Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Qui a tué nos villages ?

Recherche

2 octobre 2021 6 02 /10 /octobre /2021 07:41

C’est le sujet tabou par excellence. Les uns le nient, les autres le minimisent, beaucoup regardent ailleurs. De

tous côtés on fait comme si cela tenait à la fatalité. Les morts au travail. Ou bien les 1200 morts du travail, ceux qui périssent du fait de maladies contractée en travaillant ou en se rendant au travail. Autant de cas infiniment moins médiatiquement excitants que les morts de violences physiques qui sont pourtant deux fois moins nombreux. Ou moins nombreux que les agressions violentes qui sont pourtant du même nombre chaque jour si l’on accepte le chiffre Zemmourien. Les chiffres de 2019 sur ce thème sont restés sous les radars du grand bavardage cathodique où règne sans partage la haine des musulmans et la parano sécuritaire. Notez : 733 personnes ont perdu la vie au travail cette année-là, dont 70% d’ouvriers et d’employés. Même les trente pour cent restant pourtant mieux situés dans l’échelle des salaires n’ont pas réussi à capter l’attention des observateurs.

 

Le détail des décès recensés mérite qu’on s’y arrête, histoire de remettre quelques pendules à l’heure: 176 ouvriers du BTP, 71 chauffeurs-routiers, 51 intérimaires. Mais bien sûr n’oublions pas les 11 policiers et gendarmes dont il est questions sans trêve ni pause. leurs agresseurs font l’objet de « circonstances aggravantes » pour le prononcé de leurs peines. Ce qui n’est jamais le cas du moindre responsable de morts au travail ! Pourtant les alertes ne manquent pas. Elles sont quotidiennes. 650 000 accidents du travail sont déclarés chaque année, soit plus de 1700 accidents par jour. Et de même pour les maladies professionnelles mortelles. 50 000 maladies ont été reconnues comme telles en 2019. Et là encore un regard sur le détail en dit long. 88% sont liées à des troubles musculo-squelettiques. Mal partout au point de ne plus pouvoir rien faire. Mal quelque part au point de ne pouvoir dormir ou mal à se tenir droit ou debout, ou de marcher ou de se pencher sans souffrir !

 

Le reste du total n’est guère plus bénin. 8% sont d’autres pathologies : surdités, allergies, asthme, affections psychiques, tout le panel de souffrances incomprises ou niées est là. Enfin, 4% sont liées à l’amiante dont cent mille personnes vont mourir à plus ou moins petit feu. L’amiante, c’est 90 % des cancers professionnels reconnus. Il s’en diagnostique 1700 morts par an ! Après quoi viennent les ravages de la Silice cristalline. 365 000 travailleurs, principalement du BTP, y sont exposés avec un risque élevé de silicose et cancers des poumons. N’oublions pas les basses œuvres des radiations sur les 160 000 sous-traitants du nucléaires qui ne bénéficient pas du tout des mêmes conditions de sécurité que les agents EDF. Enfin, il y a les trop célèbres six cancers liés aux pesticides, dont les leucémies et les cancers de la prostate. Ils frappent d’abord et davantage les agriculteurs.

 

D’une façon générale l’indifférence aux morts au travail est un sous-produit de l’indifférence aux conditions de travail des ouvriers et des employés. Chaque silence se nourrit de l’autre. Et cela porte un nom : la surexploitation du travail humain. Signal d’alerte frappant : le temps de travail en France augmente alors qu’il baisse ailleurs en Europe. Et avec cela un salarié sur trois travaille le dimanche et un salarié sur 5 travaille la nuit ! Au quotidien, les gestes du travail sont une source inépuisable de maux durables. Ainsi quand chaque jour une infirmière fait 10km sur son lieu de travail ou qu’une caissière soulève une tonne de marchandise par jour. Deux ouvriers sur trois portent des charges lourdes, deux employés sur trois travaillent debout. Et au bout de cette chaîne de motifs de souffrances, quatre employés sur dix sont reconnus comme travaillant dans une posture pénible ! Cela incluant évidemment l’exposition aux risques les plus évidents. Ainsi quand deux ouvriers sur trois respirent des fumées ou des poussières. Et quand la moitié des ouvriers sont exposés à des produits cancérogènes sans le savoir.

 

À cette comptabilité sinistre, il est nécessaire d’ajouter encore aussi les détresses psychiques liées au travail. Niées par un état d’esprit viriliste dans certains métiers ou par des injonctions infantilisantes, ces situations sont terriblement fréquentes. Et elles deviennent encore beaucoup plus nombreuses quand l’environnement général devient lui-même plus tendu. En 2019, le taux de burn-out a doublé en un an et on a compté 2 millions de personnes en burn-out sévère. Dans le même temps les observateurs qualifiés évaluaient que près de la moitié des salariés étaient en détresse psychologique dans le contexte de la COVID 19. Comme c’est la règle de notre époque ou toute vision doit avoir un débouché utilitariste évalué en coûts, cette situation peut être décrite par ses dégâts financiers à la charge de tous. Sachez donc qu’il en coûte 13 milliards par an pour l’Assurance maladie (branche accidents et maladies professionnelles). Sachez aussi que le temps de travail « perdu »  de cette façon représente 66 millions de journées non travaillées. Comme ce chiffre ne dit rien sans comparaison, sachez que cela représente l’équivalent de 280 000 emplois… à temps plein… perdus chaque année.

 

Face à tout cela, j’accuse le gouvernement de ne rien faire et d’avoir aggravé considérablement la situation. Et cela dès les premiers mois de la nouvelle présidence. Dès septembre 2017, c’était le vote des ordonnances Pénicaud instaurant une précarité sans précédent dans les contrat de travail. Ce fut la suppression des « Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail » (CHSCT). Conséquence : le nombre de représentants du personnel qui peuvent s’investir sur les questions de santé au travail a été divisé par six ou sept dans les grandes entreprises. Puis ce fut la transformation du « Compte pénibilité » en « compte de prévention ». Là, sur dix facteurs de pénibilité reconnus quatre ont été supprimés. Et pas n’importe lesquels ! La liste de ces suppressions fait froid dans le dos par sa cruauté : les manutentions de charges lourdes (une caissière charrie une tonne par jour à bout de bras), les postures pénibles (deux salariés sur trois travaillent debout et quatre sur dix en situation reconnue de pénibilité), les vibrations mécaniques (merci le marteau-piqueur) et le risque chimique (dont viennent 90% des cancers professionnels). Après cela, il a fallu encore subir la suppression des attestations d’exposition professionnelle aux risques cancérogènes, rendant plus difficile la reconnaissance des maladies professionnelles. Je n’en dis pas davantage quoique beaucoup d’autres méfaits de cette nature pourraient encore être cités. On rappellera seulement que le temps de travail en France augmente alors qu’il baisse ailleurs en Europe. On notera qu’un salarié sur 3 travaille le dimanche et un sur cinq 5 travaille la nuit. Autant de circonstances qui aggravent la souffrance et l’usure des corps au travail. Autant de réalités invisibilisées par le jacassin d’extrême droite.

Jean-Luc Mélenchon

Source l'Ère du Peuple

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ SOCIAL J-L Mélenchon
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 08:55

Accusés d'être anti vaccins, nombreux sont ceux qui aujourd’hui hésitent à passer le cap, alors que leur liberté de circuler, voire de travailler en dépend.

