Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de republicainedoncdegauche.over-blog.com
  • : Républicaine donc de Gauche, parce que "capitalisme, libéralisme,mondialisation économique" sont antagonistes avec notre devise "liberté, égalité,fraternité" ;la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen ; le préambule de la constitution de 1946 ; la déclaration de Philadelphie et le Conseil National de la Résistance.
  • Contact

Qui a tué nos villages ?

Recherche

3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 18:21

PARIS

Inscrits

1 321 156

Abstentions

816 003

Votants

505 153

Blancs

6 053

Nuls

3 682

Exprimés

495 418

 

CANTAL

Inscrits

115 088

Abstentions

68 671

Votants

46 417

Blancs

1 084

Nuls

502

Exprimés

44 831

 

   

 

Cette France, éloignée des grandes métropoles, c’est « la France périphérique », une France qui accueille désormais la majorité des catégories modestes (jeunes, actifs ou retraités), une France qui subit fortement les effets de l’adaptation de l’économie française aux normes de l’économie-monde. La mise en lumière de cette « France périphérique », qui représente 60 % de la population, permet de sortir du piège d’une typologie qui divise artificiellement la population entre « ruraux » et « urbains » en rendant invisible la fragilisation des territoires.

 

Ce constat est d’autant plus important, que la France périphérique (et notamment les territoires
ruraux les plus éloignés) doit faire face à des restrictions budgétaires et un recul de la présence publique. Un mouvement d’autant difficile à gérer que ces territoires enregistrent en moyenne une augmentation de leur population et singulièrement des populations modestes ou précaires.

 

Présenté comme une collectivité inadaptée aux enjeux de la mondialisation, le Département apparaît
au contraire de plus en plus comme une collectivité indispensable face aux effets d’un modèle mondialisé qui ne fait pas société.

 

Face à l’accentuation des fractures françaises, désormais sociales, territoriales et identitaires, le Département apparaît comme le dernier rempart à un processus de désaffiliation politique et culturel d’une part croissante de la population qui fragilise la Nation.
 

Élément essentiel de gestion de la proximité, mais aussi de la cohésion nationale, le Département voit
ses marges de manœuvre se réduire au rythme de l’explosion de ses dépenses sociales et de la baisse des dotations de l’État. Le paradoxe est que ce processus se réalise à un moment où cette collectivité n’a jamais été aussi pertinente et utile.

 

L’atlas de l’Assemblé des Départements de France vise à sortir du piège d’une représentation unique du territoire qui légitime la disparition du Département.
L’utilisation depuis plusieurs décennies de la seule carte des aires urbaines pour représenter le territoire à imposé le modèle métropolitain en rendant invisible ou marginaux les autres territoires.
Le découpage d’une France à 80% (voir 95%) « urbaine » marginalise ainsi de fait les 5 à 20% de territoires dits « ruraux ».
Cette représentation légitime de manière intuitive l’organisation territoriale autour de 15 métropoles, le regroupement de régions.

 

Les communes, certes maintenues, ne sont plus guère en mesure de mettre en œuvre une politique autonome hors du cadre intercommunal qui absorbe progressivement les compétences, les moyens financiers et humains. Au titre des évolutions récentes les plus marquantes, on peut noter la très symbolique compétence d’attribution des logements sociaux désormais pilotée par l’intercommunalité.

 

Les Départements sont sans doute le meilleur exemple de cette spécificité puisque l’essentiel de
leurs dépenses est constitué par des aides aux publics précaires dont ils ne maîtrisent ni les montants ni les conditions d’éligibilité, et que très partiellement les contreparties. Les marges de manœuvre sont donc des plus réduites, le risque de non-maîtrise de la dynamique des dépenses évidente.

 

Avec la Loi NOTRe, pas de réformes des périmètres départementaux mais des compétences rognées.

Les enjeux majeurs se posent pour les Départements.
Sociaux d’abord puisque les Départements sont en première ligne de l’action sociale de la petite enfance au 4e âge, de la précarité au handicap. Ni les intercommunalités trop disparates en taille et en moyens ni les régions trop grandes ne peuvent aujourd’hui concilier besoin de proximité et nécessaire équité de traitement des publics ciblés.

À l’heure où la vitalité économique et démographique des territoires est grandement dépendante des transports et des réseaux, là encore les compétences départementales sont au cœur des enjeux pour les territoires non métropolitains. Ces évolutions pourront-elles faire l’économie
d’une réflexion sur les périmètres ? Rien n’est moins certain.

