout que les anciens n’en ont presque jamais vu la couleur, vu qu’au bout de trois ans, le Premier ministre, Michel Debré, a annoncé que le produit de la vignette serait finalement « acquis au budget de l’État… », qui le reverserait au Fonds national de solidarité. Enfin, en partie… Enfin, en petite partie…


Que les vieux se fassent dépouiller comme ça, ça a fait du foin, pendant toutes ces années. Mais ça n’a jamais rien changé.

 

  • Ensuite en 1991, quand ils ont créé la CSG, la contribution sociale généralisée pour financer la branche famille, en remplacement des cotisations patronales d’allocations familiales, bon… sans râler, j’ai payé ! Surtout que ça ne devait durer que cinq ans. « Une contribution transitoire » qu’ils disaient… et puis 1,1 %, c’était supportable. Seulement vingt-sept ans plus tard, elle transite toujours la CSG ! Et elle a grimpé à 9,2 % pour les salariés et 8,3 % pour les retraités.


Par étapes, bien sûr, c’est moins voyant.

 

  • En 1993, elle est passée de 1,1 à 2,4 %.Pour alimenter en plus le Fonds de solidarité vieillesse.

 

Y’avait pas déjà la vignette pour ça ? Chuuuuut,arrêtez d’être insolents !

  • En 1997, elle augmente encore pour financer, en plus, la branche maladie : on en est à 3,4 %.

 

  • En 1998, toujours pour la branche maladie, elle passe à 7,5 %, etc., etc.

Bref, la protection sociale ne s’est pas redressée, et ce qui devait être temporaire est devenu…un impôt de plus.

Ah bah oui ! La CSG, ça rapporte plus que l’impôt sur le revenu aujourd’hui.

Si on vous demande combien vous payez d’impôts par an, vous savez le dire. Mais si on vous demande combien vous payez de CSG, vous savez ?
Chez moi on disait : « C’est tout un art de plumer l’oie sans la faire crier.» alors qu’il y aurait de quoi hurler.

 

  • Et puis en 1996, rebelote avec la CRDS, la « contribution à la réduction de la dette sociale ». J’ai payé. (Mais j’avoue, j’ai râlé.) À cette époque, les déficits sociaux s’élevaient à un montant estimé entre 30 et 38 milliards d’euros.

Oui, parce que nous, si on se trompe de dix euros dans notre déclaration de revenus, on risque une amende, mais eux, un flou de 8 milliards, ils ont le droit… Toujours est-il qu’ils avaient tout bien calculé : en treize ans, tout serait remboursé. La CRDS devait disparaître le 31 janvier 2009.

 

  • Mais voilà-t’y pas qu’en septembre 1997, le gouvernement Jospin annonce 13 milliards d’euros supplémentaires de dettes, qui correspondaient aux déficits sociaux non financés des années 1996 à 1998. Alors, ils ont tout bien recalculé, finalement pour tout éponger il fallait prolonger… jusqu’au 31 janvier 2014.

 

  • Mais voilà-t’y pas qu’en 2004, le plan de redressement de la Sécurité sociale concocté par Philippe Douste-Blazy annonce 50 milliards d’euros supplémentaires de dette à rembourser. Alors, ils ont tout bien re-recalculé… et ils ont vu que finalement, la Trinité était la meilleure date pour arrêter la CRDS. Donc, on la paye toujours…

 

  • Et puis, en 2004, Raffarin a inventé la « journée de solidarité », vouée à « l’autonomie des personnes âgées ». Moi, ça va, j’étais déjà à la retraite, mais vous, vous avez travaillé… sans être payés !

 

  • Et en 2013, une nouvelle taxe pour les retraités. CASA, ça s’appelle. C’est la « contribution additionnelle de solidarité à l’autonomie », 0,3 % sur les retraites, pensions d’invalidité, allocations de préretraite. C’est-à-dire qu’ils font payer les vieux pour que les vieux soient autonomes !

C’est pas du bon foutage de gueule, ça ?

 

  • Et on continue. En 2013, toujours, M. Jean-Marc Ayrault nous gèle les retraites complémentaires…

Et comme ça ne s’arrête jamais, maintenant, parce que j’ai 1 247 euros de revenu fiscal par mois, j’ai une augmentation monstrueuse de la CSG : 25 % d’augmentation ! Ah ben oui, on nous a dit 1,7 %, mais c’est pas 1,7 % de ce qu’on payait, c’est le taux qui augmente de 1,7 % ! Bref, nous les vieux, on est passés de 6,6 % à 8,3 % de CSG, ça nous fait 25 % dans les dents qui nous restent.

 

  • Et maintenant, la cerise sur le pompon : on nous annonce que nos retraites vont être revalorisées de 0,3 %.

Cinq fois moins que l’augmentation dont on aurait dû bénéficier si le code de la Sécurité sociale avait été simplement respecté, puisqu’il prévoit que les pensions soient revalorisées du montant de l’inflation moyenne sur l’année pour éviter toute dégradation du niveau de vie.
Et l’inflation prévue d’après l’Insee est de 1,6 %.

Et Bruno Le Maire ose dire sur RTL : « Mais ils ne seront pas perdants, leur pension de retraite continuera à être revalorisée. » Il croit qu’on est tous gâteux ou quoi ?

 

Je n’ai que mon certificat d’études, mais y’a pas besoin de sortir de Polytechnique pour comprendre qu’une hausse de 0,3 % des pensions, quand les prix augmentent de 1,6 %, revient à une baisse du pouvoir d’achat.

 

D’après le baromètre de l’institut Elabe, publié le 6 septembre, 72 % des retraités déclarent ne pas avoir confiance dans le chef de l’État, alors qu’ils étaient 44 % en janvier et 35 % lors de son élection.
On se demande vraiment pourquoi.

 

Un type qui pour se faire élire déclarait chez Jean-Jacques Bourdin en décembre 2016 :

- « L’engagement que je prends ici devant vous, c’est que, avec moi, toutes les petites retraites auront leur pouvoir d’achat protégé. » Et sur RMC encore, en février 2017:

- « Je ne veux pas, moi, faire d’économies sur le dos ni des retraités, ni de celles et ceux qui sont à quelques années d’aller à la retraite. » Et au 20 heures de France 2 en mars 2017:

- « Je ne touche pas à la retraite de celles et ceux qui sont aujourd’hui retraités. Leur retraite sera préservée. Il n’y aura pas de perte de pouvoir d’achat, c’est essentiel ! »

 

Alors je pose la question :72 % qui n’ont pas confiance, comment est-ce possible ? Comment peut-il se trouver encore 28 % de retraités qui lui fassent confiance ?

 

Toute ma vie, j’ai payé pour aider les vieux et maintenant que je suis vieille, il faut que je paye pour aider les jeunes ?

Et ben, « Feuque », comme ils disent !
-------------------------------------------------
Impôts : ces retraités qu’on abat.
Les retraites vont être revalorisées de 0,3 %. Cinq fois moins que l'inflation! par Jean-Paul Lilienfeld -

 Via David Calderon

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans RETRAITES & RETRAITÉS

 compteur

Campagne 2017

Photos Campagnes

2011
2012
2013
2014
2013
2016-2017
Caranave Insoumis du Haut Vaucluse 1

 

Caravane Insoumis du Haut Vaucluse 2