Pourquoi cette réticence dans la patrie de Pasteur, quand nous avons tous reçus au moins un vaccin depuis la petite enfance, quand on sait que la variole, la poliomyélite, la tuberculose... ont été vaincu ou ont reculé sur notre territoire, grâce à des vaccins ?

L'exécutif s’est-il posé la question ? On suppose que oui. Alors, où est le problème ?

 

 

Je ne détiens aucune vérité sur ce point, je livre juste un questionnement et une réflexion: cette pandémie s'est disséminée sur le monde avec rapidité, il a donc fallu agir vite pour trouver un médicament ou un vaccin. "Rapidement" le mot est lâché !! Mais doit-on confondre vitesse et précipitation ?

 

 

Il y a eu le professeur Raoult de Marseille et l'hydroxychloroquine. Et les gens ont fait la queue devant son centre, sans obligation gouvernementale, pourtant !

On peut supposer que ce traitement a fonctionné, puisque du jour au lendemain nous n'en n'avons plus parlé et qu'à ce jour, aucun retour dans les médias* - pas plus que de l'exécutif d'ailleurs - sur ce que sont devenus les patients ainsi traités.

 

 

Parallèlement, la course des laboratoires sur un vaccin a été lancée partout sur la planète.

En temps normal, les essais sont longs, faits sur un panel de personnes et avec suffisamment de recul afin de voir s'il n'y a pas d'effets secondaires à long terme. Puis il faut attendre les avis du monde scientifique, afin d'éviter les erreurs qui feraient que le "bénéfice" serait pire que le mal...

J'ai donc cherché quelles ont été ces erreurs qui ont pu survenir au fil du temps depuis environ les années cinquante. J'ai alors compris qu'il ne s'agit pas tant d'anti vaccins, mais d'une mémoire collective d'où ressort un réflexe. Le réflexe Pavlovien, qui est une réaction involontaire, non innée, provoquée par un stimulus extérieur. Et que l'on peut également retrouver dans l'effet placebo d'un faux médicament.

 

 

Or des erreurs il y en a eu, et pas forcément pour une urgence vitale. Parallèlement, les exécutifs du pays, n'ont pas toujours eu les réactions appropriées. Par lenteur, par interférence avec une élection proche, par peur, par mercantilisme ?

 

 

En voici quelques exemples :

 

MÉDIATOR, (laboratoires Servier de 1976 à 2009 ) accusé d'avoir causé la mort de 1 500 à 2 100 personnes, sans compter celles qui souffrent des conséquences des effets secondaires

 

THALIDOMIDE Combiné à d'autres substances, le thalidomide fut présent dans différents médicaments; en 1962, le service de santé publique de Zurich recense cinquante-cinq médicaments contenant le produit. Au niveau mondial, le thalidomide fut commercialisé sous plus de soixante-huit marques différentes.

En 1958, Grünenthal lance une campagne publicitaire de grande ampleur. La société adressa un courrier à 40 000 médecins pour les inciter à prescrire le Contergan et le Contergan Forte notamment aux femmes enceintes(en octobre 1961, Distillers fera à son tour activement savoir que le thalidomide pouvait sans aucun danger être prescrit aux femmes enceintes) ; En novembre 1960, Grünenthal mentionne dans les notices d'utilisation le risque de neuropathies périphériques — qu'elle qualifie alors de réversibles — lors d'utilisation prolongée. Source / résultats

 

DISTILBENE (1948-1977) Au début des années 1970, constatant une recrudescence de certains types de cancers du vagin ou du col utérin chez des jeunes filles (âgées de 14 à 22 ans), des épidémiologistes ont tiré le signal d'alarme. Dès 1971, les Etats-Unis et le Canada recommandent l'arrêt des prescriptions. En France, le D.E.S. ne sera pas "contre-indiqué chez la femme enceinte" avant 1977. source

« 160 000 Français adultes seraient potentiellement concernés par d’autres pathologies liées au Distilbène® ». Ainsi, une femme exposée à cette hormone in utero a deux fois plus de risque de développer un cancer du sein. Pour le prouver, l’équipe en charge de l’étude a soumis un questionnaire aux mères ayant donné la vie entre 1950 et 1977. Toutes avaient reçu du Distilbène® au cours de leur grossesse. Ils sont ensuite remontés jusqu’aux filles de ces femmes afin d’évaluer l’incidence du cancer du sein. Résultat, 16 000 à 20 000 d’entre elles ont déclaré un cancer du sein.

Autre point révélé par l’étude Distilbène 3, la transmission de ces risques persiste de génération en génération. Ainsi la 3e génération serait-elle aussi concernée. Pour le prouver, les chercheurs ont consulté 4 663 petits-enfants nés d’une mère exposée in utero au Distilbène®. Résultat, 14% d’entre eux souffrent d’une atrésie (obstruction) de l’œsophage. Le nombre de petits-enfants Infirmes Moteurs Cérébraux (IMC) était aussi particulièrement important dans cette population. « Enfin les petits-enfants, surtout les garçons, seraient davantage sujets à des troubles psychologiques voire psychiatriques (dépression, troubles des conduites alimentaires, phobie, bipolarité). Source

 

STALINON (1954) Ce médicament à base d’étain destiné à lutter contre la furonculose est à l’origine d’une catastrophe sanitaire au milieu des années cinquante. Toute la chaîne de commercialisation du produit (délivré sans ordonnance) est prise en défaut : essais cliniques insuffisants, conditions de fabrication inadéquates, contrôle qualité inexistant, visa ministériel déficient, etc. Résultat : une centaine de décès et 117 intoxications avec de lourdes séquelles paralytiques. Quelques sources

 

VIOXX (USA) aurait induit près de 28 000 infarctus supplémentaires entre 1999 et 2003. Officiellement, le Vioxx n'a fait de mal à personne en France, où 500 000 personnes en ont régulièrement pris sur ces quatre années... source

Liste hélas non exhaustive...

 

Sans oublier, d'autres problèmes dus à des accidents industriels qu'on cherche à minimiser, à la course aux profits etc... qui sont toujours récurrents à l'heure actuelle :

 

INFECTIONS NOSOCOMIALES, Le ministère de la Santé estime que les infections nosocomiales sont responsables de 4 000 décès chaque année en France. Un patient sur 20 hospitalisé y a été confronté dans l’hexagone en 2017.

Ne serait-ce pas un peu lié à un personnel insuffisant, qui n'a plus le temps de faire son travail, où le temps est chronométré (Selon la prescription, le résident d'un EHPAD doit "engloutir" son petit déjeuner en 5 minutes, et sa toilette faite en 10 minutes.) source

Dans les hôpitaux, le ménage est souvent externalisé (fait par du personnel non hospitalier) ; dans certains services de réanimation, on vous fait laver les mains, enfiler une blouse, mais quid des sur-chaussures et bonnets? Vous devez subir une opération inclusive, désormais c'est la veille, chez vous que vous vous laverez avec un produit désinfectant. Est-on sûr que toutes les personnes le font correctement ? Bref, le temps est devenu de l'argent, il faut toujours aller plus vite avec moins de personnel.