 

« Une France périphérique majoritaire »

La France des métropoles ne concentre « que » 40% de la population tandis que celle des petites villes, des villes moyennes et des zones rurales est majoritaire avec 60% de la population totale

 

Des Départements métropolitains que l’on quitte beaucoup
S’il n’est pas contestable que les métropoles attirent des populations jeunes, qualifiées et actives, ces territoires sont aussi ceux que l’on quitte beaucoup. En septembre 2016 (enquête cadre-emploi.fr), près de 80% des cadres parisiens ont le désir de quitter la capitale. Ce sondage illustre les impasses du modèle métropolitain qui atteint ses limites avec notamment un coût exorbitant de l’immobilier, des difficultés de circulation, une dégradation de l’environnement, des problèmes de sécurité et, une accentuation des inégalités sociales et culturelles et de la ségrégation.

source assemblée des départements de France

 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans COLLECTIVITÉS TERRITORIALES
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 09:24
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans IMMIGRATION
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 17:09

Absence d’enquête de terrain, «people-isation», perte de neutralité au profit d’un genre de militantisme,

enquêtes à charge, dépendance totale envers la communication des agences gouvernementales et des industries, le journalisme tel que défini il y a 50 ans dans la Déclaration de Munich est en train de disparaître sous nos yeux, éclipsé par un «fact-checking» général aussi superficiel que biaisé.

Communication partout, journalisme nulle part ? Telle pourrait être une des formules – volontairement un peu provocatrice – aidant à problématiser l’évolution du journalisme contemporain dans un pays comme la France. Le problème était déjà résumé en 2014 par Christine Leteinturier (Université Paris 2) : « Le champ du journalisme est, en France, l’espace où l’affrontement entre information et communication est sans doute le plus fort. (…) L’émergence d’un ‘journalisme de communication’ au tournant des années 1990, consolidé par l’expansion rapide du Web, fragilise cette position d’indépendance des journalistes dans un univers médiatique désormais très largement dominé par des enjeux commerciaux ». Ce disant, il ne s’agit pas de critiquer quiconque en particulier, ni de mettre tout le monde dans le même panier (il y a environ 35 000 journalistes en France, dont un quart de pigistes et CDD très courts, comme le rappelait récemment le sociologue Erik Neveu), mais de réfléchir à une évolution générale. Le constat est en effet incontournable : depuis le début de la crise sanitaire, le traitement de l’information par la grande majorité des médias français ne respecte pas la plupart des principes déontologiques de la profession. Loin de jouer un quelconque rôle de contre-pouvoir, ils constituent au contraire les relais globalement très dociles, parfois même complaisants, de la communication gouvernementale. Il n’en a pas toujours été ainsi.

 

Il y a 50 ans, la Déclaration de Munich                       

C’est à Munich, en 1971, que les syndicats de journalistes des six pays constituant alors le marché commun européen (Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg et Pays-Bas) adoptèrent la « Déclaration des devoirs et des droits des journalistes » à l’initiative d’un journaliste français, Paul Parisot (1917-2007). Ce dernier était un homme de gauche et grand résistant, journaliste à Franc-Tireur puis à France Soir et au Matin, élu président du Syndicat des Journalistes Français en 1964, devenu l’un des principaux artisans de la création de l’Union Nationale des Syndicats de Journalistes en 1966 et enfin de la Déclaration de Munich cinq ans plus tard. Relire ce texte fondateur 50 ans plus tard s’avère une lecture nécessaire quoique peu réjouissante tant ce temps paraît lointain.

 

Dans son préambule, la Déclaration de Munich commence par affirmer que « le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain », que ce « droit du public de connaître les faits et les opinions » détermine « l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes » et que tout ceci « prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics ». Comme l’ont montré les historiens du journalisme tels Jean-Marie Charon (La presse en France de 1945 à nos jours, Seuil, 1991) ou Fabrice d’Almeida et Christian Delporte, Histoire des médias en France de la Grande Guerre à nos jours, Flammarion, 2003), au sortir de la guerre et de la Collaboration, Parisot et nombre de ses collègues sont particulièrement sensibles à l’emprise d’une part de la propagande des gouvernements, d’autre part de l’emprise des « puissances d’argent ». On sait que Parisot lui-même mena notamment un combat contre l’emprise croissante de l’homme politique et patron de presse Robert Hersant (1920-1996), dont le passé collaborationniste était alors dans toutes les mémoires, et dont les entreprises de presse sont aujourd’hui largement détenues par le groupe Dassault. Par Laurent Mucchielli 15 juillet 2021

La suite ici

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 08:55

Accusés d'être anti vaccins, nombreux sont ceux qui aujourd’hui hésitent à passer le cap, alors que leur liberté de circuler, voire de travailler en dépend.

Pourquoi cette réticence dans la patrie de Pasteur, quand nous avons tous reçus au moins un vaccin depuis la petite enfance, quand on sait que la variole, la poliomyélite, la tuberculose... ont été vaincu ou ont reculé sur notre territoire, grâce à des vaccins ?

L'exécutif s’est-il posé la question ? On suppose que oui. Alors, où est le problème ?

 

 

Je ne détiens aucune vérité sur ce point, je livre juste un questionnement et une réflexion: cette pandémie s'est disséminée sur le monde avec rapidité, il a donc fallu agir vite pour trouver un médicament ou un vaccin. "Rapidement" le mot est lâché !! Mais doit-on confondre vitesse et précipitation ?

 

 

Il y a eu le professeur Raoult de Marseille et l'hydroxychloroquine. Et les gens ont fait la queue devant son centre, sans obligation gouvernementale, pourtant !

On peut supposer que ce traitement a fonctionné, puisque du jour au lendemain nous n'en n'avons plus parlé et qu'à ce jour, aucun retour dans les médias* - pas plus que de l'exécutif d'ailleurs - sur ce que sont devenus les patients ainsi traités.

 

 

Parallèlement, la course des laboratoires sur un vaccin a été lancée partout sur la planète.

En temps normal, les essais sont longs, faits sur un panel de personnes et avec suffisamment de recul afin de voir s'il n'y a pas d'effets secondaires à long terme. Puis il faut attendre les avis du monde scientifique, afin d'éviter les erreurs qui feraient que le "bénéfice" serait pire que le mal...

J'ai donc cherché quelles ont été ces erreurs qui ont pu survenir au fil du temps depuis environ les années cinquante. J'ai alors compris qu'il ne s'agit pas tant d'anti vaccins, mais d'une mémoire collective d'où ressort un réflexe. Le réflexe Pavlovien, qui est une réaction involontaire, non innée, provoquée par un stimulus extérieur. Et que l'on peut également retrouver dans l'effet placebo d'un faux médicament.

 

 

Or des erreurs il y en a eu, et pas forcément pour une urgence vitale. Parallèlement, les exécutifs du pays, n'ont pas toujours eu les réactions appropriées. Par lenteur, par interférence avec une élection proche, par peur, par mercantilisme ?

 

 

En voici quelques exemples :

 

MÉDIATOR, (laboratoires Servier de 1976 à 2009 ) accusé d'avoir causé la mort de 1 500 à 2 100 personnes, sans compter celles qui souffrent des conséquences des effets secondaires

 

THALIDOMIDE Combiné à d'autres substances, le thalidomide fut présent dans différents médicaments; en 1962, le service de santé publique de Zurich recense cinquante-cinq médicaments contenant le produit. Au niveau mondial, le thalidomide fut commercialisé sous plus de soixante-huit marques différentes.

En 1958, Grünenthal lance une campagne publicitaire de grande ampleur. La société adressa un courrier à 40 000 médecins pour les inciter à prescrire le Contergan et le Contergan Forte notamment aux femmes enceintes(en octobre 1961, Distillers fera à son tour activement savoir que le thalidomide pouvait sans aucun danger être prescrit aux femmes enceintes) ; En novembre 1960, Grünenthal mentionne dans les notices d'utilisation le risque de neuropathies périphériques — qu'elle qualifie alors de réversibles — lors d'utilisation prolongée. Source / résultats

 

DISTILBENE (1948-1977) Au début des années 1970, constatant une recrudescence de certains types de cancers du vagin ou du col utérin chez des jeunes filles (âgées de 14 à 22 ans), des épidémiologistes ont tiré le signal d'alarme. Dès 1971, les Etats-Unis et le Canada recommandent l'arrêt des prescriptions. En France, le D.E.S. ne sera pas "contre-indiqué chez la femme enceinte" avant 1977. source

« 160 000 Français adultes seraient potentiellement concernés par d’autres pathologies liées au Distilbène® ». Ainsi, une femme exposée à cette hormone in utero a deux fois plus de risque de développer un cancer du sein. Pour le prouver, l’équipe en charge de l’étude a soumis un questionnaire aux mères ayant donné la vie entre 1950 et 1977. Toutes avaient reçu du Distilbène® au cours de leur grossesse. Ils sont ensuite remontés jusqu’aux filles de ces femmes afin d’évaluer l’incidence du cancer du sein. Résultat, 16 000 à 20 000 d’entre elles ont déclaré un cancer du sein.