 

TCHERNOBYL, La principale maladie contractée est le cancer de la thyroïde. Des cas de leucémie ont aussi été observés. D’autres pathologies non cancéreuses ont été plus souvent diagnostiquées dans les régions touchées comme des dommages aux systèmes immunitaires et endocriniens, des maladies respiratoires et gastro-intestinales, des maladies cardio-vasculaires, sanguines et neuropsychologiques, un vieillissement prématuré, des anomalies génétiques ou encore des malformations chez le fœtus et l’enfant. Mais, chez nous en France, le nuage étant sans papier, celui-ci n'a pu traverser le pays !

 

 

AMIANTE, 35.000 personnes sont mortes, en France, d'une maladie de l'amiante, entre 1965 et 1995, mais entre 50.000 et 100.000 décès sont encore attendus d'ici 2025. Alors que la Cour de cassation retient "qu’il n’a pas été constaté en France une augmentation significative des cancers de la thyroïde Persistance du risque tout au long de la vie après la fin de l'exposition et peu ou pas de traitement médical curatif "…

 

SANG CONTAMINÉ, le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) refuse d’importer des produits chauffés étrangers. Le directeur général de la Santé, autorité de tutelle du CNTS, publie une circulaire en juin 1983 dans laquelle il recommande aux centres de transfusion sanguine d’écarter tous les sujets à risque. Une recommandation qui, pendant deux ans, sera mal voire pas appliquée. Pour des considérations financières. Au printemps 1985, un bras de fer se joue au plus haut niveau. Les décisions des pouvoirs publics s’enlisent dans des considérations mercantiles. Trois tests de dépistage sont en compétition: deux d’entre eux sont américains, l’un est français et provient de la filiale industrielle de l’Institut Pasteur.

Le professeur François Gros, conseiller scientifique de Laurent Fabius, éminent biologiste mais certainement pas expert en transfusion sanguine, chapeaute les discussions avec les ministres concernés. Il s’agit principalement de Georgina Dufoix, ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale, et de Edmond Hervé, rattaché auprès d’elle comme secrétaire d’État chargé de la Santé. Tous décident, d’un commun accord, de confier le dossier au Laboratoire national de santé (LNS). Rattaché au ministère des Affaires sociales, cet organisme a alors pour rôle de vérifier la qualité des produits sanguins et, donc, de contrôler tout test de dépistage avant qu’il puisse être mis sur le marché. En attendant que le LNS se prononce, pas de généralisation du dépistage. Autrement dit, les plus hautes autorités compétentes ont bloqué un processus qui aurait pu ralentir la progression du sida, afin que le test d’origine française finisse par être retenu. Car, en plus d’être le conseiller scientifique du Premier ministre, François Gros est l’ancien directeur… de l’Institut Pasteur.

 

PESTICIDES, un rapport de l’Inserm publié en 2013, « des associations positives ont été constatées entre l’exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies, comme la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et des cancers hématopoïétiques (lymphome non hodgkinien, myélomes multiples). En outre, un facteur de risque existe pour le développement de l’enfant s’il est exposé lors des périodes prénatale, périnatale et lors de la petite enfance. » Un lien à 80 % de certitude source Dernière étude en date (juin 2021)  Les six pathologies sont trois types de cancer (prostate, lymphomes non hodgkiniens, myélomes multiples), la maladie de Parkinson, les troubles cognitifs et une maladie respiratoire évolutive, la BPCO, selon l'expertise réalisée par l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Par ailleurs, l'Inserm confirme que "la grossesse et la petite enfance sont d'une plus grande vulnérabilité face à la présence d'un événement ou agent toxique". Chez l'enfant, l'Inserm évoque une "présomption forte" de lien entre les "leucémies aiguës" et l'exposition aux pesticides de la mère pendant la grossesse. Mais également, "Présomption moyenne" pour le glyphosate et le lymphome non hodgkinien.

 

Sans oublier la dernière en date,

LA VACCINATION CONTRE LA GRIPPE H1N1  (2009) :

À l'époque, Roselyne Bachelot est ministre de la Santé, réalise la commande de plus de 50 millions de vaccins. Les infrastructures étaient prêtes pour accueillir les Français mais ils en ont décidé autrement. S'il était prévu que 75% de la population se fasse vacciner, seule 8% de la population aura finalement franchi le pas. Finalement, l'épidémie n'aura pas l'ampleur attendue et les Français resteront interdits devant les choix politiques du gouvernement de l'époque.  Une mauvaise communication ou bien un désordre politique peut aussi gâcher une campagne de vaccination.Source

 

 

La santé n'a pas de prix et une population en bonne santé, bien protégée revient in fine bien moins cher à l'ensemble de la population... Le "quoi qu'il en coûte" ne peut en aucun cas être "l'embastillement" de la population via des passeports à l'intérieur même du pays ; ne peut en aucun cas autoriser la "liberté" de circuler pour les uns et pas pour les autres ; ne peut en aucun cas faire avaler de force cette vaccination, telle une cuillère d'huile de foie de morue, enfournée de force dans la bouche des enfants au 19ème siècle ; le quoi qu'il en coûte n'a pas à entrer dans le cadre du rapport bénéfice-risque, tel un tableau Excel qui aligne des chiffres et non des vies humaines.

Assez de "quoiqu'il en coûte", de "bénéfice/risques" l'exécutif devrait essayer LA CONFIANCE dans l'intelligence collective et le peuple sera peut-être moins méfiant.... A moins qu'il ne soit déjà trop tard !

 

VMH

 

* Médias : Le peuple n'est pas idiot et a  du subir jour après jour les contradictions, les attaques envers d'éminents professeurs, chercheurs et autres, de la part de journalistes qui semblaient subitement avoir fait des études de médecine etc... Un peuple qui a compris que les annonces gouvernementales passaient par les médias et perdait donc peu à peu confiance. Lire l'excellent article de Laurent Mucchielli :

La crise sanitaire a révélé l’inquiétant déclin du journalisme 15 juil. 2021

Absence d’enquête de terrain, «people-isation», perte de neutralité au profit d’un genre de militantisme, enquêtes à charge, dépendance totale envers la communication des agences gouvernementales et des industries, le journalisme tel que défini il y a 50 ans dans la Déclaration de Munich est en train de disparaître sous nos yeux, éclipsé par un «fact-checking» général aussi superficiel que biaisé. ici

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 17:36
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ Députés LFI
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 13:44

Jour après jour, la pandémie étouffe tout autre sujet de discussion sur les plateaux de télévision et de radio. Ce que l’on appelait le « court-termisme », c’est-à-dire la gestion à courte vue, sans aucune perspective de long terme, est devenu la norme désormais dans la vie quotidienne de tout un chacun. On ne sait pas si on sera confinée demain, on ne sait pas qui sera vacciné ou pas. En fait on ne sait rien. Et il faut vivre dans l’incertitude absolue pour sa vie quotidienne.

 

Aucun d’entre nous insoumis, ne croit que cela soit possible. Il est exact qu’il s’agit là d’un dressage de masse à une obéissance aveugle. Le prix à payer en cas de refus d’obtempérer est soit des amendes de toutes sortes, soit la maladie ou avec elle la mort. Tel est l’ambiance à présent. À notre sens, une telle société n’est pas viable. Il faut donc s’attendre à ce que dans un plus ou moins long terme, la discipline craque d’une manière imprévue et dans des formes imprévisibles. Les premières émeutes contre des décisions de confinement que l’on a pu observer ici ou là dans le monde en attestent. Il est frappant d’observer comment aux Pays-Bas, les émeutes ont donné lieu aussi à des pillages de magasins d’alimentation. Quel révélateur de la profondeur de la crise sociale ! On voit réapparaître dans tous les pays des famines. Elles sont évidemment socialement situées.

 

Je me lasserais à reprendre ici tous les avertissements et les propositions dont nous avons, nous groupe parlementaire des insoumis, émaillé toute la période depuis le premier confinement. Je n’y reviens pas : cinq plans d’action, onze propositions de loi. Mais on continue à entendre de la part des lamentables députés LREM des « vous refusez tout, vous ne proposez rien ». Bien sûr cela signale avant toute chose à quel point ces gens sont incapables d’écouter quoi que ce soit d’autre qu’eux-mêmes.

 

Il est important de le dire et de le répéter : la France ne peut pas vivre de confinement en déconfinement et reconfinement. Pas seulement pour des raisons économiques, pas seulement pour des raisons d’organisation de la vie quotidienne. Elle ne le peut pas tout simplement parce qu’il est impossible de vivre en société de cette manière. Et les êtres humains ont besoin de vivre en société. L’incapacité du gouvernement à imaginer des alternatives au confinement exprime l’impasse sur laquelle débouche ses a priori idéologiques. Les néolibéraux croient que les êtres humains sont d’abord des producteurs ensuite des consommateurs, un point c’est tout. Ce que nous voyons c’est non seulement la limite d’une illusion idéologique mais c’est surtout le désastre qu’elle provoque.

 

Aucune des causes de la pandémie n’a été maîtrisée. Les élevages ultra intensifs par lesquels se propagent des zoonoses de masse sont toujours là. De même que les longues chaînes d’approvisionnement et d’interdépendance de l’alimentation et sa distribution. L’Organisation mondiale de la santé, et d’innombrables observateurs, ont dit et répété qu’il fallait s’attendre à une multiplication des pandémies. Il est donc essentiel de bien comprendre que nous devons apprendre à vivre avec. Et vivre, ce n’est pas mettre entre parenthèses la vie sociale et tout ce qui va avec. Souvenons-nous sur ce point que les pays d’Afrique vivent depuis des décennies au milieu des pandémies ou des maladies récurrentes. Ainsi le paludisme reste aujourd’hui la première maladie mortelle du monde. Vivre avec le risque de pandémie cela signifie : vivre autrement. Il va falloir orienter autrement les services de santé qui n’ont pas eu pour premier objectif la prévention et le traitement des pandémies comme d’autres systèmes sanitaires, notamment ceux d’Afrique.

Dans l’immédiat, plutôt que le confinement, nous croyons au roulement. C’est-à-dire utiliser par rotation les transports en commun, les salles de classe, les chaînes de production, les locaux dont on a l’usage quel qu’il soit. La logique de la rotation doit remplacer celle du confinement. Le confinement doit être réservé à ceux qui sont malades. Il faut donc se donner les moyens de les accueillir pour les isoler. Je crois que tout cela est « de la politique », au sens noble que l’on peut et que l’on doit donner à ce mot. Il est important d’accepter de parler politique. Le faire, c’est commencer à ne plus être un pion dans la situation mais l’auteur de sa propre vie. Nous, les insoumis, nous en avons davantage besoin que d’autres. D’abord sur le plan psychologique car nous ne savons pas vivre sans discuter et disputer. Ensuite sur le plan politique. Le dernier sondage paru sur les élections présidentielles nous en informe assez crûment. En regardant de près le résultat nous notons qu’il nous est appliqué un taux d’abstention supérieure à celui des autres électorats tels que les socialistes ou les écologistes. Le résultat nous donne alors deux à trois points de moins que nous aurions si nous avions le même taux d’abstention. C’est clair : l’électorat jeune et populaire n’a pas la tête aujourd’hui dans le débat politique ni dans les alternatives à trouver face à la situation qu’il subit. Occupé à survivre, les nôtres sont naturellement indifférents au reste. C’est bien ce que nous pensions quand nous avons décidé de commencer tôt notre campagne présidentielle. On connait nos milieux sociaux. Il nous faudra y travailler plus dur, plus profondément, plus longtemps, plus méthodiquement. De leur côté, les milieux des classes moyennes supérieures qui vivent au rythme des effets de mode disposent des moyens et du temps d’une réflexion plus tranquille.

 

Que cela n’empêche pas un moment de légèreté amusée à cet endroit de mes lignes. Avez-vous noté comment tous ceux qui m’avaient accablé de leur sarcasme à propos de mon démarrage «  trop tôt » (en campagne présidentielle) sont à leur tour entrés dans l’arène ? Leur calendrier a donc été avancé ? Certains effets de « candidature champignon » se sont donc aussitôt épuisés, notamment dans la gauche traditionnelle. Là, les désillusions sondagières succèdent désormais aux inflations médiatiques. Ce feuilleton anime le paysage et il ne faut pas s’en plaindre s’il permet d’attirer l’attention. Il est possible qu’il produise aussi l’effet inverse. On a vu comment la télé du gouvernement, France 2, a traité l’autre jour le thème de « présidentielle à gauche ». Taubira, Montebourg tenaient le haut de l’affiche de France 2. Puis on mentionna qu’il y avait déjà « d’autres candidatures » et tous les noms étaient mis bout à bout sans discerner les cas et en oubliant du monde. C’est naturellement la pire vision politicienne qui puisse être ! Son résultat est avant tout de démoraliser et de dégoûter. À la fin de ce « sujet », pas une seule fois avait été évoqué autre chose qu’une compétition de personnes. Il était impossible de savoir ce qui éventuellement pouvait distinguer les uns des autres quant aux idées proposées. Bien sûr c’est désolant. Mais c’est assez traditionnel. C’était déjà la même chose en 2016. C’est toujours pareil. Ces « analystes » n’ont aucune espèce d’idées. Ils croient que la compétition peut se réduire à des questions de personnes comme c’est le cas dans leur profession. Comme dirait ce bon Marx : « les idées dominantes sont celles de la classe dominantes ». Et naturellement, cela vaut pour toutes les castes également. Jean-Luc Mélenchon source L'ère du peuple

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 18:58

Course des labos

19 juillet 2021 : Ce Français en pointe dans la course pour le vaccin. À la tête de l'entreprise américaine

Moderna, le quadragénaire marseillais Stéphane Bancel veut être dans les premiers à trouver l'antidote au coronavirus. Stéphane Bancel a toujours aimé brûler les étapes. Mais, ces derniers mois, ce quadragénaire marseillais a mis le turbo. Moderna, l'entreprise de biotech qu'il dirige depuis sept ans sur la côte est américaine, a lancé mi-mars le premier essai clinique aux Etats-Unis d'un vaccin expérimental contre le covid-19 sur des humains.


 

27 décembre 2020 : Premières vaccinations en France


 

28 novembre 2020 : le pataquès du vaccin AstraZeneca. Le laboratoire anglo-suédois a reconnu des « erreurs » lors des tests. Une communication tronquée qui se retourne contre sa crédibilité.Ce devait être un grand jour pour la communication du laboratoire AstraZeneca, Après Pfizer/BioNTech et Moderna, le laboratoire, né de la fusion en 1999 du suédois Astra et de l'anglais Zeneca, était le troisième à annoncer des résultats positifs pour son vaccin contre le Covid-19, développé avec l'université d'Oxford. Patatras ! L'annonce triomphale a finalement viré à l'imbroglio scientifique.