Autre point révélé par l’étude Distilbène 3, la transmission de ces risques persiste de génération en génération. Ainsi la 3e génération serait-elle aussi concernée. Pour le prouver, les chercheurs ont consulté 4 663 petits-enfants nés d’une mère exposée in utero au Distilbène®. Résultat, 14% d’entre eux souffrent d’une atrésie (obstruction) de l’œsophage. Le nombre de petits-enfants Infirmes Moteurs Cérébraux (IMC) était aussi particulièrement important dans cette population. « Enfin les petits-enfants, surtout les garçons, seraient davantage sujets à des troubles psychologiques voire psychiatriques (dépression, troubles des conduites alimentaires, phobie, bipolarité). Source

 

STALINON (1954) Ce médicament à base d’étain destiné à lutter contre la furonculose est à l’origine d’une catastrophe sanitaire au milieu des années cinquante. Toute la chaîne de commercialisation du produit (délivré sans ordonnance) est prise en défaut : essais cliniques insuffisants, conditions de fabrication inadéquates, contrôle qualité inexistant, visa ministériel déficient, etc. Résultat : une centaine de décès et 117 intoxications avec de lourdes séquelles paralytiques. Quelques sources

 

VIOXX (USA) aurait induit près de 28 000 infarctus supplémentaires entre 1999 et 2003. Officiellement, le Vioxx n'a fait de mal à personne en France, où 500 000 personnes en ont régulièrement pris sur ces quatre années... source

Liste hélas non exhaustive...

 

Sans oublier, d'autres problèmes dus à des accidents industriels qu'on cherche à minimiser, à la course aux profits etc... qui sont toujours récurrents à l'heure actuelle :

 

INFECTIONS NOSOCOMIALES, Le ministère de la Santé estime que les infections nosocomiales sont responsables de 4 000 décès chaque année en France. Un patient sur 20 hospitalisé y a été confronté dans l’hexagone en 2017.

Ne serait-ce pas un peu lié à un personnel insuffisant, qui n'a plus le temps de faire son travail, où le temps est chronométré (Selon la prescription, le résident d'un EHPAD doit "engloutir" son petit déjeuner en 5 minutes, et sa toilette faite en 10 minutes.) source

Dans les hôpitaux, le ménage est souvent externalisé (fait par du personnel non hospitalier) ; dans certains services de réanimation, on vous fait laver les mains, enfiler une blouse, mais quid des sur-chaussures et bonnets? Vous devez subir une opération inclusive, désormais c'est la veille, chez vous que vous vous laverez avec un produit désinfectant. Est-on sûr que toutes les personnes le font correctement ? Bref, le temps est devenu de l'argent, il faut toujours aller plus vite avec moins de personnel.

 

TCHERNOBYL, La principale maladie contractée est le cancer de la thyroïde. Des cas de leucémie ont aussi été observés. D’autres pathologies non cancéreuses ont été plus souvent diagnostiquées dans les régions touchées comme des dommages aux systèmes immunitaires et endocriniens, des maladies respiratoires et gastro-intestinales, des maladies cardio-vasculaires, sanguines et neuropsychologiques, un vieillissement prématuré, des anomalies génétiques ou encore des malformations chez le fœtus et l’enfant. Mais, chez nous en France, le nuage étant sans papier, celui-ci n'a pu traverser le pays !

 

 

AMIANTE, 35.000 personnes sont mortes, en France, d'une maladie de l'amiante, entre 1965 et 1995, mais entre 50.000 et 100.000 décès sont encore attendus d'ici 2025. Alors que la Cour de cassation retient "qu’il n’a pas été constaté en France une augmentation significative des cancers de la thyroïde Persistance du risque tout au long de la vie après la fin de l'exposition et peu ou pas de traitement médical curatif "…

 

SANG CONTAMINÉ, le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) refuse d’importer des produits chauffés étrangers. Le directeur général de la Santé, autorité de tutelle du CNTS, publie une circulaire en juin 1983 dans laquelle il recommande aux centres de transfusion sanguine d’écarter tous les sujets à risque. Une recommandation qui, pendant deux ans, sera mal voire pas appliquée. Pour des considérations financières. Au printemps 1985, un bras de fer se joue au plus haut niveau. Les décisions des pouvoirs publics s’enlisent dans des considérations mercantiles. Trois tests de dépistage sont en compétition: deux d’entre eux sont américains, l’un est français et provient de la filiale industrielle de l’Institut Pasteur.