 

AUTORISATION EN URGENCE

31 décembre 2020 : l'OMS donne sa première homologation d'urgence au vaccin Pfizer-BioNTech. Cette procédure permet aux pays qui ne peuvent pas déterminer rapidement l'efficacité et l'innocuité d'un médicament d'avoir plus rapidement accès à des thérapies. (Cette procédure, dont l'OMS peut faire usage en cas d'urgence sanitaire, permet aux pays qui ne disposent pas forcément des moyens de déterminer rapidement d'eux-mêmes l'efficacité et l'innocuité d'un médicament, d'avoir plus rapidement accès à des thérapies. )


 

10 janvier 2021 : les premières doses du vaccin Moderna arrivent lundi en France. Le ministère de la Santé annonce que plus de 50 000 doses du vaccin, le second autorisé en France après celui de BioNTech/Pfizer, sont attendues. Ces doses seront acheminées dans le Grand Est, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Paca afin d'être utilisées dans la semaine. (Il doit être administré en deux injections – comme le vaccin BioNTech/Pfizer –, espacées d'au moins 28 jours, mais présente moins de contraintes en termes logistiques, puisqu'il doit être stocké à - 20 degrés, au lieu de - 80.)


 

15 janvier 2021 : Pfizer aura un retard de 3 à 4 semaines pour livrer l'Union Européenne en vaccins.


 

16 janvier 2021 : L'Agence norvégienne du médicament a établi un lien entre treize décès et les effets secondaires du vaccin de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, rapporte le média norvégien Norway Today jeudi 14 janvier. Les personnes décédées avaient deux choses en commun : elles étaient âgées (au moins 80 ans) et fragiles. "Les rapports pourraient indiquer que les effets secondaires courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, ont pu entraîner la mort de certains patients fragiles", a relevé Sigurd Hortemo, le médecin en chef de l'Agence norvégienne du médicament. La Norvège, qui a commencé à vacciner sa population le 27 décembre dernier, a administré au moins une dose à environ 33 000 personnes, en se concentrant sur celles considérées comme les plus à risque si elles contractent le virus, y compris les personnes âgées.


 

18 janvier 2021 : La campagne de vaccination s'ouvre dès lundi 18 janvier aux personnes de plus 75 ans et aux personnes à haut risque en France.


 

19 janvier 2020 : Mort de cinq personnes après avoir reçu le vaccin Pfizer-BioNTech, trois sont localisées à Nancy. Selon le ministère de la Santé, 139 cas d'effets indésirables graves ou inattendus sont recensés en France. Cinq personnes sont décédées après avoir reçu le vaccin Pfizer-BioNTech. Trois décès sont enregistrés à Nancy. Olivier Véran, le ministre de la santé, a réagi.(France3)


 

20 janvier 2021 : cinq décès de personnes vaccinées en France, aucun lien établi. Il s’agit de « personnes âgées ou très âgées avec des comorbidités », ont rapporté les autorités de santé. 480 000 personnes ont déjà été vaccinées en France.

Vaccinations: 58 départements affichent déjà complet. 90 % des centres de vaccination en France ne proposent déjà plus de rendez-vous, souligne BFM TV. Dans les autres, il faut attendre jusqu’à 31 jours.


 

23 janvier 2021 : Pfizer considère désormais que chaque flacon contient six doses et non cinq, a annoncé son intention de réduire les livraisons.

Pour le ministère français de la Santé, « il faut se mettre en ordre de bataille pour réussir à extraire ces six doses », car « si on n'y arrive pas, on a une perte de vaccins par rapport à ce qu'on attendait »

Le ministère assure avoir lancé des demandes « d'approvisionnement pour avoir de nouveaux types de seringues », qui arriveront à partir de « la fin du week-end et la semaine prochaine »

 

1 million de personnes vaccinées en France

Sources reprises en majorité sur les archives de Point

A suivre : Les masques

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 18:52

MASQUES INUTILES

4 mars 2020 : Sibeth Ndiaye (porte-parle du gouvernement) « Il ne faut pas acheter de masques. Ces derniers sont uniquement pour les personnes atteintes du coronavirus et le personnel soignant. Nous avons donné des instructions aux pharmacies pour qu'elles ne distribuent des masques que sur prescription médicale. »


 

MASQUES ABSENTS

18 mars 2020 : des voix montent pour dénoncer la pénuries de masques pour les personnels soignants.
 

 

MASQUES SELON SINETH NDIAYE 

20 mars 2020 : « Vous savez quoi ? Moi, je ne sais pas utiliser un masque », avait avoué Sibeth Ndiaye sur RMC. Cette confidence de la porte-parole du gouvernement, sur fond de pénurie de masques, avait poussé certains à la railler durablement.

 

MASQUES RECOMMANDÉS (selon l'OMS)

21 mars 2020 : L'Organisation mondiale de la santé recommande de porter des masques de protection respiratoire en public. Des dizaines de milliers d'Européens unissent leurs forces via des réseaux sociaux pour fabriquer des masques alors que des millions sont confinés à leur domicile pour prévenir les infections au COVID-19.

 

MASQUES VOLÉS (?)

1er avril 2020 : Des masques commandés en Chine par la France sont rachetés par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois d'où doivent partir les avions de livraison, qui se dirigent ensuite vers les Etats-Unis au lieu de la France, a regretté mercredi le président de la région Grand Est, Jean Rottner.

 

MASQUES INTERDITS

17 avril 2020 : le Conseil d'État limite le pouvoir des maires. Non, un élu local ne peut pas imposer à ses administrés le port d'un masque. Dans une décision rendue vendredi 17 avril, le Conseil d'État a limité le pouvoir des maires dans la lutte contre le coronavirus. Les maires « ne peuvent, de leur propre initiative, prendre d'autres mesures destinées à lutter contre la catastrophe sanitaire » que celles décidées par l'État.


 

MASQUES OBLIGATOIRES

28 avril 2020 : Changement de consigne: la France priée de sortir masquée. Au début de l'épidémie de Covid-19, en France comme dans de nombreux pays occidentaux, les gouvernements répétaient que le port généralisé du masque, denrée alors très rare, était inutile, voire contre productif. Au fil des semaines, le discours a changé, renforcé par le fait qu'une part significative des personnes contaminées développent peu voire aucun symptôme.


 

MASQUES PAS CLAIRS ?

3 mai 2021 : "Nous n'avons pas été assez clairs" sur les masques, reconnaît Castaner


 

MASQUES

19 mai 2020 : La question des masques était déjà dans le débat public "début mars". "Au début du mois mars et encore plus en février ou en janvier, personne ne parlait des masques", a déclaré Emmanuel Macron à BFMTV. C'est faux: des syndicats de médecins et de personnels médicaux se sont publiquement inquiété des quantités disponibles et de leur approvisionnement.


 

MASQUES À L'ÉTUDE (?)

12 juillet 2020 : Le port du masque dans les lieux clos est « à l'étude », selon Jean Castex En déplacement en Guyane, le Premier ministre a insisté sur l'importance des gestes barrières et du masque pour freiner l'épidémie de coronavirus.


 

MASQUES OBLIGATOIRES

19 juillet 2020 : Port du masque obligatoire dans les lieux accueillant du public.  Jugés « inutiles » pour le grand public au début de l'épidémie, quand on en manquait, les masques deviennent à partir de cette semaine obligatoires pour tous les Français dans les lieux fermés recevant du public, comme les commerces.