Le professeur François Gros, conseiller scientifique de Laurent Fabius, éminent biologiste mais certainement pas expert en transfusion sanguine, chapeaute les discussions avec les ministres concernés. Il s’agit principalement de Georgina Dufoix, ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale, et de Edmond Hervé, rattaché auprès d’elle comme secrétaire d’État chargé de la Santé. Tous décident, d’un commun accord, de confier le dossier au Laboratoire national de santé (LNS). Rattaché au ministère des Affaires sociales, cet organisme a alors pour rôle de vérifier la qualité des produits sanguins et, donc, de contrôler tout test de dépistage avant qu’il puisse être mis sur le marché. En attendant que le LNS se prononce, pas de généralisation du dépistage. Autrement dit, les plus hautes autorités compétentes ont bloqué un processus qui aurait pu ralentir la progression du sida, afin que le test d’origine française finisse par être retenu. Car, en plus d’être le conseiller scientifique du Premier ministre, François Gros est l’ancien directeur… de l’Institut Pasteur.

 

PESTICIDES, un rapport de l’Inserm publié en 2013, « des associations positives ont été constatées entre l’exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies, comme la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et des cancers hématopoïétiques (lymphome non hodgkinien, myélomes multiples). En outre, un facteur de risque existe pour le développement de l’enfant s’il est exposé lors des périodes prénatale, périnatale et lors de la petite enfance. » Un lien à 80 % de certitude source Dernière étude en date (juin 2021)  Les six pathologies sont trois types de cancer (prostate, lymphomes non hodgkiniens, myélomes multiples), la maladie de Parkinson, les troubles cognitifs et une maladie respiratoire évolutive, la BPCO, selon l'expertise réalisée par l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Par ailleurs, l'Inserm confirme que "la grossesse et la petite enfance sont d'une plus grande vulnérabilité face à la présence d'un événement ou agent toxique". Chez l'enfant, l'Inserm évoque une "présomption forte" de lien entre les "leucémies aiguës" et l'exposition aux pesticides de la mère pendant la grossesse. Mais également, "Présomption moyenne" pour le glyphosate et le lymphome non hodgkinien.

 

Sans oublier la dernière en date,

LA VACCINATION CONTRE LA GRIPPE H1N1  (2009) :

À l'époque, Roselyne Bachelot est ministre de la Santé, réalise la commande de plus de 50 millions de vaccins. Les infrastructures étaient prêtes pour accueillir les Français mais ils en ont décidé autrement. S'il était prévu que 75% de la population se fasse vacciner, seule 8% de la population aura finalement franchi le pas. Finalement, l'épidémie n'aura pas l'ampleur attendue et les Français resteront interdits devant les choix politiques du gouvernement de l'époque.  Une mauvaise communication ou bien un désordre politique peut aussi gâcher une campagne de vaccination.Source

 

 

La santé n'a pas de prix et une population en bonne santé, bien protégée revient in fine bien moins cher à l'ensemble de la population... Le "quoi qu'il en coûte" ne peut en aucun cas être "l'embastillement" de la population via des passeports à l'intérieur même du pays ; ne peut en aucun cas autoriser la "liberté" de circuler pour les uns et pas pour les autres ; ne peut en aucun cas faire avaler de force cette vaccination, telle une cuillère d'huile de foie de morue, enfournée de force dans la bouche des enfants au 19ème siècle ; le quoi qu'il en coûte n'a pas à entrer dans le cadre du rapport bénéfice-risque, tel un tableau Excel qui aligne des chiffres et non des vies humaines.

Assez de "quoiqu'il en coûte", de "bénéfice/risques" l'exécutif devrait essayer LA CONFIANCE dans l'intelligence collective et le peuple sera peut-être moins méfiant.... A moins qu'il ne soit déjà trop tard !

 

VMH

 

* Médias : Le peuple n'est pas idiot et a  du subir jour après jour les contradictions, les attaques envers d'éminents professeurs, chercheurs et autres, de la part de journalistes qui semblaient subitement avoir fait des études de médecine etc... Un peuple qui a compris que les annonces gouvernementales passaient par les médias et perdait donc peu à peu confiance. Lire l'excellent article de Laurent Mucchielli :

La crise sanitaire a révélé l’inquiétant déclin du journalisme 15 juil. 2021

Absence d’enquête de terrain, «people-isation», perte de neutralité au profit d’un genre de militantisme, enquêtes à charge, dépendance totale envers la communication des agences gouvernementales et des industries, le journalisme tel que défini il y a 50 ans dans la Déclaration de Munich est en train de disparaître sous nos yeux, éclipsé par un «fact-checking» général aussi superficiel que biaisé. ici

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans SANTÉ
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 09:50

...ET LES DEUX NE FONT PAS TOUJOURS BON MÉNAGE...

 

 

 

 

 

 

 

APRÈS LES MASQUES INUTILES (Même la ministre de la santé s'y mettait)

(le Gouvernement était en rupture de stock),

 

PUIS OBLIGATOIRES

(Le Gouvernement avait renouvelé les stocks)

LES MASQUES MAISON...

(si utiles un temps)

 

...ÉTAIENT PROSCRITS

(devenant alors dangereux et insuffisamment protecteurs)

 

IL Y A EU LE PERSONNEL SOIGNANT

(protégé par des sacs poubelle en guise de vêtements sanitaires)

 

IL Y A EU LES JOURNÉES

(qui n'en finissaient plus)

 

LES RETOURS À LA MAISON AUPRÈS DES SIENS

(avec la peur de les contaminer)

 

IL Y A EU CES VOISINS

(qui n'en voulaient plus dans le quartier)

 

ET CES AUTRES, (sur les balcons chaque soir)

 

MAIS QU'ON NE REVIT PLUS (même lors de la manif des soignants du 30 juin 2020)

 

IL Y A EU LES CONFINEMENTS

PUIS LES DÉCONFINEMENTS

PUIS LES RECONFINEMENTS

PUIS LES COUVRES-FEUX

 

IL Y A LES VACCINS

L’INCERTITUDE SUR LE NOMBRE DE DOSES PAR FLACON ( 10 doses, puis 12 ?...)

DES RETARDS DANS LES LIVRAISONS (Moderna mai 2021 ; AZ juin 2021)

IL Y A DES DIFFÉRENCES (dans 13 pays européens, AZ est suspendu suivant des âges différents (entre moins de 30 ans à moins de 65 ans)

PUIS L'ABANDON DE LA RECHERCHE FRANÇAISE... (Au pays de Pasteur !)

 

...

IL Y A EU DES ÉLECTIONS (masques, distanciation sanitaire etc...)

MAIS PAS DE PROFESSIONS DE FOI (la Société choisie par le Gouvernement n'étant pas en mesure d'assurer la distribution)

 

IL Y A EU LES VACANCES 2020 et 2021(avec leurs lots de touristes qui amènent leur argent)

PUIS LA COUPE D'EUROPE (et ces supporters circulant dans toute l'Europe, remplissant les stades)

 

….

IL Y A EU LE PASS SANITAIRE EUROPÉEN (pour ceux qui voulaient partir à l'étranger)

IL Y A AUJOURD'HUI LE PASS SANITAIRE À L'INTÉRIEUR DU PAYS

VACCINATION OBLIGATOIRE POUR LE PERSONNEL SOIGNANT... (n'a pas le droit de se poser de questions sur l'efficacité du vaccin)

... PERSONNEL SOIGNANT QUI RISQUE UN LICENCIEMENT (s'il n'accepte pas de se soumettre aux ordres)

 

UNE GOUVERNANCE AU DOIGT MOUILLÉ,

UNE GOUVERNANCE QUI SE PASSE DES PARLEMENTAIRES,

UNE GOUVERNANCE NON PAS PAR LE PEUPLE, (mais par une entité...)

 

UNE GOUVERNANCE VIA LE CONSEIL DE DÉFENSE SANITAIRE (des participants choisis par le chef de l’État : le 1er ministre, les ministres de la Défense, de l'Intérieur, de l’Économie, du Budget, des Affaires étrangères) d'autres personnalités peuvent y être conviées, selon le bon vouloir du chef de l'Etat.

 

TOUT NON VACCINÉ NE SERA PLUS AUTORISÉ À VIVRE

 

...