 

MASQUES OBLIGATOIRES

9 août 2020 : Le port du masque est désormais obligatoire dès lundi 10 août dans certaines zones très fréquentées à Paris ainsi qu'en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et le Val-d'Oise.


 

MASQUES OBLIGATOIRES

30 août 2020 : Les espaces de travail se mettent également à l'heure de l'épidémie et le port du masque y devient obligatoire dès mardi, y compris dans les open spaces. Seuls les bureaux individuels feront exception.


 

MASQUES FABRICATION MAISON, A LA POUBELLE !

Coup de torchon sur certains masques en tissu? A la poubelle, le masque à fleurs cousu par mamie ? Face aux nouveaux variants plus contagieux du coronavirus, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) semble déconseiller certains masques en tissu pas assez filtrants...
 

Sources reprises en majorité sur les archives de Point

A suivre : Les restrictions

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 18:49

 12 mars 2020 : Poursuivant sur les nouvelles mesures: « dès lundi, les crèches, écoles, collèges, lycées,

universités seront fermés ». Et ce, jusqu'à nouvel ordre. « Les plus jeunes sont ceux qui propagent le virus, même s'ils n'ont pas les symptômes, a commenté le nouveau docteur de la République. Ça ralentira la dissémination. »

 

14 mars 2020 : Edouard Philippe annonce samedi soir la fermeture dès minuit et "jusqu'à nouvel ordre" de tous les "lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays" Restaurants, bars, discothèques, cinémas sont appelés à fermer leurs portes. Les commerces sont aussi touchés, à l'exception des magasins et marchés alimentaires, pharmacies, banques, bureaux de tabac ou encore stations-essence.

 

20 mars 2020 : Un confinement d'au moins « quatorze jours » a été décrété, et ce, « jusqu'à nouvel ordre », selon les mots d'Emmanuel Macron.

 

24 mars 2020 : limitation des sorties à un kilomètre de son domicile, pendant une heure maximum, et la fermeture, sauf dérogation, des marchés alimentaires à ciel ouvert.

 

21 avril 2020 : Les lieux de culte ne rouvriront pas en mai


 

6 septembre 2020 : la Corse passe en zone rouge avec 5 autres départements français. Plus de service d'alcool ni d'activité bar à partir de 00H00. Corrélativement, il n'y aura pas de vente d'alcool à emporter ni de transport et consommation d'alcool sur la voie publique à partir de 23H00", a souligné le préfet de Corse.

 

ZONES ROUGES

L'ajout de sept nouveaux départements porte à 28 le nombre de départements français où des mesures renforcées contre le virus peuvent être adoptées.
 

4 octobre 2020 : Après le passage de Paris et sa petite couronne en zone d'alerte maximale, de nouvelles mesures vont être annoncées lundi. Ces « mesures contraignantes », qui dureront 15 jours, seront détaillées lors d'une conférence de presse à 11 h 30 par la maire de Paris, Anne Hidalgo, et entreront en vigueur mardi, a précisé Matignon. Elles pourraient notamment entraîner la fermeture des cafés.

Rideaux tirés et terrasses vides : coup de blues à Marseille.


11 octobre 2020 : Toulouse et Montpellier passent en zone d'alerte maximale dès mardi. Huit grandes agglomérations françaises au total sont placées en zone d'alerte maximale en raison de la dégradation de la situation épidémique dans l'Hexagone.ison de la recrudescence du Covid-19 crée une atmosphère étrange, entre grogne et morosité.


30 octobre 2020 : après un premier confinement du 17 mars au 11 mai 2020, et suite à la deuxième vague due à la COVID-19, la France entame son second confinement qui durera jusqu'au 15 décembre.


1er novembre 2020 : Castex annonce la fermeture des rayons non essentiels dans les grandes surfaces. Cette interdiction de vente sera appliquée à partir de mardi, mais il y aura une « tolérance jusqu'à mercredi », a ajouté le ministère de l'Économie. Au nom de « l'équité » et de la sécurité sanitaire, le gouvernement a décidé de fermer les rayons non essentiels dans les grandes surfaces plutôt que d'autoriser les petits commerces à rouvrir


20 décembre 2020 : Le gouvernement français a par ailleurs annoncé la suspension à partir de dimanche minuit et pour 48 heures de tous les déplacements de personnes en provenance du Royaume-Uni, «  y compris liés aux transports de marchandises, par voie routière, aérienne, maritime ou ferroviaire  ». La décision française intervient dans la foulée de mesures similaires prises par la Belgique, les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne ou l'Irlande, alors qu'une variante du virus Sars-CoV-2 a été détectée outre-Manche.


 

Nuit du 31 décembre au 1er janvier : couvre-feu à 20h00. Lors de la nuit du Nouvel An, marquée par quelques incidents et fêtes clandestines, les forces de l'ordre ont interpellé 662 personnes et dressé 6.650 verbalisations pour non-respect du couvre-feu, a indiqué vendredi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.


 

2 janvier 2021 : Dès ce samedi 2 janvier, le couvre-feu est avancé à 18 heures dans quinze départements dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Les départements concernés sont les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, les Ardennes, le Doubs, le Jura, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Haute-Saône, les Vosges, le Territoire de Belfort, la Moselle, la Nièvre et la Saône-et-Loire.


 

3 janvier 2021 : Doubs, 48 Français placés en isolement à leur retour de Suisse. Ces vacanciers ne pouvant pas présenter un justificatif de test négatif au Covid-19, ils doivent s'isoler durant sept jours, le plus souvent au domicile.


 

COUVRE-FEU

15 janvier 2021 : France couvre-feu généralisé à 18h dès samedi pour 15 jours au moins et contrôles aux frontières renforcés. l'application du couvre-feu à 18h, déjà en vigueur dans 25 départements, va être étendu à l'ensemble du territoire métropolitain à "partir de ce samedi et pour au moins 15 jours" dans une "logique de freinage préventive". Les écoles resteront donc ouvertes. Mais les activités physiques et sportives scolaires et périscolaires en intérieur sont suspendues jusqu'à nouvel ordre et le protocole sanitaire dans les cantines sera encore renforcé.

 

21 janvier 2020 : les remontées mécaniques ne rouvriront pas le 1er février.

Les bars et restaurants devront attendre Pâques (ou la Trinité ? )

Sources reprises en majorité sur les archives de Point

A suivre : foyers de contaminations

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 18:45

(cluster étant un mot anglais, ici, nous utilisons plutôt la langue française)
 

26 février 2020 : La Balme-de-Sillingy, ce village de 5 000 habitants de Haute-Savoie est officiellement

devenu l’un des premiers clusters de l’épidémie de coronavirus en France. Ce jour-là, l’agence régionale de santé (ARS) d’Auvergne-Rhône-Alpes annonçait l’hospitalisation d’un couple de Balméens, testés positifs au Covid-19, au centre hospitalier Annecy-Genevois. Lui était le «patient 14», elle le numéro 18.

 

→ Rappel : « Et en même temps » La venue de 3.000 supporters italiens à Lyon pour un match de foot fait polémique. Alors que l’Italie est le pays d’Europe le plus touché par le Coronavirus et qu'un premier Français est mort dans la nuit dans l'Hexagone de cette épidémie venue de Chine, aucune mesure n'a été prise pour ce match. « A l'ARS, ils affirment qu’il n’y a aucun lien, je l’entends, mais ils ne donnent pas pour autant l’explication de la forte croissance du nombre de cas à partir du 12 mars », réagit le docteur Garrigou-Grandchamp. dans une tribune publiée sur le site de la Fédération des Médecins de France. 

 

FOYERS

SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

10 avril 2020 : 50 cas positifs au Covid-19 sur le porte-avions français.

15 avril 2020 : Au moins un tiers des marins du Charles de Gaulle positifs au coronavirus. "En date du 14 avril au soir, 1.767 marins du groupe aéronaval ont été testés. La grande majorité de ces tests concerne à ce stade des marins du porte-avions. 668 se sont révélés positifs" (Ministère des Armées)

 

DANS LE SPORT

5 mai 2020 : des athlètes français auraient été contaminés à Wuhan dès octobre..La sportive Élodie Clouvel pense avoir contracté le Covid-19 lors des Jeux mondiaux militaires, à l'instar d'autres sportifs, comme le relate « Le Parisien ».

 

SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Le « Charles de Gaulle » contaminé avant son escale à Brest. L'enquête épidémiologique a montré que le virus a été introduit pour la première fois à bord lorsque le Charles était en Méditerranée, après son escale à Limassol (Chypre) du 21 au 26 février. Le virus serait ainsi monté à bord à l'occasion d'une des nombreuses rotations aériennes permettant d'amener à bord du personnel et du fret, fin février ou début mars, « depuis Chypre, la Sicile, les Baléares, l'Espagne continentale et le Portugal ». « L'escale à Brest du 13 au 16 mars n'est pas la cause de la première introduction du virus à bord », mais « a été l'occasion de sa réintroduction » et « un facteur d'accélération de sa propagation », a expliqué Florence Parly.

 

SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

17 mai 2020 : Plus de 100 cas dans deux « clusters » au sein d'abattoirs. Les abattoirs sont situés près d'Orléans et de Saint-Brieuc. Des campagnes de dépistage ont été organisées après la découverte de premiers cas positifs.

 

VACANCES DE NEIGE (?)

Les gouvernements ont « sous-estimé », au début de la crise, la vitesse de propagation du virus, à laquelle ont contribué les vacances de neige dans les Alpes début mars, selon elle.

 

SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

17 juin 2020 : un foyer de contamination découvert dans un abattoir en Mayenne

 

SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

2 juillet 2020 : un abattoir fermé à Laval en Mayenne après plusieurs cas positifs

 

DANS LE SPORT

12 juillet 2020 : Foot : un gardien part en plein match pour se mettre en quarantaine. André Moreira avait partagé la semaine précédente sa chambre avec un autre gardien testé positif au coronavirus, raconte « Le Parisien ». Un peu partout en Europe, le football a recommencé après trois mois de sommeil. Si le retour sur le rectangle vert s'est passé sans encombre pour la plupart des grands championnats, des joueurs ont néanmoins été testés positifs et des ajustements ont dû être faits pour garantir la santé des joueurs

 

SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

21 août 2020 : Les « clusters » en entreprises bondissent : voici les secteurs les plus touchés. Avec 29% des cas signalés, l’administration publique est la plus représentée parmi les clusters en milieu professionnel. Parmi eux, “39% concernaient les activités d’ordre public et de sécurité, 22% les administrations publiques générales, 16% les services du feu et de secours, et 14% la défense”, précise le rapport. L’industrie manufacturière (16%) et l’hébergement-restauration (9%) sont ensuite les principaux foyers de contamination. Enfin, le commerce, la réparation d’automobiles et de motocycles sont les dernières catégories répertoriées avec 8% des cas. (santé publique France)

 

DANS LES ÉCOLES

20 septembre 2020 : Selon les derniers chiffres officiels, 89 établissements scolaires – publics et privés sous contrat – sont actuellement fermés en France en raison de cas de contamination par le coronavirus (sur un total de 61 500), dont 76 écoles.

 

DANS LES ÉCOLES

24 septembre 2020 : Sur la soixantaine de clusters en cours d’investigation dans la région, la moitié concerne le milieu scolaire.

 

DANS LES ÉCOLES

Les Écoles désormais principaux foyers de contamination. Les établissements scolaires et universitaires représentent 16% du nombre total de clusters, mais arrivent en première position des clusters en cours d’investigation (285, soit 32%), devant les entreprises (22%). Pour les écoles, 19 structures et 1.152 classes sont actuellement fermées, selon les chiffres du ministère de l’Éducation nationale.

 

SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Parmi les entreprises : quatre abattoirs dont l’un est situé en Sarthe.

 

Les entreprises privées et publiques (hors établissements de santé) restent les principaux foyers de transmissions du coronavirus.

→ Du 9 mai au 21 septembre, 635 clusters ont été détectés dans les entreprises, soit 26% du nombre total de clusters. Dans les entreprises, les principaux secteurs touchés par ces clusters sont l’administration publique (150 clusters), la restauration (50) et le commerce de détail hors automobile (45).

 

FAMILIAUX

Rassemblement, familles : des clusters moins fréquents. Les rassemblements temporaires, événements publics ou privés, représentent 12% du nombre total de clusters. Ils arrivent donc en 3ème position du classement de Santé Publique France, avec 290 clusters au total, et 77 foyers en cours d’investigation. En ce qui concerne les milieux familiaux élargis (qui concernent donc plusieurs domiciles familiaux), ils représentent 8% du nombre total de clusters. Moins fréquents, ces clusters ont cependant une criticité élevée de 25%, soit un taux supérieur à celui des entreprises ou des écoles.

 

EHPAD (LIEUX DE TRAVAIL)

Au total, 381 clusters ont déjà été recensés


SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

8 octobre 2020 : Où sont les plus gros clusters en France ? Contrairement à ce que l'on pourrait penser compte tenu des nouvelles restrictions mises en place pour endiguer l'épidémie, les principaux clusters ne sont ni les bars, ni les restaurants, ni même les salles de sport. Selon les chiffres officiels, révélés par le Parisien, 24,9 % des cas testés positifs se trouvent dans les entreprises. (Femmes actuelles)

 

16 janvier 2021 :

nouveau cluster dans un abattoir de l'Aveyron. Sept cas ont été recensés, dont plusieurs asymptomatiques, selon France 3. Parmi eux : six agents administratifs et commerciaux et un agent de quai, mais pas de salarié travaillant au nettoyage du site ou à la découpe de la viande.


22 janvier 2021 : 142 personnels contaminés à l'hôpital de Dieppe

Sources reprises en majorité sur les archives de Point

A suivre : Personnels hospitaliers

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 18:41

 23 janvier 2020 : HÔPITAUX, ON EST PARÉ !

Interrogé sur le nombre de places disponibles, M. Rousseau assure qu’avec sept lits à Bichat, sept lits à la

Pitié et « des dizaines de places qui pourraient être mobilisées » dans les hôpitaux franciliens, la région est « en capacité d’absorber plus » de cas.


 

ALERTE DES PERSONNELS SOIGNANTS

3 février 2020 : Hôpital, après leur menace de démission, les médecins chefs passent à l'acte. Dans la foulée, manifestation pour dénoncer "la diminution du financement global de la santé et des missions qui n'arrêtent pas d'augmenter, sans qu'il n'y ait des ressources en regard"

 

14 février 2020 : nouvelle mobilisation des hospitaliers. Malgré le plan d’urgence annoncé par la ministre de la santé en novembre 2019, les soignants manifesteront pour la troisième fois en quatre mois.