IN FINE LE PEUPLE N'A PAS À SE POSER DE QUESTION (un peuple instruit fait peur)

LE PEUPLE DOIT OBÉIR

 

Il est à propos que le peuple soit guidé et non pas instruit.

Quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu.Voltaire

...

VMH

 

 

 

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com
24 juin 2021 4 24 /06 /juin /2021 08:20

2ème tour des élections cantonales et régionales

Même si je peux comprendre les copains, il m'est impossible de voter pour ce conglomérat de personnes, qui ne sont pas d'accord entre elles, voire pour certaines nous insultent, nous somment de virer JLM... bref, veulent commander chez nous quand elles ont été incapables de gérer leur propre parti au point d'en avoir perdu le siège ou à ceux qui veulent, quel qu'en soit le prix sauver ce qui leur reste, sans penser aux citoyens qui n'ont plus rien ou pas grand chose et qui du coup, se détournent des urnes.

 

Et c'est sans tarder, dès le dimanche du 1er tour, qu'ils font des mariages contre nature avec des gens contre qui, nous militants nous distribuions, deux jours avant...

 

J'aurais bien aimé que le "tous ensemble" ce soit aussi pour dénoncer de manière physique (rassemblements, manifs etc.. devant la Sté Adrexo) la gestion calamiteuse de la distribution des professions de foi, qui quoi qu'en disent certains élus ont certainement eu une grande incidence sur l'abstention. (tu votes pour qui quand tu ne connais pas les candidats ?). Parce que au final qui est spolié ? Nous, nous nous !

 

 

Des situations graves n'ont pas eu de réponses :

L'affaire du type qui travaille pour l'Élysée et se prend pour un flic (Benalla);

Les violences policières sur les gilets jaunes et autres manifestants marqués à vie (éborgnements, mains arrachées etc.).. sans compter d'autres affaires dont on ne peut parler puisque jugées ;

Des affaires judiciaires en cours ;

Les dépenses somptueuses de De Rugy ou autres ;

Tout ceci permet aux élus de proximité de "s'arranger" avec la loi sur le déroulement des scrutins.

L'exemple ne vient-il pas d'en haut ?

 

Alors cette histoire de profession de foi, c'est un "détail" pour eux !

 

Je suis révoltée, car à force de mettre le couvercle sur les problèmes, je sens bien que celui-ci ne va pas tarder à nous sauter à la tête. Et cette situation me rappelle une chanson de mon ami Serge Utge-Royo :

"Amis, dessous la cendre la nouvelle chasse est ouverte, cachons nos rires basanés (... ) Les mots s'effacent sous les poings et les chansons sous les discours. Si vos lèvres sont entrouvertes,
un ordre viendra les souder, des gamins lâcheront les chiens, sur les aveugles et sur les sourds... Si les massacres s'accumulent, votre mémoire s'atrophie et la sinistre marée noire, couvre à nouveau notre avenir..."

 

Désolée les copains, je reste fidèle à un programme face à ceux qui n'ont de cesse de le démolir, tout comme ils nous salissent depuis des mois (islamo-gauchistes) et cherchent à détruire Jean-Luc Mélenchon pour des petites phrases ô combien ridicules eut égard aux problèmes rencontrés par nos concitoyens.

 

Alors, j'ai déjà mis mon bulletin dans la poche pour ce deuxième tour.

 

 

VMH

Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 14:58
Planification écologique : Aménagement du territoire
Planification écologique : Aménagement du territoire
Planification écologique : Aménagement du territoire
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans campagne 2021-2022 L'Avenir en commun aménagement du territoire
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 14:46
Planification écologique : agriculture écologique et paysanne
Planification écologique : agriculture écologique et paysanne
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans campagne 2021-2022 L'Avenir en commun Agricuture paysanne
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 14:31
Planification écologique : Transports
Planification écologique : Transports
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans campagne 2021-2022 L'Avenir en commun Écologie
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 14:18
Planification écologique : consommer autrement, le programme de l'Avenir En Commun
Planification écologique : consommer autrement, le programme de l'Avenir En Commun
Partager cet article
Repost0
republicainedoncdegauche.over-blog.com - dans campagne 2021-2022 L'Avenir en commun Planification écologique

 compteur

Campagne 2017

Photos Campagnes

2011
2012
2013
2014
2013
2016-2017
Caranave Insoumis du Haut Vaucluse 1

 

Caravane Insoumis du Haut Vaucluse 2