 

16 mars 2020 : Cri d'alarme de deux médecins urgentistes du Haut-Rhin, lancé à leurs collègues des autres départements, moins touchés, pour l'instant, par l'épidémie. « Nous sommes submergés aux urgences par un flux incessant de patients avec des critères AEG [altération de l'état général], hypoxémie [manque d'oxygène] important, pneumopathies bilatérales… Le taux d'hospitalisation après passage aux urgences est de 40 %. L'ouverture de lits Covid-19 ne suffit plus et [notre] établissement est quasiment au bout des moyens qu'il peut déployer. Les lits de réanimation sont saturés et il est impossible de trouver des respirateurs pour ouvrir de nouveaux postes de réanimation » Avant de mettre en garde : «Depuis hier [samedi], la mortalité dans les secteurs de gériatrie est majeure et les cas symptomatiques dans les Ehpad sont très nombreux, occasionnant des difficultés sur les choix à faire en régulation. Samedi, [s'est réuni] un collège de spécialiste [réanimateurs, infectiologue, médecine interne, pneumologues, gériatres, urgentistes] afin de fixer des indications aux différentes filières et, plus clairement, les critères [notamment d'âge] de limitation d'accès à la réa.»

 

24 mars 2020  : HÔPITAL PLAN MASSIF PROMESSE DE MACRON

 

26 mars 2020 : Macron mobilise l'armée et promet un « plan massif » pour l'hôpital. « Les yeux sont cernés, la fatigue est présente, l'angoisse est là pour eux-mêmes, pour leurs collègues pour leur famille, je l'ai vu aujourd'hui avec beaucoup de force. La nation tout entière est derrière, reconnaissante », a souligné Emmanuel Macron, en saluant le « courage exceptionnel » du personnel soignant. Le chef de l'État a également annoncé la mise en place d'un « plan massif d'investissement et de revalorisation de l'ensemble des carrières » à l'hôpital, promettant d'être « au rendez-vous de ce que nous devons ». « Cette réponse sera profonde et dans la durée », a-t-il encore assuré.

 

2 avril 2020 : la députée insoumise Caroline Fiat a repris son travail d'aide-soignant. Je n’en pouvais plus de voir les soignants submergés, à bout, alors que je tournais chez moi comme un lion en cage. J’ai choisi un travail de nuit pour pouvoir assurer mes obligations de parlementaire l’après-midi”, déclare-t-elle, citée par l'Est Républicain.

 

11 mai 2020 : (1er jour de déconfinement) A Toulouse, les personnels soignants "déconfinent" leur colère. "L'hôpital doit pouvoir faire face au risque épidémique. Sans le confinement, on n'aurait pas pu tenir", poursuit Julien Terrier, manipulateur radio et délégué CGT. Manque de personnel. L'une d'elle, Diani Bourgade dénonce une crise "qui ne date pas d'hier", avant de rapidement quitter les lieux pour reprendre son service: "Depuis trois ans on fait des grèves pour alerter sur le manque de personnel".(...) Les "dernières de corvée" sont à l'honneur d'une pancarte portée par une femme masquée: "Femmes en première ligne, aides soignantes 91 %, enseignantes 83 %, caissières 90 %, aides à domiciles 97 %". (…) "Les masques ont manqué dès la première semaine, on gardait le même pendant 8 heures. Et comme on n'avait pas de sur-blouse on avait peur de tout contaminer", tempête la jeune femme. "C'est la solidarité entre collègues qui nous a fait tenir".

 

11 octobre 2020 : Une majorité de soignants s'estime en burn out. Selon une enquête menée par l'Ordre national des infirmiers auprès des 59 368 infirmiers, 57 % des répondants sont « en situation d'épuisement professionnel ». Près d'un infirmier sur cinq « n'a pas pu prendre de congés depuis mars dernier » (29 % parmi les libéraux). Par ailleurs, 30 % d'entre eux « exercent des tâches qui sortent de leur champ de compétences réglementaire pour faire face au surcroît d'activité général lié au Covid ». En outre, 3,5 % des infirmiers déclarent avoir été invités à venir travailler alors qu'ils avaient été testés positifs au Covid-19 (4,5 % en établissement)

 

25 octobre 2020 : 67 % des lits de réanimation sont occupés en Île-de-France. Le directeur de l'ARS Île-de-France, Aurélien Rousseau, s'est inquiété sur BFM TV de la situation qui « se tend et s'accélère » dans les hôpitaux franciliens.

 

FERMETURE DE L'HÔTEL DIEU À PARIS

5 novembre 2020 : Fermeture des urgences de l'Hôtel Dieu, plus vieil hôpital de Paris. Le docteur Gérald Kierzek fulmine. «Il n’y a eu aucune concertation, ni avec l’équipe médicale ni paramédicale, c’est une décision administrative et unilatérale de Cochin dans ce qu’on appelle un jeu à somme nulle, puisque c’est pour récupérer les moyens de l’un pour les attribuer à l’autre», affirme le médecin urgentiste.

Sources reprises en majorité sur les archives du Point

A suivre : Coups de com'

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 18:35

COUP DE COM'

22 février 2020 : Le président de la République a inauguré samedi  le salon international de l'agriculture de Paris. (Et comme il semblerait qu'il soit en compétition perpétuelle, Emmanuel Macron y est resté  12 h 45.)

 

6 mars 2020 : Mais en même temps... Pour convaincre les Français de sortir malgré le coronavirus, pour les rassurer aussi, Brigitte et Emmanuel Macron ont décidé de montrer l'exemple en improvisant une petite sortie au théâtre. Ils sont allés voir la pièce de François Berléand et François-Xavier Demaison : « Par le bout du nez » qui raconte l'histoire d'un psychiatre et d'un président de la République victime d’affreuses démangeaisons du nez juste avant son discours d’installation (ça ne s'invente pas)

­Emmanuel Macron en visite dans un EHPAD parisien

12 mars 2020 : Le président de la République a revêtu une blouse blanche face aux Français, consacrant l'essentiel des 25 minutes de son allocution à des annonces sanitaires « proportionnées » et « expliquées ». « Nous ne sommes qu'au début de cette épidémie. La priorité pour notre nation sera la santé. Je ne transigerai sur rien. [...] Des biens et des services doivent être placés en dehors des règles du marché. » 

 

5 mai 2020 : En visite dans une école, Emmanuel Macron explique les gestes barrières à des enfants

8 avril 2020 : Après avoir visité mardi une maison de santé de Pantin, dans laquelle il avait ôté le masque qu'il portait en entrant, Emmanuel Macron a longuement salué d'en bas de l'immeuble des gens sortis aux balcons, selon la journaliste de l'AFP sur place. Alors que sa voiture l'attendait, prête à partir pour La Courneuve, le président est alors parti à pied dans une rue perpendiculaire où passaient de nombreuses personnes malgré le confinement. Trente à quarante personnes se sont alors massées autour du chef de l'État.

­Sources reprises en majorité sur les archives du Point

A suivre : les chiffres de la contamination

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ

 compteur

Campagne 2017

Photos Campagnes

2011
2012
2013
2014
2013
2016-2017
Caranave Insoumis du Haut Vaucluse 1

 

Caravane Insoumis du Haut Vaucluse 2